Le juge dans l’affaire Villarejo entérine l’accusation de Francisco Gonzlez pour l’usage privé des ressources de BBVA

Il rejette l’appel de FG concernant le paiement au commissaire pour enquêter sur une ferme dans laquelle Gonzlez était intéressé

Francisco Gonz
Francisco Gonzlez, après s’être déclaré défendeur devant la Cour nationale.BERNARDO DAZ

Le juge dans l’affaire Villarejo a entériné sa décision de prolonger l’acte d’accusation de l’ancien président de BBVA Francisco González à un crime d’administration inéquitable au sein de la Affaire Villarejo.

Le magistrat de la Cour nationaleManuel Garca-Castelln rejette le recours de FG contre l’ordonnance du 20 juillet qui a étendu à ce crime son imputation dans l’affaire dans laquelle il faisait déjà l’objet d’une enquête par l’embauche du commissaire José Manuel Villarejo.

Le nouvel acte d’accusation portait sur une « opération suspecte précise » liée à l’évaluation de l’acquisition d’une propriété privée. FG aurait utilisé les services de la banque pour cela, bien qu’il s’agisse d’une affaire personnelle.

Interrogé à ce sujet à son époque, FG a expliqué qu’il avait seulement demandé à recevoir des informations sur la ferme qui ne nécessitaient que l’accès à des données ouvertes au public et qu’il n’avait demandé à personne d’être payé – dans ce cas Villarejo- pour ce travail.

Gonzlez a fait valoir dans son appel l’absence de concrétisation des faits, le manque de motivation de l’ordonnance et, en tout cas, la prescription de celle-ci. En outre, il a invoqué qu’il n’y avait pas eu de plainte antérieure d’offensé ou de blessé en relation avec l’évaluation de la propriété, une condition nécessaire, selon la défense de González, pour imputer le crime d’administration inéquitable.

Phase initiale

Par rapport à l’absence de spécificité des faits et de leur prescription, le juge explique dans sa lettre que l’enquête est dans une phase « embryonnaire » qui ne nécessite pas une exigence complète de détermination et de précision. « Un exposé succinct des faits instruits est suffisant », dit le juge, une exigence qu’il considère comme remplie dans l’ordonnance attaquée « et il est donc essentiel de recueillir une déclaration de González afin de compléter le récit factuel ».

Concernant la prescription, le juge souligne, comme le procureur lorsqu’elle a demandé le rejet de l’appel, que les contrats avec Villarejo ont été produits avant l’enquête et par la suite, afin qu’il puisse y avoir une continuité pénale et un lien avec d’autres crimes qui empêchent cette affaire de étant prescrit.

Intérêt général

Le juge rejette également l’argument avancé par la défense de González selon lequel, puisqu’il s’agit d’un crime présumé d’administration injuste, une plainte préalable de la partie lésée ou lésée serait nécessaire.

L’ordonnance rappelle que la loi est également claire lorsqu’elle retire cette exigence si le fait porte atteinte à l’intérêt général ou à une pluralité de personnes. Il précise que s’agissant d’une banque très pertinente cotée à l’Ibex 35 avec une multitude d’actionnaires et l’une des principales banques du pays, « le risque réputationnel d’un tel comportement affecte, de manière directe, les intérêts généraux de ceux-ci, ainsi que l’intérêt général. Par conséquent, il conclut que l’existence d’une plainte préalable ne sera pas nécessaire pour enquêter sur ces événements.

La nouvelle accusation peut encore faire l’objet d’un recours devant la chambre criminelle du Tribunal national.

★★★★★