Les policiers de la brigade des stupéfiants de Mrida qui étaient en prison sont libérés sous caution

Les agents mis en cause devront débourser entre 5 000 et 25 000 euros pour quitter la prison d’Estremera

Fourgons de police
Les fourgons de la police nationale.GOGO LOBATO

Les quatre policiers nationaux appartenant à la brigade des stupéfiants de Mrida arrêtés le 15 septembre dans la Opération Minuro-Fish envisagent de quitter la prison de Estremera (Madrid) dans les heures qui ont suivi la décision du juge d’instruction de la mise en liberté provisoire avec inculpation.

Les agents devront faire face à diverses obligations. Du montant le plus bas de 5 000 euros pour un, à 10 000 euros pour deux autres, et le plus élevé pour l’inspecteur en chef du groupe, 25 000 euros.

La décision a été prise par le tribunal numéro 3 de Mrida, qui instruit l’affaire après avoir terminé les déclarations de tous les témoins de l’affaire, bien que deux de ceux qui ont été convoqués ce lundi ne l’aient pas fait car ils attendent une décision similaire. procès. , ils ont donc usé de leur droit de ne pas déclarer.

Un autre cinquième policier qui aurait été impliqué a été libéré sur inculpation 48 heures après les arrestations. Il a été le seul à avoir fait une déclaration, bien qu’il l’ait fait aux questions de son avocat, et non à celles du juge et du procureur. Il était le plus récent dans le groupe des stupéfiants ayant rejoint cette équipe en février.

Les autres ont fait usage de leur droit de ne pas témoigner, comprenant qu’ils n’étaient pas au courant des charges retenues contre eux. Ils ont également dénoncé avoir été arrêtés et avoir subi mauvaise pratique et les mauvais traitements infligés aux agents de l’Unité des crimes internes.

Aucun détenu n’est en prison

Le 4 novembre, le tribunal de Torrevieja, qui instruit également l’affaire et qui a ordonné les premières arrestations de ce complot présumé, a relâché avec inculpation – après avoir payé 4.000 euros de caution – la garde civile naturelle de La Garrovilla (Badajoz), et qu’il avait également été arrêté.

Le même jour, les présumés trafiquants de drogue arrêtés ont également été libérés avec inculpation, de sorte qu’aucune des personnes détenues dans le cadre de l’opération ne se trouve en prison.

Quelques semaines après les premières arrestations, le tribunal de Mrida a également appelé, en tant qu’accusés, cinq autres agents du commissariat de police de Mrida qu’ils avaient eu des contacts directs dans leur travail quotidien avec le Groupe des stupéfiants.

Selon le bilan de police, et après une opération de plusieurs mois menée in situ par l’Unité des Affaires Intérieures de la Police Nationale, les agents détenus sont accusés de plus d’une vingtaine de délits. Parmi eux, les allégations de torture de détenus qui avaient été commises au commissariat de police de Mrida, faits que la défense des agents nie.

Crimes enquêtés

En outre, ils font l’objet d’enquêtes pour trafic de drogue, appartenance à une organisation criminelle et défaut de suivi, faux rapports, possession illégale d’armes, délits contre la santé publique, blanchiment d’argent, divulgation de secrets ou falsification de documents, entre autres, après vraisemblablement ont collaboré avec le réseau de trafic de drogue, et plus précisément avec l’un des deux plus importants qui opérait à Mrida et dans la région, pour faire profiter l’autre de la compétition.

La Opération Minuro-Fish enquête sur un réseau présumé d’organisations de trafic de drogue qui se sont livrés à la culture, à la transformation, à la manipulation et à la distribution ultérieure de marijuana dans la province de Badajoz et qui auraient bénéficié de l’aide de ces agents publics.

★★★★★