Montalbn, la ville de Cordoue qui s'est auto-confinée par le Covid

Mercredi,
19
août
2020

19:04

Accumulez plus d'infections en une semaine que dans toute la pandémie. Il compte 80 personnes infectées par le coronavirus à la suite des festivités organisées la première semaine d'août

Le propriétaire de Bar Leo, s'adressant aux journalistes.

Le propriétaire de Bar Leo, s'adressant aux journalistes.
MADERO CUBERO

  • Crise sanitaire.

    Les nouvelles infections quotidiennes sont déjà près de 600 et dans les hôpitaux la pression augmente avec 25 admissions supplémentaires

  • Covid.

    La situation sanitaire en Andalousie est-elle aussi grave qu'elle le semble actuellement à cause du Covid-19?

Marcher ce mercredi à travers Montalbn est de voyager au mois de mars. Il n'y a pratiquement pas de bruit dans ses rues et les passants dégoulinent. Les bars et les restaurants ont fermé et très peu d'entreprises continuent de fermer leurs stores. En une semaine, cette ville de Cordoue est passée de l'anonymat pour devenir la ville andalouse où les cas de coronavirus se sont le plus multipliés, passant de trois à 80. La situation a conduit ses voisins à auto-confiner pour empêcher la propagation du virus.

Le cas de cette commune est vraiment exceptionnel. Tout au long de la pandémie, et même pendant la désescalade, Montalbn a été un exemple de prudence et responsabilité. Dans une population de 4489, donc seulement trois personnes ils ont été infectés de mars à début août. Cependant, ces bonnes données ont été corrompues avec le nombre actuel d'infectés. Sur ces 80, EL MUNDO a pu savoir qu'aucun d'entre eux n'avait nécessité une hospitalisation et que, de plus, 90% correspondent à des enfants de moins de 30 ans.

Stores tirés dans des magasins fermés volontairement. "Src =" https://e00-elmundo.uecdn.es/assets/multimedia/imagenes/2020/08/19/15978548790804.jpg
Stores tirés dans les magasins qui ont volontairement fermé.

L'explication se trouve dans le festivités de la ville, qui ont eu lieu du 6 au 9 août. Malgré le fait que le conseil municipal ait accepté de suspendre les festivités, les jeunes sont sortis en foule, remplissant les bars et les terrasses. Le maire lui-même, Miguel Ruz, a reconnu que le nombre d'infectés est «le résultat de la relaxation» depuis "les gens sont sortis en masse" dans la rue. Quand le chiffre a atteint 45, Ruz a demandé à ses voisins de s'auto-confiner, même lorsque le test PCR était revenu négatif. Dans une large mesure, la localité a suivi ses conseils.

Les principaux magasins ouverts sont alimentation, comme le boucher de Augustine, situé dans le marché alimentaire. Les autres entreprises qui occupent des postes dans cet immeuble sont fermées, soit pour les vacances, soit parce qu'elles ont décidé de suivre les recommandations du conseil municipal. Il est l'un des rares habitants qui n'explique pas cette augmentation du nombre de personnes infectées et l'attribue à la «malchance». «Pendant la détention, nous avons eu peu d'infections. Nous savions que le virus pouvait arriver, mais pas de cette façon. Nous sommes le centre d'attention en ce moment et cela n'a été apporté que par quelqu'un de l'extérieur ou par quelqu'un qui a voyagé et qu'un voisin a été infecté. L'auto-confinement se remarque à peine dans les ventes car ce boucher sert également nourriture à domicile.

Les étals du marché alimentaire sont fermés, certains pour les vacances et d'autres pour le Covid. "Src =" https://e00-elmundo.uecdn.es/assets/multimedia/imagenes/2020/08/19/15978549512486.jpg
Les étals du marché alimentaire ont fermé, certains pour les vacances et d'autres pour le Covid.

Les festivités

Dans la rue Ancha, la partie principale de la ville, deux voisins se retrouvent au bout de six mois sans se voir. Ils portent des masques mais pendant quelques secondes ils oublient les mesures de sécurité et se serrent la main dès qu'ils se rencontrent. «La ville est très triste de tout ce qui nous arrive», dit l'un à l'autre, qui acquiesce, bien qu'il reproche l'attitude des plus jeunes voisins. "Je suis vraiment désolé, mais des choses ont été faites qui ne peuvent pas être faites." Le bar à côté de chez lui, dit-il, était "plein" de monde pendant les festivités du saint patron. "Tous là empilé et faire la fête. Donner des câlins et des bisous. Mais c'est ça. J'aime m'asseoir dehors mais cette année je ne l'ai pas fait. "

Mais la foule n'a pas seulement atteint les bars locaux. D'autres voisins assurent qu'il y avait aussi des fêtes dans des maisons privées et, même, des célébrations communions. Une jeune femme marchant dans cette même rue le confirme. «Bien que les festivités aient été suspendues, de nombreuses personnes sont allées la célébrer dans les garages». Reconnaissez que Jeune Ils sont partis "sans savoir" et que l'augmentation des infections se produit parce qu'ils sont des voisins "très sociables". "Nous nous réunissons tous avec tout le monde." Sans aucun doute, les parties ont été le déclencheur des contagions puisque «la population de Montalbn a toujours été très prudente au jour le jour».

Quelques voisins, passant devant la façade de la Mairie de Montalb "src =" https://e00-elmundo.uecdn.es/assets/multimedia/imagenes/2020/08/19/15978550059774.jpg
Quelques voisins, passant devant la façade de la mairie de Montalbn.

Pour le moment, la Junta de Andaluca n'a déclaré aucun foyer dans la localité mais il y a eu diffusion communautaire avec la ville voisine, La Rambla, situé à seulement trois kilomètres, qui compte 49 personnes infectées. Ces deux communes de Cordoue sont les deux villes de l'intérieur andalou qui ont enregistré les plus positifs pour le coronavirus au cours des 14 derniers jours.

Alors que les habitants sont mis en quarantaine chez eux, le maire a demandé de ne pas pointer vers des endroits spécifiques ou de diffuser des canulars qui pourraient affecter certaines entreprises, bien que plusieurs vidéos montrent des célébrations dans des bars de la ville où les mesures n'ont pas été suivies. de sécurité.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★