Le gouvernement plante la Cour des comptes et refuse de commenter si l’approbation par la Generalitat des indépendantistes est illégale

Le procureur de la République communique enfin qu’il ne se prononcera pas deux mois après réception de la requête

Pilar Llop, au Congrès des députés.
Pilar Llop, au Congrès des députés.EFE
  • Justice La Cour des comptes voit des signes d’illégalité dans l’aval de la Generalitat et demande un rapport au procureur de la République
  • Catalogne Le Parquet enquête comme détournement de fonds sur l’aval de l’ICF demandé par la Cour des comptes d’anciens responsables du gouvernement

Le gouvernement a décidé d’éviter un conflit avec la Generalitat de Catalua et a décidé de planter la Cour des comptes et de refuser de se prononcer sur les garanties publiques aux accusés indépendantistes.

Selon un communiqué, « le procureur général de l’État (AGE) confirme, après examen de la proposition soumise par le procureur de la République près la Cour des comptes, que l’émission du rapport qui était demandé sur les garanties présentées par la Generalitat n’a pas lieu. , via l’Institut Catal de Finances (ICF), pour faire face à la garantie de 5,4 millions d’euros qui est réclamée à 34 anciens hauts fonctionnaires et fonctionnaires de l’administration catalane pour leur implication présumée dans des dépenses indues dans la promotion du procs à l’étranger, entre 2011 et 2017″.

La Cour des comptes convoque le procureur de la République, dépendant du ministère de la Justice, pour le conseiller avant de décider s’il y a lieu d’annuler les garanties et de procéder à la saisie des avoirs d’Artur Mas, Oriol Junqueras et autres dirigeants du procs. Selon le communiqué, l’avocat « considère qu’il n’est pas approprié que, dans le cadre de la fonction consultative que la loi sur le fonctionnement de la Cour des comptes attribue au Service juridique de l’État auprès de la Cour, il puisse émettre le rapport, puisqu’il a le statut de partie à la phase d’actions préalable à laquelle ledit rapport a été incorporé ». Cet argument pour s’esquiver a surpris à la Cour des comptes, car le gouvernement avait déjà annoncé avant l’été qu’il ne comparaîtrait pas en cas de détournement de fonds par l’action extérieure de la Generalitat et le référendum illégal du 1-O, alléguant que la partie lésée était le gouvernement et non le Trésor espagnol. Par conséquent, si le ministère de la Justice n’était plus partie, il pourrait statuer sur les garanties, selon l’attente de la Cour des comptes.

D’autre part, selon l’organe du ministère de la Justice, « la demande d’un rapport à l’une des parties sur des questions qui touchent directement les intérêts des autres peut suggérer la prédisposition de la Cour à suivre les critères de cette partie . »

« Les principes de contradiction et d’égalité seront également touchés, en exigeant le rapport à une seule des parties sans entendre les autres », ajoute le rapport.

Dans tous les cas, le procureur de la République ne montre pas d’hostilité aux garanties, car il affirme que « la poursuite des actes dictés doit être menée conformément au décret-loi de la communauté autonome de Catalogne 15/2021, du 6 juillet , de création du Fonds complémentaire de risque de la Generalitat de Catalunya, puisqu’il s’agit d’une norme ayant force de loi qui n’a ni été déclarée inconstitutionnelle ni son efficacité provisoirement suspendue ».

★★★★★