Le PP insiste pour que les restrictions du Covid-19 ne nécessitent pas l'autorisation de la justice

samedi
22
août
2020

23:46

Les plus populaires appellent le gouvernement à s'entendre sur un plan juridique qui évite un nouvel état d'alerte et dote les communautés de «sécurité».

Enrique L

Enrique Lpez, secrétaire de la justice et de l'intérieur du PP et conseiller de la justice de Madrid.
Chema Moya EFE

  • Tribunaux.

    Madrid fait appel de l'annulation de l'ordonnance qui interdit de fumer et ferme la vie nocturne

  • Des mesures.

    La Galice interdit de fumer dans la rue si la distance sociale ne peut être maintenue

Dans une situation épidémique préoccupante, avec une augmentation des flambées et des infections dues à Covid-19, et avec la confusion dans la société quant au retour à l'école et au travail, le PP exhorte le gouvernement à convenir d'un plan juridique qui permet d'accélérer et de "donner sécurité juridique des institutions et des citoyens ". En ce sens, les plus populaires suggèrent que pour la restriction de droits, par exemple dans une région, elle ne nécessite pas d'autorisation judiciaire préalable.

Sur la rétine, que s'est-il passé cette semaine à Madrid, où le Tribunal contentieux administratif le numéro 2 de Madrid a renversé les mesures restrictives établies par le gouvernement qui, entre autres, envisageait l'interdiction de fumer dans les espaces publics sans distance de sécurité ou la fermeture de la vie nocturne. Pendant ce temps, en Galice, cette interdiction de fumer a été ratifiée par la justice. Un "non-sens juridique", de l'avis du PP.

"Dans la situation dans laquelle nous nous trouvons, nous proposons que l'administration publique puisse restreindre ou conditionner les droits sur des critères de proportionnalité, d'aptitude et de nécessité, sans préjudice de son contrôle judiciaire ultérieur", explique-t-il. Enrique Lopez, Secrétaire de la justice et de l'intérieur du PP et conseiller de la justice de Madrid.

Le contrôle juridictionnel de ces résolutions administratives sera ultérieur – par exemple, en cas de recours – et la Chambre du contentieux administratif de la Cours supérieures de justice dans le cas des communautés autonomes, soit le Cour suprême dans le cas du gouvernement espagnol.

Le PP est conscient de la demande de ratification judiciaire de l'acte administratif en cas de privation de liberté ou de traitement médical forcé, comme la quarantaine ou les procédures médicales involontaires. Cependant, ils considèrent que la restriction de la liberté de circulation en cas de pandémie ne nécessiterait pas le même traitement juridique. "Ce seront des mesures suffisamment justifiées en raison du risque, comme dans ce cas, d'une maladie contagieuse qui affecte gravement et nuit à la santé publique", souligne López à ce journal.

"Ce n'est pas un problème que les communautés font ou ne font pas. C'est un problème de droit, qui génère de la prévisibilité dans ses conséquences tant pour l'administration que pour le citoyen", explique le chef de la justice du PP.

Les plus populaires exhortent le gouvernement à entreprendre une réforme juridique urgente qui fournisse au gouvernement et au reste des administrations des mécanismes pour pouvoir arrêter les contagions qui, selon eux, pourraient être faites dans un court laps de temps. Le 28 juillet, ils ont déjà enregistré au Congrès un Proposition de loi organique pour la protection de la santé et des droits et libertés fondamentaux, où ils exposent une vaste réforme juridique qui comprendra des changements Loi réglementaire de la juridiction contentieuse administrative (LJCA) pour éviter cette autorisation judiciaire.

Cependant, ils considèrent qu'il s'agit d'un «patch», «à écarter», mais qu '«un effort devra être fait pour faire une nouvelle loi sur la pandémie telle qu'elle existe en Allemagne».

Du PP, ils considèrent que le retour à l'état d'alarme sera "imprudent" et demande d'utiliser "tout le système juridique ordinaire en matière de santé". Sa proposition est de fournir des lois de "clarté" telles que des mesures spéciales en matière de santé publique, afin que l'autorité sanitaire puisse adopter des mesures pour le contrôle des patients et de leurs contacts et pour la "soumission forcée des personnes suspectées à observation de la santé publique ".

Ils proposent également, afin d'éviter un nouvel état d'alarme, que l'autorité sanitaire puisse "contrôler ou limiter les entrées et sorties de la zone touchée ou menacée", voire limiter les déplacements dans ladite zone, le droit à la libre circulation ou le droit de réunion.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★