Les Affaires étrangères tentent de réduire la tension anti-hispanique dans les attaques contre les statues

Mardi,
2. 3
juin
2020

01:30

L'ambassadeur à Washington a écrit aux maires des villes des États-Unis où des actes se sont produits pour exprimer sa préoccupation.

Statue de Fray Jun

Statue de Fray Junpero Serra avec des graffitis l'accusant de "raciste", à Palma de Majorque.
EFE

Des alarmes ont retenti au ministère des Affaires étrangères après les attaques contre des monuments commémorant l'empreinte hispanique aux États-Unis, comme ceux de San Junpero Serra, Cristbal Coln ou le sien Miguel de Cervantes. L'ambassadeur d'Espagne à Washington a écrit aux maires des villes où ces actes de vandalisme ont eu lieu, leur montrant son inquiétude. En outre, la représentation diplomatique a contacté "à tous les niveaux, fédéral, étatique et local" pour "freiner la tension" contre le patrimoine espagnol, comme l'ont expliqué des sources diplomatiques à EL MUNDO.

Des sources étrangères affirment qu'en plus des actions à court terme pour affronter un "mouvement révisionniste" dont même des "pères fondateurs" de la république nord-américaine, tels que George Washington ou Roosevelt, il existe des actions à long terme pour "justifier et faire connaître" l'importance de l'Espagne dans l'histoire des États-Unis.

Ainsi, l'Instituto Cervantes travaille en collaboration avec des universités et des centres de recherche et culturels pour "mettre en valeur" cet héritage dans ses centres de New York, Chicago, Albuquerque, Seattle, Calgary ou Boston. L'Espagne collabore également avec le Conseil hispanique et le Conseil hispano-américain, qui est en contact avec le gouvernement, ainsi qu'avec des membres du Congrès et des sénateurs américains.

L'ambassade a déjà regretté "profondément" ces actes samedi et a revendiqué l'une des figures les plus attaquées, San Junpero Serra, pour "ses grands efforts en faveur des communautés autochtones".

La ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzlez Laya, a expliqué dans la face qui travaille à "améliorer la connaissance du patrimoine hispanique." Et que nous continuerons à le faire avec l'ouverture prochaine d'un nouvel Institut Cervantès à Los Angeles. En outre, il a avancé qu'il était en contact avec les autorités nord-américaines pour "réduire la tension" et qu'il le faisait "avec prudence et calme".

Actions de communication globale

Gonzlez Laya a ajouté qu '"il y a une grande colère au sein de ce mouvement de la part de la société américaine qui se rebelle contre la discrimination raciale et le manque d'égalité", des aspects où "il y a probablement des choses à changer". "Ce sont des blessures de la démocratie", a-t-il souligné.

Jusqu'à présent, il n'y a pas eu un mouvement aussi intense contre les symboles hispaniques aux États-Unis. Si cela continue avec le temps, le gouvernement se réserve de mettre en œuvre des actions de communication plus globales pour atteindre la population nord-américaine, comme l'expliquent des sources diplomatiques à ce journal.

De telles attaques ont également lieu en Espagne. La statue la plus représentative érigée à Palma en l'honneur du frère majorquin et de saint Junpero Serra, devant le couvent central de Sant Francesc, a été vandalisée entre dimanche et lundi. La sculpture est apparue tachée de peinture rouge et avec le mot "raciste" enduit sur la base. Pour le moment, l'auteur n'a pas été identifié.

Cette attaque a eu lieu quelques heures après le conseiller de Podemos à la mairie de Palma, Sonia Vivas, s'interrogent sur l'effigie du missionnaire, qu'il a identifié comme symbole de "l'oligarchie". Dimanche, Vivas a demandé sur les réseaux sociaux que la statue soit "jetée pacifiquement". Il fait allusion aux attaques que subit la figure de Junpero Serra aux États-Unis.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★