Concentration massive à La Corua pour le meurtre de Mnica Marcos : « s’ils en touchent une, ils nous touchent tous »

Des centaines de personnes se rassemblent devant l’obélisque herculin pour montrer leur rejet et condamnation du premier crime sexiste en Galice en 2021

Concentration
Concentration pour le meurtre de Mnica Marcos à La Corua.
  • Événements L’auteur présumé du crime sexiste de La Corua arrêté dans une auberge du centre de Madrid

Ce samedi, la ville d’origine de Mnica Marcos, première victime de violences sexistes en Galice Jusqu’à présent cette année, il a accueilli un rassemblement massif de rejet du meurtre de la femme de 52 ans, qui aurait été poignardée par son partenaire jeudi soir dernier.

Au cri de « S’ils touchent l’un de nous, ils nous touchent tous », ‘avant de nous aimer, apprenez à nous respecter’, ‘ils ne sont pas morts, ils ont été assassinés’ ou ‘porte plainte, femme assassinée’, des centaines de personnes ont assuré devant l’Obélisque, au cœur de la cité herculine, qu’elles continuera à « rester debout jusqu’à ce qu’il ne reste plus de compagnon. »

Convoqué par des associations féministes de toute la Galice sous la devise « Les féminicides ne sont jamais mes » et avec le soutien de la BNG, avec la présence de Francisco Jorquera et Mercedes Queixas, A Corua est l’une des 35 concentrations qui se sont tenues ce samedi dans toute la Galice, y compris les sept grandes villes, entre 19h30 et 21h00. Bien que, comme certains organisateurs l’ont assuré, il y a eu « près de 80 manifestations ».

Après deux grandes banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Mulleres en marche ata que nous sommes tous libres sexuellement » et « contre les violences sexistes », certains des organisateurs de la concentration ont exigé « les efforts nécessaires des administrations, et de l’ensemble de la société pour en finir avec le fléau chauvin et avec toutes les violences faites aux femmes. » « Moins de discours et plus de ressources », ont-ils scandé.

Bien qu’ils aient examiné les chiffres des victimes en Espagne en raison de ce type de violence –-35 femmes rien que l’année dernière--, y han hecho hincapi en los menores, « que tambin son vctimas », han asegurado que « no se pueden asumir las asesinadas como cifras », puesto que « detrs de cada vctima, est el sufrimiento de familia y amigos, y de toda la société ».

LE SOMMET DE L’ICEBERG

« Pour chaque femme assassinée, il y en a beaucoup d’autres qui vivent dans le harcèlement, les abus et la peur. Le meurtre n’est que la pointe de l’iceberg ; l’extrême horreur d’un système social générateur de violence » a rappelé l’un des porte-parole.

Ainsi, ils ont affirmé être ici « pour signaler la violence et la discrimination quotidiennes » et ont regretté « d’être retournés dans la rue pour Mnica », à quel point certains des participants au rassemblement ont crié ‘assassin’.

Dans le rassemblement, il a également pointé le rôle de l’extrême droite, « complice » de leurs discours haineux. « Ils pointent et d’autres exécutent »ils ont déclaré.

Au milieu d’applaudissements nourris, présents pendant plus d’une demi-heure que la concentration a duré et, dans certains cas, a commencé spontanément en raison de l’émotion des porte-parole, ils ont rappelé que, pour chaque crime sexiste qui se produit, ils descendront dans la rue le lendemain de la nouvelle dans les médias. C’est pourquoi, malgré leur espoir de parvenir à « qu’il n’y en ait plus un » et leur « regret », ils ont dit au revoir aux participants « à la prochaine fois ».

PREMIER CRIME MACHISTE DE 2021

La mort de la Corse de 52 ans, dans le Quartier O Birloque, est le premier crime sexiste de l’année en Galice, officiellement déclaré par la Délégation gouvernementale contre la violence de genre.

Dans des déclarations aux journalistes, Miones a souligné cette semaine qu’il s’agissait du « premier cas » de crime sexiste en Galice cette année. « Une erreur de plus que nous avons en tant que société qui se répète, 35 en Espagne, plus de 1 113 depuis que nous avons des statistiques», Apostille sur celles qui se sont produites dans tout l’Etat cette année et depuis ces cas sont comptés.

Outre les chiffres, il a fait remarquer qu’il s’agit de « des gens, des familles qui éclatent en tant que société ». « Nous devons agir », a-t-il indiqué, faisant allusion aux politiques à cet égard du gouvernement central. Il a également encouragé la société, non seulement les femmes, à utiliser les moyens disponibles à la fois pour « cette plainte nécessaire » mais aussi pour « l’information et le conseil », a-t-il ajouté.

En matière de criminalité, le Police nationale arrêté à la dernière minute de ce jeudi à Madrid le partenaire de la femme retrouvée morte à son domicile à A Corua, selon des sources du Subdélégation du gouvernement.

Le corps de la femme a été retrouvé par son fils avant deux heures du matin à son retour du travail. C’est lui qui a alerté la Police nationale, qui s’est rendue sur les lieux des faits. Peu de temps après, la recherche du partenaire de la victime de 48 ans a commencé.

La femme dirigeait une boulangerie dans la région de Ou Birloque où les événements se sont produits, plus précisément au cinquième étage du numéro cinq de la Rue Juan Darriba, où vous résidez. Elle avait des coups de couteau et était déjà décédée.

Les deux voisins et le sous-délégué du gouvernement à A Corua, Mara Rivas, a confirmé qu’entre le couple, qui, selon certains habitants du quartier, étaient ensemble depuis quelques mois, il y avait eu une discussion les jours précédents. Un voisin a assuré aux médias ce jeudi qu’il en avait également entendu un hier soir.

★★★★★