Les organisations de police et de gardes civils s’unissent pour éliminer 100 000 agents contre le gouvernement pour la réforme de la loi bâillon

Loi sur la sécurité des citoyens

Des agents de tous les organes des forces de sécurité de l’État manifestent le 27 novembre à Madrid parce que l’exécutif les a laissés « vendus »

Les citoyens font face à la police
Les citoyens affrontent la Police, en 2021.D. GONZLEZ

La réforme de la loi sur la sécurité citoyenne a réussi à mettre tous les syndicats de police d’accord, les submergeant dans une manifestation à Madrid, le 27 novembre, et qu’ils prétendent historique. Ils entendent descendre 100 000 agents dans la rue pour régler les comptes du gouvernement dans une bataille qui respire aussi une certaine rancune de sentir qu’ils n’ont pas été pris en compte dans la négociation de la nouvelle loi, dans un processus qu’ils qualifient de  » vital » pour leur réussite.

Avec le sentiment principal d’être dépossédés de leur autorité, les changements dans la réglementation ont réalisé une unité d’action, inédite jusqu’à présent, parmi tous les représentants de la police et des gardes civils, qui préviennent que cette fusion est le début d’autres actions contre l’exécutif de Pedro Snchez au cas où la réforme ne serait pas abrogée.

Les principales organisations syndicales considèrent que cette modification de la loi dite Gag dynamise le pouvoir des agents dans la mesure où, par exemple, elle limite une bonne partie de leur matériel de travail, compromettant ainsi, insistent-ils, « leur capacité de réaction . » Ils abondent aussi dans le sens où cela « gêne » le travail de la police.

Après la tentative initiale de former deux blocs différents avec des agendas de protestation différents, les syndicats ont finalement décidé ce lundi de se regrouper sous la même arche et ont commencé à jeter les bases de la macro-manifestation qu’ils projettent dans deux semaines.

« C’est un scandale »

« Ils vont nous envoyer à la guerre sans les moyens appropriés et aussi le gouvernement nous conduit au face-à-face », prévient le porte-parole du syndicat de la police. Jupol, majorité au Conseil de la Police. « Le gouvernement ne peut pas nous laisser vendus dans les interventions dans les rues, et on ne parle pas seulement d’ordre public, mais aussi dans les identifications, par exemple », ajoute-t-il.

« Sans aucun doute », poursuit-il, « c’est un outrage contre les forces et organes de sécurité de l’Etat et c’est pourquoi nous en avons assez dit. L’union est écrasante car avant cela nous avons quelque chose à dire », ajoute-t-il. Outre la limitation de l’usage des équipements anti-émeutes, les changements, indiquent-ils, consistent à ne pas pénaliser la diffusion d’images des agents qui sont enregistrées par des tiers, la tenue de manifestations spontanées sans communication préalable ou la réduction des amendes liées aux incidents. violent selon le revenu du contrevenant.

La modification de la norme prévoit également que la police doit ramener en moins de deux heures au point de départ un citoyen qui a été conduit au poste de police pour défaut d’identification.

Quant au fait que dans les perquisitions il n’est pas possible d’exposer « une partie du corps », il considère que « pour provoquer à un moment donné que des manifestants violents puissent porter un certain type d’arme et ne pas être détectés à temps par les Forces de sécurité . »

Après avoir rencontré Marlaska

L’annonce de ce qui, selon les syndicats, deviendra la manifestation policière la plus massive de l’histoire, est intervenue à l’issue de la rencontre que Jupol a tenue avec le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, le 11 novembre. La rencontre a été stérile. sur le fond car, bien que le syndicat reconnaisse que le traitement et l’ambiance ont été « amical et détendue », ses représentants préviennent d’emblée que le ministre n’est pas en mesure de transiger.

La CÈPE, un autre des syndicats les plus enracinés dans la Police, a annoncé qu’il refusait d’assister à la réunion avec Grande-Marlaska en signe de rejet du traitement des amendements « dans le dos » de la police. La réunion -qui s’inscrivait dans la ronde des contacts informels avec tous les syndicats représentatifs, récupérant l’ordre du jour interrompu en raison de la pandémie de Covid-19- a scellé le front commun composé des gardes nationales, locales, régionales et civiles contre la décision du gouvernement pour mettre en œuvre la réforme.

La réponse à la décision de s’unir et de « prendre » Madrid le 27 a été « écrasante » parmi les agents à travers le pays. La capitale recevra, selon les calculs des syndicats, des bus de toutes les provinces espagnoles avec des agents de la police nationale, locale, autonome et de la garde civile.

« Ce n’est sans doute que le début d’une véritable unité face à la réforme qui est proposée. Nous avons beaucoup en jeu, mais pas seulement nous-mêmes en tant qu’agents, mais aussi en tant que citoyen, car à long terme cela influencera aussi les citoyens. et dans leur sécurité », affirme un autre des représentants syndicaux consultés par ce journal.

« C’est une attaque frontale contre le Corps »

« Il cherche à se limiter aux violents, à réduire nos opérations pour pouvoir apaiser la violence dans les rues et à mettre l’accent sur la police et les gardes civils plutôt que sur les criminels et les personnes violentes », soulignent-ils depuis Jupol.

De cette union, la criminalisation qui, à leur avis, est menée par divers secteurs du gouvernement espagnol est également devenue laide, citant la création de l’Office national pour les garanties des droits de l’homme des forces et organes de sécurité de l’État, « un insulte au travail louable » des agents.

Le secrétaire général de Jupol, Aarn rivero, a été particulièrement sévère vis-à-vis de la réforme. « Il s’agit d’une attaque frontale contre les forces et organes de sécurité de l’État et l’élimination complète du principe d’autorité qui devrait régir les forces de police de tout État démocratique.

« Cela ne fait que mettre les agents de l’autorité aux pieds des chevaux, mettant en danger leur intégrité physique, celle de leurs familles et celle du reste des citoyens », conclut-il.

Les syndicats de la Police et les groupes de l’Institut Armée réitèrent que les mobilisations et protestations se poursuivront jusqu’à ce qu’ils ne soient pas en mesure d’abroger la réforme de la réglementation.

★★★★★