Le juge convoque Irene Montero le 27 pour conciliation avec l’ex de Juana Rivas, qui lui demande 80 000 euros pour l’avoir traité d’agresseur

La ministre de l'Égalité, Irene Montero.
La ministre de l’Égalité, Irene Montero.David FernandezEFE
  • Tribunaux L’ex-mari de Juana Rivas demande à Irene Montero et igo Errejn de rétracter leurs « insultes et calomnies » et de lui verser 140 000 euros
  • Justice La Cour suprême réduit de moitié la peine de Juana Rivas pour enlèvement d’enfant, qui reste dans deux ans et demi de prison

Irene Montero, ministre de l’Égalité du gouvernement de Espagne, a été convoqué le 27 octobre, mercredi, devant un tribunal de Collado Villalba (Madrid) pour célébrer un acte de conciliation avec Francesco Arcuri, ex-mari de Juana Rivas, comme EL MUNDO l’a appris.

L’Italien a demandé cette conciliation le mois dernier, obligatoirement avant le dépôt d’une plainte pour diffamation et calomnie, comprenant que Montero a violé ses droits en le traitant publiquement d’agresseur, et ignorant que son ex-femme a été condamnée à deux ans et à une peine de prison. pour avoir kidnappé leurs enfants entre 2016 et 2017.

Arcuri a demandé à Montero dans ladite conciliation un montant de 80.000 euros de dommages et intérêts à son honneur, un montant qu’il allouerait, est annoncé dans la même demande de conciliation, à laquelle ce journal a eu accès, à des œuvres caritatives. Si Montero ne fait pas de raid, Arcuri a annoncé qu’il porterait plainte pour diffamation et calomnie.

Les manifestations qu’Arcuri considère comme humiliantes et discriminatoires ont été faites par Montero, ministre de l’Égalité, dans un acte public en Saragosse le 21 juin dernier, où il pointait du doigt, textuellement, une femme condamnée par la Justice pour avoir kidnappé ses deux enfants pendant plusieurs mois, ignorant les demandes des tribunaux qu’elle partage les soins avec son père : « Il n’y a pas de mots pour expliquer la souffrance de Juana Rivas. Que peut-on faire pour empêcher ces meurtres sexistes, cette violence contre les femmes. Eh bien, je tiens à être très clair : empêcher les agresseurs de continuer à assassiner et à exercer des violences contre les garçons et les filles qui sont directement victimes de violences sexistes , pour donner là où ça fait le plus mal à leurs mères, Juana Rivas doit être défendue. »

Il abondait sur la ligne suivante : « Juana Rivas doit aussi être défendue quand le mouvement féministe dit ‘Juana est dans ma maison’, quand le mouvement féministe sort pour protéger Juana Rivas. Il existe une justice patriarcale qui pénalise et criminalise les mères qui se défendent et notamment leurs filles des violences sexistes exercées par leur partenaire ou ex-partenaire ».

De nombreux politiciens ont organisé des manifestations publiques de soutien à Juana Rivas depuis que l’affaire a atterri dans l’opinion publique, à l’été 2017.

Le président du gouvernement de l’époque, Mariano Rajoy, et l’actuel, Pedro Sánchez, se sont parfois positionnés dans ce sens, mais Arcuri, lassé de cette « barre libre » de la politique espagnole lorsqu’il s’agit d’évaluer et de juger verbalement les situation de ses enfants et le cours de sa relation avec Rivas, il a désormais décidé d’agir contre Irene Montero mais aussi contre igo Errejn, à qui il a demandé 60.000 euros dans une conciliation similaire, étant entendu qu’il continuera à le traiter comme un l’agresseur lorsqu’il la condamne à son ex-femme a déjà été entériné par la Cour suprême elle-même dépasse toutes les limites.

Pour cette raison, il a également demandé la protection de la Commission européenne, qui étudie sa plainte contre le gouvernement espagnol pour avoir prétendument violé Montero, en faisant ces mêmes déclarations, la directive 343/2016, qui interdit aux agents publics de préjuger inséré personnes dans le cadre d’une procédure judiciaire. Les services juridiques de la Commission étudient les faits sur la base de la demande d’Arcuri.

La conciliation du procès intenté contre igo Errejn aura lieu demain, vendredi, en première instance 64 de Madrid, sur la Plaza de Castilla. Il demande à la députée et chef de file de Mme Pas Arcuri 60.000 euros pour une manifestation qui s’est tenue le 15 juin dernier au Congrès des députés. Ce sont les suivants : « Juana Rivas a été condamnée pour avoir protégé ses enfants d’un père violent et nous savons tous qu’un agresseur ne peut jamais être un bon père », et « Juana Rivas a été condamnée pour avoir protégé ses enfants d’une éventuelle violence par procuration, pour protéger eux d’un parent abusif, et un parent abusif ne peut pas être un bon parent. »

Arcuri fonde sa requête sur la condamnation de son ex-femme par la Cour suprême, qui a déclaré qu’« à l’exception de l’épisode occasionnel de mauvais traitements qui s’est produit en 2009, aucun épisode ultérieur n’a été prouvé, ni aucun déséquilibre psychologique associé n’a été détecté dans le l’aîné des enfants. avec des mauvais traitements à son encontre pour en avoir été témoins envers la personne de la mère, et il n’a pas non plus été apprécié que la restitution au contexte paternel pose un grave danger pour son intégrité physique ou mentale ».

Le citoyen italien a accepté en 2009 une peine de trois mois de prison pour avoir maltraité sa femme d’alors lors d’événements au cours desquels les deux ont été blessés et avec des blessures très similaires, le couple est resté en vigueur jusqu’en 2016, elle a emmené les enfants des deux en Espagne pour ne pas retourner dans la maison familiale en SardaigneEt depuis lors, bien qu’elle ait signalé des dizaines de fois de mauvais traitements infligés par son désormais ex-mari, aucune de ces actions de Rivas n’a prospéré, faute de preuves, ni en Espagne ni en Italie.

Si ni Montero ni Errejn, dans un délai prévisible, n’acceptaient de comparaître dans l’acte de conciliation, étant donné qu’ils ont fait de l’affaire un drapeau idéologique, Arcuri serait libre de porter plainte contre eux.

★★★★★