Les étudiants du baccalauréat étudieront la « diversité identitaire » dans le domaine de l’histoire de l’Espagne

Le programme scolaire exige d’enseigner « le processus réformateur et démocratisant qu’a entrepris la Seconde République »

Ministre Pilar Alegr
La ministre Pilar Alegra, avec le leader du PP, Pablo Casado.DAVID FERNNDEZEFE
  • Éducation Le programme de l’ESO de Lengua Castellana donne la priorité à la « diversité linguistique » et favorise la « réflexion interlinguistique »
  • Éducation Le nouveau programme de l’ESO ne mentionne pas les logarithmes en mathématiques et réduit l’histoire

17 ansIls étudieront la « diversité identitaire » et apprendront à « respecter l’existence d’identités multiples » existant dans notre pays en termes de « sentiment national ». Par conséquent, le « nationalisme espagnol », les « nationalismes et régionalismes infra-étatiques » et les « modèles alternatifs à la centralisation » seront examinés. Ce sont quelques-uns des contenus qui sont expressément inclus dans le projet de programme d’études de lycée dans le cadre de Histoire de l’Espagne.

Le document de plus de 400 pages, auquel EL MUNDO a eu accès, exhorte également les enseignants à enseigner les « grandes réformes structurelles » qui ont été menées au cours du « processus réformiste et démocratisant que le II République« , ainsi que  » les réactions anti-démocratiques qui ont été générées avant son avancée et le coup d’État qui a marqué sa fin. «  Guerre civile et le régime franquiste, dit le curriculum, « montrent le degré de violence que peuvent acquérir les conflits et les conséquences de l’usage dictatorial du pouvoir. Des expériences traumatisantes et douloureuses qui doivent être rigoureusement connues pour qu’elles ne se reproduisent plus ».

Sources de Ministère de l’Éducation expliquer que l’objectif de ce programme est d’offrir aux étudiants « une vision plus démocratique » de notre histoire par opposition à « la vision traditionnelle, centrée sur l’impérialisme et Rois catholiques« , qui, selon le gouvernement, caractérise d’autres cursus.

L’un des objectifs est que les étudiants fassent « leurs propres jugements argumentés dans des sources fiables et dans des ouvrages historiques contrastés, qui évitent la désinformation et favorisent le dialogue ». Pour cette raison, entre autres, les enseignants sont appelés à ne pas « tomber dans des mythes et des stéréotypes tels que légende noire«  » ou « l’idée de décadence après la fin de l’empire et les crises coloniales successives, qui l’éloignent de son contexte interprétatif ».

L’histoire espagnole est obligatoire pour tous les élèves de 2e année du secondaire avec un minimum de deux heures par semaine. C’est le seul contenu de ce type que les élèves voient dans tout l’enseignement post-obligatoire, puisque dans 1 seul Histoire du monde contemporain pour les étudiants de la modalité Sciences humaines et sociales, ils doivent choisir le sujet parmi une liste de cinq.

« Respecter les identités multiples »

Le curriculum, qui devra être complété par les contenus établis par les autonomies, exhorte « à identifier la diversité identitaire de notre pays », prenant « conscience du rôle qu’elles jouent actuellement, à respecter les sentiments d’appartenance, l’existence de identités multiples et les normes et symboles établis par notre cadre commun de coexistence ».

Il souligne que « la coexistence des identités, en particulier celles qui ont à voir avec le sentiment national, est l’une de celles qui éveillent le plus d’intérêt aujourd’hui et qui ont provoqué le plus de tensions dans la société espagnole au cours des dernières décennies ».

« Il doit être possible d’identifier l’origine et l’évolution du nationalisme espagnol au XIXe siècle dans la construction de l’État national et des nationalismes et régionalismes infra-étatiques alternatifs. Il doit également être possible d’identifier l’origine de l’idée d’Espagne et autres identités territoriales à travers des textes, dès leurs premières formulations et leur évolution dans le temps.Respecter les différents sentiments d’appartenance implique de travailler sur leurs différentes échelles et dimensions, ainsi que la compatibilité des identités multiples, valorisant la richesse de leurs différentes expressions et manifestations de l’articulation territoriale et de l’organisation de l’État implique de reconnaître les actions visant à la centralisation administrative et politique depuis la naissance de l’État moderne, les conflits qu’il a générés et les modèles alternatifs à la centralisation », ajoute-t-il.

Dans le programme de la LOE du PSOE En 2006, on s’est exprimé très brièvement sur cette question et la « naissance des nationalismes périphériques » n’a été évoquée que deux fois, sans développer les concepts. Dans celui du Lomé du PP de 2013, qui est beaucoup plus détaillé, mentionne la « reconnaissance de la diversité de l’Espagne » (mais le mot « identité » n’est pas utilisé), « l’origine et l’évolution du catalanisme, du nationalisme basque et du régionalisme galicien » et « comment la pré -des régions autonomes de Catalogne et du Pays basque ont été créées ».

Celui avec le Lomloé Il diffère des précédents en ce qu’il encadre les « identités multiples » dans le contexte actuel et leur donne plus d’importance. C’est l’un des huit blocs centraux de l’ordre du jour.

« Domination, contrôle, subordination et soumission »

De plus, il se concentre surtout sur les deux derniers siècles, tandis que le Lomce abordait également tous les événements survenus de la Préhistoire à nos jours. Le LOE a également présenté l’étude à partir d’une approche exclusivement chronologique et a détaillé les principaux événements, de l’héritage des Romains à la culture hispanique à l’UE, en passant par le Moyen Âge, les royaumes chrétiens et Al-Andalus, les Rois Catholiques, les Autrichiens, l’« empire colonial », l’Ancien Régime, la « politique centralisatrice » des Bourbons, la guerre d’Indépendance, la Constitution de 1812, Ferdinand VII, l’émancipation de l’Amérique, Isabelle II, le carlisme, la construction de l’État libéral, la période révolutionnaire de six ans, la Restauration, la crise de 98, la révolution industrielle, le mouvement ouvrier, Primo de Rivera, la Seconde République, la guerre civile, Franco, la Transition…

Un axe central du sujet sera le rôle des femmes pour promouvoir « des attitudes éclairées face à la situation séculaire d’inégalité ». Les étudiants devront analyser les « mécanismes de domination, de contrôle, de subordination et de soumission », les mouvements féministes et leurs « antagonistes ». « Liberté », « progrès », « effets environnementaux » de la croissance économique et « accès inégal aux ressources, aux droits et au pouvoir » sont d’autres contenus qui ressortent dans le sujet de l’Histoire de l’Espagne.

★★★★★