Le Gouvernement remet sur les rails le vote du décret sur les économies d’énergie : le PNV votera pour et l’ERC l’insinue

  • politique Onze ministres ont déjà insulté Feijo cet été : « paresseux, sectaire, ignorant, cynique, immature, un menteur… »

Le Gouvernement met sur les rails la validation de l’arrêté royal relatif aux mesures d’économie d’énergie grâce à ses partenaires d’investiture et sauve le vote ce jeudi au Congrès. Cela permettra aux obligations de limitation de la température de la climatisation ou du chauffage et à l’arrêt des vitrines et des bâtiments recevant du public de rester actives après 22h00.

Comme à son habitude, le gouvernement a dû souffrir et pousser presque jusqu’au bout les négociations avec ses partenaires parlementaires pour gagner leur appui. Jusqu’à présent, il a réussi s du PNV tandis que Gabriel Rufin a insinué que l’ERC voterait également pour ou, à tout le moins, s’abstiendrait pour faciliter son approbation. Avec eux, puisque EH Bildu marche aussi parmi les s et l’abstention, l’exécutif ouvre la voie pour contourner le vote contre PP, Vox et Ciudadanos. C’est quelque chose que le ministre de la Transition écologique a mis en avant, Thérèse Riveraqui a déclaré détenir déjà les voix.

En outre, le gouvernement espère ajouter d’autres soutiens tels que les deux députés de Mme Pas, tandis que Comproms et le PRC sont pour le travail de le soutenir.

Avec tout, et bien qu’il ait connu les difficultés habituelles, l’Exécutif va pouvoir procéder à un vote qui avait été compliqué ces derniers jours par la résistance de ses partenaires parlementaires à leur donner confirmation. Cette circonstance a obligé le gouvernement et en particulier le secrétaire d’État aux relations avec les Cortes, Rafael Simancas, à redoubler d’efforts pour obtenir les voix nécessaires.

À un moment donné, Simancas a même ouvert une ligne de communication avec Ciudadanos mardi pour évaluer leur vote en raison du risque d’atteindre un vote serré jeudi. Cependant, cette porte s’est vite refermée car le parti Orange communiqué sa décision de voter contre.

Le PNV a été le premier des partenaires à annoncer son soutien. Elle l’a fait à travers une déclaration dans laquelle elle souligne qu’elle vote en faveur de la « responsabilité », considérant que les mesures d’économie d’énergie envisagées « n’ont de sens que si elles sont appliquées immédiatement ». C’est pourquoi il refuse qu’il soit traité comme un projet de loi.

Le Pays basque faisait partie des communautés autonomes qui se plaignaient début août du manque de dialogue de l’exécutif lors de la mise en œuvre de certaines initiatives. Cependant, il a maintenant insisté pour que le plan d’urgence définitif, que Teresa Ribera enverra à Bruxelles début septembre, tienne compte des propositions à court, moyen et long terme envoyées par le gouvernement basque.

Le PNV prévient qu’il maintient une « position critique vis-à-vis des formulaires » utilisés par le gouvernement pour traiter le décret et l’exhorte à s’engager désormais dans la voie de « plus de dialogue et de négociation ». En outre, il reproche à la Moncloa d’avoir transformé ces décrets en un méli-mélo de questions « diverses » qui mélangent des questions « n’ayant rien à voir les unes avec les autres et qui polarisent les débats » pour réduire les marges d’action des groupes. Les nationalistes basques se réfèrent au fait que le décret sur l’énergie comprend, entre autres, des bourses pour les étudiants, des bons de transport gratuits ou le paiement des autoroutes radiales de Madrid. En ce sens, ils exhortent Sánchez à « agir avec loyauté » et à « éradiquer les décrets omnibus ».

Quant à ERC, Rufin a fait quelques déclarations au Congrès dans lesquelles il insinue que son groupe voterait pour puisque le gouvernement est disposé à ce que le décret soit traité après sa validation en tant que projet de loi. Pour que les groupes puissent présenter des amendements pour apporter des nuances ou des changements.

Rufin a déclaré que l’ERC profitera du fait que le décret est « ouvert » car « cela n’arrive pas toujours » et qu’il essaiera de « l’améliorer » et de négocier « jusqu’à la dernière minute » avec le PSOE. Cela ne pourrait se produire que si le vote est remporté. Sinon, il déclinera.

Bien sûr, l’ERC ne s’opposera pas à son approbation. Pour le porte-parole catalan, « une autre option autre que d’engager au moins des négociations et d’essayer d’améliorer » l’arrêté royal est « compliquée ». Où il met l’accent sur le démarrage d’un engagement de l’exécutif à fixer des délais pour les changements et demande que l’exécutif fixe une date par écrit afin que ce qui s’est déjà produit avec d’autres décrets qui ont été traités comme des projets de loi ne se produise pas, et c’est qu’ils finissent dans un tiroir parce que le PSOE et United We Can prolongent et prolongent la période des amendements pour ne pas bloquer le débat.

« Ce n’est pas la première fois que quelque chose est présenté ici sans pouvoir négocier, et c’est une bonne nouvelle que ce soit possible », a-t-il déclaré. Leur affirmation est que des mesures « structurelles » et « non conjoncturelles » doivent être incluses.

EH Bildu est également favorable à ce que le gouvernement autorise leur traitement en tant que projet de loi, mais il réserve le sens de son vote « jusqu’à la dernière minute ». « Nous sommes toujours en train de l’évaluer et de voir comment il peut être amélioré », a-t-il déclaré sur Cadena Ser Mertxe Aizpurua. « Il y a des enjeux que nous partageons, comme la nécessité de réduire la consommation d’énergie et d’affronter l’urgence climatique de la manière la plus audacieuse possible, mais le décret a aussi des lacunes qu’il faut corriger. Face à un problème d’une telle ampleur, des mesures structurelles sont nécessaire, pas temporaire », a-t-il expliqué.

Parmi les critiques du décret royal, le PP et Ciudadanos ont rejeté l’offre de le traiter comme un projet de loi car il s’agit d’un « piège » et d’une « milonga », compte tenu des « précédents ».

Le PP critique que les mesures énergétiques n’aient été négociées « avec personne » et reproche que les secteurs concernés aient été ignorés, notamment les commerçants qui doivent assumer cette obligation.

Cuca Gamarra a expliqué que le PP « ne va pas collaborer » avec le gouvernement dans cette « imposition » aux commerçants et a exigé le dialogue et le consensus pour aborder avec eux certains aspects du décret qui pourraient avoir un impact sur leurs entreprises. Il a suggéré qu’au lieu d’obligations, certaines mesures pourraient être présentées sous forme de recommandations.

De même, le porte-parole du PP a appelé l’exécutif à retirer le texte et à présenter les mesures d’économie d’énergie séparément des autres dossiers qui n’ont rien à voir comme les bourses d’études ou les aides au transport pour avoir un débat « serein et sérieux » sur les deux sujets. .

Au PSOE, cette position est sévèrement critiquée. Patxi López a reproché au PP de pratiquer la « frivolité » de « tout refuser ». Le porte-parole socialiste a déclaré que cette position est « incompréhensible » et implique de voter contre l’Europe et la solidarité avec les partenaires associatifs et contre les transporteurs, les étudiants ou le bon sens. « Qui défend le PP ? », s’est-il demandé.

Concernant le décret, qui impose des limites de température sur la climatisation et le chauffage ou le paiement des vitrines, il a dit que c’est ce qui est nécessaire en ce moment en raison de l’impact de la guerre en Ukraine. « C’est un petit effort, oui, mais cela évite des sacrifices majeurs qui pourraient conduire à la fermeture de la production dans certaines entreprises ou à des coupes drastiques dans la consommation intérieure. »

★★★★★