Les anciens présidents du Parlement demandent la grâce de Carme Forcadell

Lundi,
24
août
2020

15:04

Joan Rigol, Ernest Bench et Nria de Gispert demandent au gouvernement la libération de l'ancien président de la Chambre catalane également

Les anciens présidents du Parlement Rigol, Benach et De Gispert.

Les anciens présidents du Parlement Rigol, Benach et De Gispert.
EFE

Les anciens présidents du Parlement Joan Rigol, Ernest Benach et Nria de Gispert ont présenté au gouvernement de Pedro Snchez une demande de pardon pour l'ancien président de la Chambre catalane, Carme Forcadell, en prison pour son implication dans le procs.

Lors d'une conférence de presse au Parlement catalan, les trois ont expliqué que Forcadell était au courant de la pétition, enregistrée ce lundi, qu'ils ont signée en tant qu '«anciens présidents du Parlement».

Rigol, qui appartenait au défunt Uni, a présidé la Chambre entre 1999 et 2003, au dernier stade de Jordi Pujol à la tête de la Generalitat; Ernest Benach, de l'ERC, a dirigé le Parlement lors des deux tripartites de Pasqual Maragall et Jos Montilla, et Nria de Gispert (UDC) a pris ses fonctions entre 2010 et 2015, avec Artur Mas comme Président.

Lors de la comparution, Benach a souligné que les trois estiment que la meilleure façon de canaliser le conflit catalan sera une "loi d'amnistie" pour les personnes accusées par le procs, mais il a défendu que "tant qu'il n'y a pas de conditions pour que cela soit possible", il est nécessaire d'explorer le reste des options qui peuvent améliorer la situation des prisonniers, rapporte Efe.

En ce sens, Rigol a assuré que la grâce "paraît plus facile à gérer" que l'amnistie car la première dépend du gouvernement, tandis que la seconde nécessitera une majorité dans les Cortes Generales, ce qui est actuellement "très difficile" à obtenir.

De Gispert a affirmé que Forcadell, qui est en prison depuis plus de deux ans, n'a commis aucun crime parce qu'il se bornait à "donner la parole aux députés" pour qu'ils en débattent, ce qui, selon le règlement du Parlement, était "sa fonction" .

Dans le même ordre d'idées, Rigol a défendu que l'ancienne présidente de la Chambre "ne méritait pas" d'être incarcérée parce que "lorsqu'elle a agi en tant que présidente du Parlement, elle l'a fait conformément au règlement".

Tous les trois ont mis en évidence l'esprit «civilité» et «démocratique» de Forcadell, qui estime qu'il subit les conséquences d'un État qui n'a pas su affronter le conflit catalan d'un point de vue politique.

La demande de grâce a été accompagnée d'une lettre adressée au ministre de la Justice, Juan Carlos Campo, "faisant valoir la raison de la pétition".

Benach a expliqué que l'actuel président du Parlement, le républicain Roger Torrent, n'a pas été impliqué dans l'initiative car ils voulaient que ce soit une demande d'anciens présidents et déconnecté de la politique actuelle.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★