Les policiers arrêtés à Mrida ont été détenus dans des voitures pendant six heures afin qu’ils ne communiquent pas entre eux

« Ce ne sont pas des terroristes et ils ont été traités comme tels », explique l’avocat d’un des détenus. Ils espèrent que le procureur agira et sinon, ils porteront plainte pour « torture »

Arrivée de la police
Arrivée des policiers détenus au palais de justice de Mrida vendredi.EFE
  • À l’intérieur Les policiers de Mrida détenus dans l’opération contre le trafic de drogue sont transférés à la prison madrilène d’Estremera
  • Estrémadure Les trafiquants de drogue arrêtés dans la macroopération anti-drogue de Mrida se vantent sur les réseaux sociaux : « J’ai autant d’argent que Pablo Escobar »

Les policiers de la Groupe des stupéfiants de Mérida qui ont été arrêtés la semaine dernière à l’intérieur du Opération Poisson contre le trafic de drogue dénoncera qu’ils ont été traités de manière « humiliante et humiliante » par le Unité des affaires internes. Les agents se plaignent d’avoir été menottés pendant plus de six heures chacun dans des voitures de police aux portes du Palais de justice de Mrida avant d’être mis à disposition de la justice alors que dans lesdites dépendances se trouvent des cellules individuelles où ils pourraient être logés. « Ce ne sont pas des terroristes et ils ont été traités comme tels », a-t-il expliqué à EL MUNDO Roberto Lorenzo, avocat d’un des policiers.

Plus précisément, il fait référence au transfert qui a été effectué à partir du Commissariat de police d’Almendralejo, où ils sont restés depuis leur arrestation mercredi dernier, au palais de justice de Mrida, où ils ont été convoqués au tribunal, d’abord jeudi soir puis vendredi matin, les déclarations des autres détenus ayant pris du retard. L’avocat explique que les Affaires intérieures ont détenu chacun dans les voitures de police pendant plus de six heures au total avant d’accéder aux bureaux judiciaires, où ils ont fait usage de leur droit de ne pas témoigner. Pendant tout ce temps, ils ont été immobilisés dans des voitures de police. L’objectif serait qu’avant de témoigner devant le juge, qui a par la suite refusé de le faire, ils ne préparent pas une stratégie commune dans les cellules.

Cependant, l’avocat explique qu’ils ont subi des situations « regrettables et inhumaines ». Il ajoute que les policiers avaient déjà été ensemble lors des précédentes perquisitions qui ont été effectuées après les arrestations et également au commissariat d’Almendralejo : « Ce ne sont pas des terroristes et ont été traités comme tels, uniquement des détenus qui font l’objet d’une enquête et ont leurs droits » , la menthe.

Lui et ses collègues avocats ont alerté le juge lui-même, le le parquet et le greffier, qui « a vérifié les événements qui se produisaient », selon cette version, de sorte que le Poursuivre déposer rapidement une plainte pour clarifier les irrégularités alléguées qui se sont produites. Dans le cas contraire, les agents porteront plainte contre les responsables de la situation pour un crime présumé de torture, qui est caractérisé dans le Article 174 du Code pénal, qui touche les actes « inhumains ou dégradants » des agents publics.

Transfert à Estremera

En revanche, les quatre agents que le juge a ordonné vendredi d’envoyer en prison – provisoire et sans caution – ont été transférés hier de la prison de Badajoz à celle de Estremera (Madrid) entrer dans un module de sécurité spécial exclusivement réservé aux agents des forces et organes de sécurité de l’État et ainsi ne pas se mélanger avec le reste des détenus. Le cinquième agent du groupe de détenus a été libéré après avoir répondu aux questions de son avocat, mais pas à celles du juge et du procureur. De plus, il y a un garde civil qui a été arrêté en Torrevieja (Alicante), où une enquête sur cette opération a également été ouverte.

★★★★★