Les victimes, à Mondragn : « Le serpent ETA se fait nourrir »

Un groupe de deux cents radicaux a tenté à tout moment de boycotter la manifestation.

inconnuLE MONDE (Vidéo)
  • Habitent La journée à Mondragn, en direct
  • Terrorisme Arrimadas, sur les lieux de l’attaque de la caserne de Saragosse, s’élève contre « le blanchiment des meurtriers et l’oubli des victimes ».

Journée tendue qui a été vécue ce samedi à Mondragn. Les victimes du terrorisme se sont installées dans cette ville de Gipuzkoa pour affronter les initiatives de « l’abertzale » laissées par les détenus de l’ETA.

De Voix contre le terrorisme, Jos Alcaraz, appelé cet acte en réponse à l’initiale de Saré dans laquelle ils voulaient rendre hommage à l’homme de l’ETA le plus sanguinaire qui reste en prison, Henri Parot, condamné pour 39 meurtres. Les victimes du terrorisme telles que Mara Jess Gonzalez (mère de Villa Irène), Ana Velasco, Antonio Salv, Salvador Oulayar, ou posséder Jos Alcaraz, qui a enterré son frère et ses nièces jumelles de trois ans lors de l’attentat commis par le Parot contre le siège de la Garde civile à Saragosse.

Et aux côtés des victimes, une large représentation de Vox, avec son président, Santiago Abascal, à la barre. Macarena Olona, Forgeron Ortega, Marta Castro, La roue de Patricia, … et un long etc. des faces les plus connues de la formation verte.

Ils ont aussi été cités dans leur double condition de victimes et d’hommes politiques du PP Daniel Gardien de but, Président de Dignité et Justice et Carlos García, Secrétaire général adjoint du PP de Gascogne et Secrétaire exécutif du PP basque. Avant cet acte central, une cinquantaine de personnes se sont également rencontrées à Mondragn dans le navire où il a été kidnappé. Jos Antonio Ortega Lara pendant 537 jours, convoqué par le PP. Là ils étaient Carlos Iturgaiz, Ana Beltrn, et ce qui précède Gardien de but et Garça.

Appareil important

La Ertzaintza déployé un important dispositif de sécurité pour éviter les incidents dans une journée qui s’annonce sous haute tension. Et l’objectif des brigades anti-émeutes a été atteint efficacement : la journée s’est déroulée sans presque aucun incident. Et qu’il a trouvé un groupe de deux cents radicaux qui ont essayé à tout moment de boycotter la protestation des victimes. D’à peine 50 mètres, ils les ont provoqués en les traitant de « fascistes » et en lançant des proclamations pour les prisonniers de ETA. Les victimes ont répondu par des cris d' »ETA meurtrier » et des acclamations à l’Espagne.

Il a été Mara Jess Gonzalez, la mère d’Irène Villa, la première à prendre la parole. Les organisateurs ont évité de placer une installation sonore fixe, de sorte que l’événement a eu une courte tournée. Et les porte-parole ont tiré le mégaphone. Malgré cela, le message était clair, exigeant à nouveau « mémoire, dignité et justice ». Gonzlez a dénoncé le manque de vêtements avec les victimes et a lancé un avertissement : « J’espère qu’ils n’auront pas à regretter d’avoir nourri le serpent de ETA», en référence à ceux qui blanchissent les hommages aux prisonniers de ETA.

La mère d’Irène a insisté pour exiger « la dignité des victimes et la délégitimation des meurtriers ». Et convoqua une à une toutes les victimes de la caserne de Saragosse. Il n’y avait pas quelques participants qui ne pouvaient pas contenir leur enthousiasme. « Aujourd’hui est très important. Dommage que nous ne soyons pas tous ici ensemble et que les événements se soient dispersés », a souligné l’un des participants qui s’est ému lorsque les noms des six enfants assassinés ont été rappelés. Saragosse.

Alors que vous prononciez votre intervention, les cris des radicaux qui tentaient de boycotter l’acte devenaient de plus en plus forts. Certains voisins sont également sortis sur le balcon avec des casseroles pour faire taire les victimes. Mais ils étaient en minorité. L’acte s’est déroulé avec la majorité du silence du citoyen. « Peu sont venus protester », a souligné l’une des ertzainas qui ont participé à la ceinture de sécurité avec un certain calme.

Après Mara Jess j’ai pris le micro Alcaraz. Le président de Voices against Terrorism et désormais député de Vox a été l’initiateur de la « rébellion civique » lorsque les victimes du terrorisme sont descendues dans la rue pour protester contre la négociation du gouvernement avec l’ETA.

Désormais, il a convoqué à nouveau et cette fois dans un lieu emblématique de la gauche « nationaliste » comme Mondragn. « Ils disent que nous sommes venus pour provoquer. Et oui, nous sommes venus pour provoquer la conscience des Espagnols, pour qu’ils se réveillent et voient ce qui se passe, comment ils essaient de blanchir les terroristes. Ils veulent que nous renoncions à la mémoire, dignité et justice. Et ils ne vont pas l’obtenir. « 

« Ils disent qu’il s’agit d’un acte politique. Depuis quand les victimes sont-elles incapables de parler ou de partir ? », a déclaré Alcaraz. « Et je dis : nous sommes arrivés jusqu’ici. J’en dis assez. Le crime de haine permet d’hommage aux assassins », s’est défendu le président de Voices Against Terrorism.

Les discours ont été ponctués de cris de ‘Viva Espaa’ et de la mémoire des personnes tuées par Parot. Près d’un millier de personnes se sont rassemblées sur la Plaza Garibay.

Abascal, ce s
Abascal, ce samedi à Mondragn.

Abascal et la « trahison » de Snchez

L’acte s’est terminé par Hymne national. Aucun politicien n’a pris la parole. Le chef de Vox, Santiago Abascal, il s’est occupé des médias alors que les victimes avaient déjà récupéré leurs banderoles. « Ce qui se passe réellement avec la permissivité du Premier ministre, c’est un acte permanent d’exaltation du terrorisme et la revendication de ETA et de chacun de ses crimes. Et c’est pourquoi nous sommes ici, pour le dénoncer, non pour contribuer par notre silence, mais aussi pour dénoncer la trahison du Premier ministre, qui est aujourd’hui président grâce aux voix de ETA. Et cette trahison de Pedro Sánchez veut être payée par les Espagnols et les victimes du terrorisme. Et c’est pourquoi nous serons toujours avec les victimes du terrorisme à Mondragn et partout où cela sera nécessaire », a-t-il déclaré. Abascal.

L’appel a duré à peine une demi-heure. Les bus et la caravane de Vox et les victimes. La Ertzaintza a lancé un deuxième déploiement pour couvrir cette caravane. Cela n’a pas empêché certains radicaux isolés de jeter des pierres sur certains députés de Vox. Mais une feinte d’une charge de police a chassé un petit groupe de radicaux qui ont tenté de provoquer des incidents.
La place a été laissée en paix mais avec l’avis des victimes qui ont assisté que cet acte ne doit pas être isolé. « Nous devons sortir chaque fois qu’ils commencent un hommage à un membre de l’ETA. Il ne peut pas être que la rue soit à nouveau la leur. Nous devons être présents et dénoncer chacun des actes par lesquels ils tentent d’honorer les prisonniers , parce qu’ils nous humilient et nous exaltent ETA. Et nous devons être tous ensemble », a-t-il également souligné. Daniel Gardien de but, qui était à la fois en train de PP comme dans la convocation par Alcaraz. La même chose a également fait un petit groupe de Nouvelles Générations du PP.

Tensi
Tension face à la concentration convoquée par Vox.

Tension, charges et victime

Des moments de tension, des charges policières et des courses, au cours desquelles une personne a été blessée, ont été enregistrés ce samedi à Mondragn après l’acte de Voices Against Terrorism et Vox en soutien aux victimes de l’ETA Henri Parot.

Une fois l’événement terminé, lorsque les participants se sont rendus aux deux bus dans lesquels ils étaient arrivés, il y a eu des moments de tension alors que des cris passaient entre les manifestants et les partisans du parti de Abascal. À ce moment-là, des pierres et un seau d’eau ont été lancés d’un balcon sur le cortège des participants au rassemblement.

L’Ertzaintza a mené quelques inculpations policières, dans le quartier de la vieille ville, pour dissoudre un groupe d’hommes cagoulés qui ont jeté des bouteilles sur les agents qui ont participé au dispositif, selon le département de la sécurité.

Après l’une de ces accusations, un homme âgé, inconscient des incidents, il a été blessé au cours des incidents et a été transporté par une ambulance avec une brèche à la tête. Selon les informations du Département de la sécurité, cette personne a été blessée en tombant après avoir été écrasée par des hommes cagoulés fuyant l’Ertzaintza.

★★★★★