Le procureur juge le processus de rapatriement des mineurs marocains à Ceuta « nul et non avenu »

Il affirme que la procédure établie par la loi a été « totalement et absolument » ignorée et désigne les tribunaux de Ceuta comme étant compétents pour entendre l’appel de l’ONG

soldats espagnols
Des militaires espagnols accompagnent des mineurs arrivés irrégulièrement à Ceuta en mai dernier.Jon NazcaREUTERS

La Poursuivre de la Cour nationale juge « nulle et non avenue » la manière dont le processus de rapatriement des mineurs marocains arrivés à Ceuta en mai dernier s’est déroulé parce qu’ils n’ont pas respecté les exigences de base telles que l’information de ces enfants et adolescents sur leurs droits.

C’est ainsi que le procureur l’expose Manuel Campoy dans une lettre du 17 septembre, à laquelle Europa Press a eu accès, où elle informe en faveur de l’admission du recours contentieux-administratif formulé par le Réseau d’aide à l’immigration et aux réfugiés contre l’ordonnance rendue en août par le Ministre de l’Interieur d’expulser lesdits mineurs.

« Il est considéré que les actions administratives de retour au Royaume du Maroc de mineurs étrangers non accompagnés, venus en masse au Ville autonome de Ceuta les 17 et 18 mai, (…) elles sont nulles et non avenues, puisqu’elles dispensent totalement et absolument la procédure légalement établie », précise Campoy.

De plus, elle souligne qu’il s’agit d’« actes matériels de fait » parce qu’ils ont ignoré la procédure établie, violant ainsi les « garanties essentielles » qui la régissent.

Les mineurs n’ont pas été entendus

Le procureur souligne que la manière d’agir de l’administration publique dans ce processus de rapatriement porte atteinte au droit fondamental des mineurs à une protection juridictionnelle effective, rappelant en ce sens que la jurisprudence constitutionnelle exige une « communication personnelle » des procédures aux personnes concernées.

« Les actes obligatoires de communication aux mineurs intéressés ont été omis, l’information sur leurs droits et la désignation d’un défenseur judiciaire, le cas échéant ; limitant ainsi la possibilité d’accéder à la protection judiciaire et de pouvoir contrôler judiciairement les actes administratifs concernés », expose.

Campoy souligne que, de manière générale, « aucune des garanties et procédures requises par la législation espagnole n’a été respectée », précisant qu’il n’y a pas de procédure d’audition en présence de mineurs ayant eu « un jugement suffisant » ou de leurs représentants légaux, ni qu’ils ont été informés de leurs droits, compte tenu de la possibilité de porter plainte ou de désigner un défenseur judiciaire.

Ils ne comprennent pas non plus, ajoute-t-il, « les rapports obligatoires de la représentation diplomatique marocaine sur la situation familiale des mineurs concernés, des services de protection des mineurs ou du ministère public ».

Il manque également au procureur une « résolution définitive conforme au principe de l’intérêt supérieur du mineur, sur le rapatriement dans son pays d’origine ou où se trouvent les membres de sa famille ou sur son séjour en Espagne, qui doit être notifiée au mineur, son représentant, tuteur et le procureur de la République, mettant fin à la voie administrative ».

Compétence des tribunaux de Ceuta

En conséquence, le Ministère Public considère que « la recevabilité du recours contentieux-administratif formé » est appropriée, bien qu’en même temps il indique que « la compétence objective et territoriale pour l’entendre correspond à la Tribunaux de contentieux administratif de Ceuta ».

Et ce parce que la réglementation de la Loi sur les droits et libertés des étrangers en Espagne et leur intégration sociale « Il attribue aux délégations et sous-délégations du Gouvernement la compétence pour l’instruction des procédures de rapatriement des mineurs étrangers non accompagnés.

Alors que les juridictions contentieuses administratives ont la compétence objective sur les ressources formulées contre les résolutions émises en matière étrangère par l’administration périphérique de l’État, étant la compétence territoriale des organes juridictionnels dans la circonscription desquels se trouve l’organe qui a son siège. l’acte contesté.

★★★★★