Manuel Castells permet de s’inscrire au master universitaire sans avoir terminé le diplôme

Jusqu’à présent, en règle générale, les étudiants devaient être diplômés et avoir terminé le TFG pour être admis en master.

Manuel Castells, après un Conseil des ministres.
Manuel Castells, après un Conseil des ministres.Jaime Garca
  • Ordre académique Les nouveaux sujets de la réforme éducative : Croissance en Harmonie, Service Communautaire et Orientation Personnelle
  • Éducation Pilar Alegra rectifie et ne supprime plus « la découverte de la sexualité » et « la construction du genre » du programme Infantile

Le ministre des Universités, Manuel Castells, permettra aux étudiants de s’inscrire et d’accéder à un master universitaire même s’ils n’ont pas réussi le projet de fin d’études (TFG). La mesure, qui est proposée pour des cas exceptionnels, est incluse dans l’arrêté royal qui établit le Organisation de l’enseignement universitaire et sa procédure d’assurance qualité, approuvé hier en Conseil des ministres.

Jusqu’à présent, en règle générale, les étudiants devaient être diplômés et avoir terminé le TFG pour être admis en master, selon des sources universitaires. Certains campus autorisent l’inscription si cette procédure faisait défaut, mais la mesure n’était pas prévue dans la règle générale, un arrêté royal de 2007 qu’elle remplace.

Désormais, à la demande des recteurs, cette porte est ouverte aux étudiants afin que, s’ils n’ont pas encore présenté le TFG, ils puissent commencer le master et ne pas avoir à attendre une année entière sans rien faire, ce qu’ils interprètent, peuvent les amener à abandonner leurs études universitaires.

Selon l’article 18.4 du projet final du décret, auquel il a eu accès LE MONDE, les universités peuvent exceptionnellement établir, sur la base de règlements spécifiques approuvés par leurs organes directeurs, des procédures d’inscription conditionnelle pour l’accès à un master universitaire. Il s’agira de permettre à un étudiant en licence qui reste de passer le TFG et un maximum de neuf crédits pourront accéder et s’inscrire dans un master universitaire, ajoute le décret.

Cependant, il précise qu’en aucun cas vous ne pourrez obtenir le diplôme de master si vous n’avez pas préalablement obtenu le diplôme de bachelor et que les universités garantiront la priorité dans l’inscription des étudiants titulaires du diplôme universitaire officiel de master ou de master. En tout cas, ce que le texte permet est conforme à ce qui a été promu par le ministère de l’Éducation, où l’échec n’est plus le seul indicateur pris en compte pour permettre à un élève de réussir.

Diplômes de quatre ans

En revanche, l’arrêté royal approuvé hier supprime les diplômes de trois ans de durée et établit que tous sont de quatre ans, sauf ceux qui surviennent à l’avenir dans le cadre des appels de la Programme des universités européennes de la CE.

Les recteurs ne s’opposent pas à l’extinction du modèle dit 3+2 (pour les diplômes de trois ans et masters de deux ans) au profit du 4+1 (diplômes de quatre ans et masters d’un an). En fait, ce sont eux qui ont accepté un moratoire lorsque Jos Ignacio Wert a autorisé en 2015 la possibilité de courses de trois ans. Mais les experts universitaires estiment que ce critère finira par freiner l’internationalisation des campus et la mobilité étudiante, car dans de nombreux pays les diplômes sont de trois ans.

L’arrêté royal, quant à lui, structure l’avenir de l’offre académique de l’université espagnole et introduit les diplômes avec un parcours académique ouvert (où l’étudiant peut choisir des matières d’autres carrières) et avec une double mention (l’étudiant fait des stages en une entreprise avec un contrat de travail en même temps que le cursus).

L’enseignement présentiel, hybride (mixte) ou virtuel est également réglementé et la formation se développe tout au long de la vie, avec, entre autres innovations, des mini-stages pour les chômeurs. Castells veut promouvoir l’utilisation de nouvelles méthodologies et pour cela il va reconnaître les étudiants qui les utilisent à travers un certificat. Parmi ceux qu’il cite, il inclut la classe inversée, le travail de projet ou des cas pratiques, l’apprentissage basé sur la résolution de problèmes, le travail collaboratif et coopératif, et l’enseignement articulé dans l’utilisation intensive des technologies numériques.

De même, l’arrêté royal reconnaît que les diplômes, masters et doctorats seront délivrés par le recteur au nom du Roi, comme cela s’est produit jusqu’à présent.

★★★★★