Le Gouvernement et le PP se réunissent en septembre pour reprendre la négociation CGPJ

Réforme du Pouvoir Judiciaire

Le ministre Flix Bolaos appelle le porte-parole « populaire » Cuca Gamarra à « tendre la main » mais sans progrès

Le Ministre de la Présidence, F
Ministre Flix Bolaos.NGEL NAVARRÈTE

Il n’y a pas de nouvelles, mais au moins il y a à nouveau des contacts. Le Gouvernement et le PP ont entamé la reprise des négociations sur le renouvellement du Conseil général de la magistrature (CGPJ) en septembre. Cela a été convenu par le ministre de la Présidence, Flix Bolaos, et le porte-parole du PP au Congrès, Cuca Gamarra.

Bolaos a entamé ce jeudi une série de contacts avec des porte-parole parlementaires et en a profité, comme il l’a annoncé mercredi, pour reprendre contact avec le CGPJ.

Dans la conversation, qui a eu lieu après midi et a duré « un peu plus de 10 minutes », selon des sources de PP, les deux « ont été convoqués à un face-à-face lorsque la nouvelle période de sessions commence, en septembre ».

C’est-à-dire qu’à partir du PP ils assurent qu' »il n’y a rien de nouveau ». Je veux dire, aucun progrès. « Ça a été un contact pour reprendre l’interlocution, ce qui est l’important », affirment-ils dans le Groupe parlementaire populaire.

Les mots de Casado

Il n’y avait pas de « sujets spécifiques », bien que l’entretien se soit déroulé sur un ton « cordial ». « Notre poste est transféré par le président au Conseil d’administration national », précisent les mêmes sources.

Dans cet acte, Pablo Casado a évoqué la situation concernant le renouvellement du Conseil : « La Commission européenne a déclaré mardi que les institutions devraient être renouvelées, renforçant leur indépendance et leur dépolitisation, notamment le procureur général et le CGPJ. Nous sommes d’accord et sommes disposés à à les renouveler immédiatement dès que [Pedro] Sanchez s’engage à se conformer aux normes européennes, permettant aux juges d’élire les juges et les politiciens mettons la main sur la justice et respectons la séparation des pouvoirs. »

Le ministre de la Présidence, bien qu’il veuille « tendre la main au PP », ne s’est montré disposé à céder à aucune des quatre demandes formulées par le populaire à renouveler : dépolitiser les instances, que les juges soient élus parmi eux comme le demande l’UE, que Podemos ne participe pas à la négociation et que le juge Jos Ricardo de Prada ne soyez pas vocal.

Bolaos estime que le système actuel « respecte déjà les normes européennes » et ne devrait donc pas être modifié pour répondre aux exigences de la Commission européenne. « Ce que l’UE exige, c’est de renouveler le CPGJ dès que possible », a déclaré le ministre, avant d’ajouter que « le modèle espagnol a 30 ans » et, dans celui-ci, les juges entérinent déjà les candidats au tour des juges, et « les 60 % » des membres appartiennent à la course.

★★★★★