Le nationalisme catalan modéré explore une alliance contre Carles Puigdemont

Jeudi,
25
juin
2020

01:40

Les nouvelles études PNC de Marta Pascal en concurrence avec Units, les héritiers de Uni, aux prochaines élections régionales

Les anciens dirigeants de PDeCAT, Marta Pascal et Carles Campuzano, maintenant ...

Anciens dirigeants de PDeCAT, Marta Pascal et Carles Campuzano, maintenant de la PNC
S.C.

  • Interruption.

    Marta Pascal quitte le PDeCAT après ses désaccords avec Carles Puigdemont

Le nationalisme catalan plus modéré, la conviction qu'il y a un espace électoral en dehors des aventures unilatérales de Carles Puigdemont, explore une confluence à affronter avec garanties les prochaines élections régionales, qui peuvent se tenir entre novembre et décembre après une invalidité permanente Quim Torra autour de la pause estivale.

Les contacts durent depuis des mois, mais ils ont été accélérés par l'imminence des élections, et ils ont deux protagonistes de premier plan: le Partit Nacionalista de Catalunya (PNC) – qui est dirigé par l'ancienne coordinatrice générale du PDeCAT, Marta Pascal et qui se reflète dans la PNV- et Unités par Avanar, la formation qui est née des cendres de Uni et qui a une représentation au Parlement et au Conseil municipal de Barcelone en vertu d'une alliance qui l'a amené à participer avec le PSC dans le 2017 autonomic et le municipal 2019 et en train de mourir.

Les chrétiens-démocrates ont fait un pas en avant en désignant Albert Batlle comme candidat de la coalition. Le lieutenant de sécurité de Barcelone a traversé le PSC et l'Uni avant de rejoindre les unités et s'est déclaré prêt à mener un projet contre l'indépendance pour mettre fin à l'orphelinat du vote catalan.

La prédisposition de la PNC à former une coalition catalane – dans ce qui signifierait une version mise à jour de l'ancienne CiU, peu importe combien ses promoteurs rejettent la fédération éteinte – est bonne, mais ceux de Pascal veulent toujours mûrir un accord qu'ils considèrent comme prématuré, non en vain son parti sera officiellement constitué samedi prochain lors de son congrès fondateur. Ils commanderont ce genre de PNV catalan des actifs de l'ancien PDeCAT, comme son ancien porte-parole au Congrès, Carles Campuzano, qui a cassé mardi la carte de son ancien parti pour mettre en scène sa candidature au retour en première ligne aux mains de Pascal et de son nationalisme pactiste.

Bien qu'ils ne semblent pas insurmontables – le fait de partir seuls pourrait les exclure tous les deux du Parlement – il existe des différences idéologiques importantes entre la PNC et les unités. La première embrasse la voie écossaise, c'est-à-dire qu'elle s'est engagée à conquérir l'indépendance de la Catalogne – dans un horizon indéterminé – à travers un référendum convenu avec l'État, sans jamais imposer un vote comme celui de 1-O, malgré le fait que Pascal approbation en tant que coordinateur général du PDeCAT. Pendant ce temps, il parie sur le fait d'amasser des concessions pour la Catalogne, étant décisif au Congrès, retraçant la procédure du PNV. Jusqu'à ce que Puigdemont les distingue, Pascal et Campuzano ont appliqué ce livret; Sa dernière décision a été de soutenir la motion de censure contre Mariano Rajoy contre le critère du fugitif pour défendre la valeur stratégique du nationalisme catalan.

Les unités, en revanche, rejettent toute allusion à la séparation d'avec l'Espagne et n'envisagent que de voter sur un accord avec le gouvernement pour améliorer le financement et l'autonomie gouvernementale et assurer la protection contre la concurrence. Dans ce projet, il peut y avoir des indépendantistes, mais nous ne pouvons pas nous présenter un programme électoral qui inclut les mots indépendance ou autodétermination, dit-il.

Le représentant des unités par Avan "src =" https://e00-elmundo.uecdn.es/assets/multimedia/imagenes/2020/06/24/15930240154121.jpg
Le représentant des Unités par Avanar, Albert Batlle.

La séduction entre les deux options catalanes modérées a déjà conduit le COPS à inviter le maire adjoint de la Sécurité à payer sa position s'il finit par diriger la nouvelle candidature catalane, qui aspire à arracher une partie de son électorat aux socialistes catalans et même aux citoyens, puisque l'inclination de l'éventuelle coalition serait éminemment libérale.

Observant l'état d'avancement de la négociation, d'autres petits groupes attendent, comme la Ligue démocratique, dont le visage visible est l'ancien président de la société civile catalane, Josep Ramon Bosch, et qui préconise de sceller la confluence catalane avec l'objectif incontournable de contribuer à la reconstruction économique, à la réconciliation entre catalans et à la régénération institutionnelle de la Catalogne.

Plus de réticence à converger démontrent d'autres acteurs comme Lliures, le parti dirigé par l'ancien dirigeant du CDC Antoni Fernndez Teixid, qui assure qu'il n'est pas disposé à avaler avec une quelconque allusion à l'indépendance, même si cela implique d'être exclu. Germ Gord.

Bien que peu probable, un facteur externe pourrait dynamiser les négociations entre la PNC et les Unités et entraver l'intégration du catalanisme sous la même candidature: que la pression de Puigdemont pour diluer le PDeCAT dans JxCat provoque une fracture dans l'ancien parti de Pascal et beaucoup de ses les accusations décident d'émigrer à la PNC. Il PNV catalan Il pourrait alors envisager d'aller en solo contre la liste des fugitifs.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★