Le PSOE invente « l’Espagne à plusieurs niveaux » pour donner « la place à l’autonomie de la Catalogne »

La nouvelle feuille de route des socialistes place la résolution de la question catalane comme un « objectif de premier ordre »

Adriana Lastra, ce s
Adriana Lastra, ce samedi.EVA ERCOLANAIS

Après avoir exécuté la purge dans le gouvernement et dans le parti avec lequel il envisage de survivre à la seconde moitié de la législature, Pedro Snchez entend redéfinir les principes structurels du PSOE avec quelques commandements vagues qui lui permettent de concevoir ce « nouveau modèle de pays » qui a promis de construire, avec la participation du mouvement indépendantiste, après avoir gracié les dirigeants du procs.

Nouveau cadre

Après la « nation des nations » et la « multinationalité », le PSOE a décidé de créer « l’Espagne moderne à plusieurs niveaux ». Ils expliquent : « C’est celui qui offre des canaux démocratiques de dialogue et de pacte dans le cadre de la loi pour apporter des solutions à des situations comme celle de la Catalogne, afin d’approfondir l’État des régions autonomes ».

Ce concept large et abstrait d’« Espagne à plusieurs niveaux » sera l’outil pour articuler un modèle territorial dans lequel s’insère la Catalogne souveraine qui aspire à l’indépendance. C’est ce qu’exige la présentation des socialistes, leur feuille de route pour les quatre prochaines années, dans laquelle ils se fixent comme « objectif de premier ordre » d’atteindre « la meilleure adéquation pour l’autonomie catalane dans le reste de l’Espagne ».

« Le gouvernement espagnol a promu de manière décisive et courageuse l’agenda des retrouvailles », dit le manuel d’action du PSOE en référence implicite aux grâces et à la réactivation ultérieure de la relation bilatérale avec la Generalitat, qui commencera à devenir évidente le 2 août prochain avec le sommet entre les deux gouvernements pour aborder la cogestion des fonds européens et pour atteindre son apogée dans la troisième semaine de septembre.

Ensuite, se réunira à nouveau la table sur le « conflit catalan », à laquelle le gouvernement du Père Aragons se rendra avec deux demandes fermes: l’amnistie et la célébration d’un nouveau référendum d’autodétermination.

En attendant de savoir s’il contredit ses propres principes, le PSOE promet d’offrir à la Catalogne « un dialogue et un pacte dans la loi » et un vague « approfondissement de l’État des régions autonomes », qui ne satisfera guère le mouvement indépendantiste, qui rejette le vote d’un nouveau statut ou se contenter d’une question comme celle récemment soulevée par le déjà ancien ministre de la Politique territoriale, Miquel Iceta. Il a proposé de « faire un costume sur mesure » à la Catalogne afin que ses citoyens puissent voter lors d’un référendum « un grand accord sur l’autonomie, le financement et la participation des communautés autonomes à la conception des politiques de l’État ».

« Néocentralisme »

L' »Espagne à plusieurs niveaux » de Sanchez – à laquelle le parti n’a fait référence ni dans ses programmes ni dans ses précédents discours politiques – promet de se plonger dans la « co-gouvernance fédérale » pour lutter contre le « néocentralisme », qu’il identifie comme un nouvel ennemi, sans le citer comme tel au sécessionnisme. Le PSOE garantit de faire preuve de « sensibilité au sentiment d’appartenance [a Espaa] diversifié », mais sans offrir une recette claire pour la résolution de la guerre d’indépendance catalane, que le président du gouvernement semble confier à la négociation improvisée avec le président Aragons. Dans plus de 300 pages de présentation, la Catalogne n’est mentionnée qu’une seule fois.

Harmonisation fiscale

Le PSOE approuve son idée d’entreprendre un processus d' »harmonisation » fiscale, un engagement pris avec ERC pour soutenir les budgets et un point auquel la présidente madrilène, Isabel Daz Ayuso, voit une ligne rouge. Les socialistes ne cachent pas que leur objectif est de « augmenter les recettes » avec des mécanismes comme « fixer un taux effectif minimum sur l’impôt sur les sociétés » et agir sur les impôts indirects. « L’Espagne a encore de la marge pour converger avec les moyennes européennes », avance en ce sens le script du PSOE.

Inadaptation autonome

Accroché à la délégation gouvernementale dans les communautés autonomes pendant la pandémie de coronavirus, le PSOE propose de revoir le modèle territorial pour résoudre les « déséquilibres de l’État autonome actuel ». Il défend la mise en place de ce « système de gouvernement à plusieurs niveaux » qui « reconnaît l’autonomie, la suffisance financière et le leadership aux pouvoirs locaux pour exercer leurs pouvoirs.

Élection présidentielle

Sánchez entend également faciliter sa réélection en modifiant le système actuel de nomination présidentielle. « Notre pays ne peut pas être à la merci des majors du blocus », lit-on dans la présentation politique du PSOE, pour parier plus tard sur la réforme du mécanisme électoral du Premier ministre inclus dans l’article 99 de la Constitution et adopter le modèle actuel dans les Asturies ou le Pays basque Pays, qui permet la présentation de plusieurs candidats en même temps et garantit l’investiture de celui qui obtient le plus grand soutien parlementaire.

Les socialistes soutiennent que cela « efface la menace de répétition électorale » qui survolait déjà Sanchez avant qu’il ne mobilise le soutien des sécessionnistes catalans et basques, comme le reconnaît le propre argument des socialistes.

Mémoire historique

Le Parti socialiste prône sa définition féministe et plonge dans ses politiques de « mémoire démocratique » avec des mesures comme sanctionner l’apologie du franquisme ou interdire les fondations et associations dont les buts incluent l’incitation à la haine ou à la violence contre les victimes de la guerre et de la dictature.

Il propose également la réalisation d’un audit et d’un inventaire des biens saisis et des entreprises ayant contribué à la réalisation d’actions de travail forcé. Il veut exiger qu’ils adoptent des mesures pour indemniser les victimes.

« Actualiser les contenus curriculaires de la mémoire démocratique » dès l’enseignement primaire et même les étendre aux programmes d’accès à la fonction publique fait également partie des revendications du PSOE.

★★★★★