L’enquête sur la mort de Samuel se concentre sur la prise de déclarations, sans arrestation pour le moment

Concentration
Concentration sur la Plaza de Mara Pita de A Corua en rejet du meurtre de Samuel.CabaleEFE
  • Événements Il s’agit de l’agression de Samuel, le jeune homme tué lors d’un passage à tabac à La Corua : « Je n’ai entendu que les coups »
  • Hommage Lettre de ses amis à Samuel, le jeune homme tabassé à La Corua : « Nous nous battrons chaque jour pour ce que vous méritez : la justice »

La police nationale se concentre actuellement sur la prise de déclarations des témoins qui, à l’aube de vendredi à samedi, pourraient être témoins ou avoir des indices sur l’agression brutale qui a tué Samuel Luiz Muiz, 24 ans, en à Coroue. Pour le moment, aucune arrestation n’a été effectuée, mais il y a des personnes identifiées pour leur éventuelle relation avec ce qui s’est passé.

Des sources officielles de la Police nationale ont indiqué LE MONDE qu’il n’y a aucune personne détenue ou enquêtée et qu’à ce stade de l’enquête, il n’est pas possible de parler de suspects ou identifiés, en faisant appel, à tout moment, au Tribunal qui instruit l’affaire, le numéro 8 de la ville de Coruesa, garde le secret sommaire décrété.

D’autres sources consultées suggèrent cependant que les enquêteurs ont des suspects possibles et ont identifié plusieurs personnes qui pourraient être impliquées dans les coups. Ces personnes, ainsi que les témoins des événements, ont commencé à faire des déclarations au commissariat de Lonzas de la Police nationale dimanche après-midi et se poursuivent ce lundi.

Aussi le délégué du gouvernement en Galice, Jos Miones, a-t-il reconnu ce lundi, dans des déclarations aux médias lors d’un événement à Ourense, qu' »il y a certaines identifications », tout en précisant que les enquêtes sont toujours en cours et « sont toujours en cours de collecte d’informations ».

L’enquête se concentre sur l’interrogatoire de tous les témoins et également sur la visualisation de toutes les vidéos des caméras de sécurité dans la zone, mais, pour l’instant, l’hypothèse sur laquelle les enquêteurs travaillent est que l’origine des coups brutaux Il s’agissait d’un incident avec un téléphone portable , parce que Samuel et un ami avec qui il marchait dans la rue passaient un appel vidéo et un autre couple a attiré son attention en pensant qu’ils étaient enregistrés. Cela a été suivi par l’agression sans aucune justification, avec des coups de pied et de poing qui ont causé sa mort.

L’un des aspects encore sans confirmation officielle dans cette affaire est le caractère potentiellement homophobe de l’agression meurtrière. Officiellement, s’exprimer en ces termes a été exclu d’emblée, même si le délégué du gouvernement a indiqué ce lundi lors d’une cérémonie à Ourense qu' »aucun des itinéraires n’est exclu ». La réponse a été donnée à des questions spécifiques des médias sur l’homophobie et il a insisté sur le fait qu' »ils travaillent de toutes les manières ».

Miones a ajouté que des déclarations sont recueillies auprès de témoins et, au fur et à mesure que l’enquête progresse, « nous saurons s’il s’agit d’un crime homophobe ou non ». A ce propos, il faut noter que cette possibilité est défendue depuis samedi par le cercle d’amis du défunt, qui a indiqué que Samuel était homosexuel et, avant de le battre, l’un des agresseurs lui a dit « Soit arrêtez d’enregistrer soit je’ Je vais te tuer, pédé « .

Soixante-dix concentrations

Ce possible caractère homophobe de l’agression a suscité une vague d’indignation sur les réseaux sociaux et ce lundi des rassemblements ont été convoqués dans tout le pays pour la condamner. D’après les informations contenues dans le Direction Générale de la Diversité Sexuelle et des Droits LGTBI, dépend de Ministère de l’Égalité, à 20 heures, il y a des concentrations dans plus de 70 villes et villages sous la devise #JusticePourSamuel.

Le délégué du gouvernement en Galice a manifesté sa « condamnation absolue » des événements survenus et son « rejet total de cette agression brutale qui a mis fin à la vie de Samuel », car « la société dans laquelle nous sommes ne peut pas permettre ce qui s’est passé ce week-end et cette violence montré. « 

En plus de montrer son « affection, son affection et son soutien » à la famille, il a tenu à demander de lancer un « message de prudence, de responsabilité et de professionnalisme » aux médias et de garantir que la Police nationale « dès la première minute travaille de manière responsable, professionnelle « et » des enquêtes en temps opportun « sont en cours, qui restent ouvertes.

« Je demande du temps pour laisser les professionnels travailler », insiste Miones, qui assure que l’objectif maximum des enquêteurs est de clarifier ce qui s’est passé et, surtout, « de traduire en justice ceux qui ont perpétré cette attaque brutale ».

★★★★★