Le directeur territorial d’Oltra réprimande le juge qui demande l’imputation car elle ne repose pas sur des « preuves » mais sur « des conjectures et des soupçons »

Carmen Fenollosa fait appel de la déclaration motivée dans laquelle l’instructeur a demandé que le vice-président soit convoqué comme enquêteur et que l’ensemble du dossier soit pris en charge par le TSJ

M
Mónica Oltra, dans son siège aux tribunaux valenciens.B. ALIOEPE

Le directeur territorial de l’égalité à Valence, Carmen Fenollosaest le premier accusé dans l’affaire de la gestion par le ministère qui dirige Monique Oltra qui fait appel du mémoire motivé du juge d’instruction dans lequel il demande au TSJ la accusation du vice-président et le transfert à la Haute Cour de l’ensemble de l’affaire. Et il le fait en réprimandant le juge pour les motifs qu’il a motivés dans sa lettre remise vendredi dernier à la chambre civile et criminelle.

La représentation légale de Fenollosa, bien qu’elle n’agisse que pour la défense de ses intérêts, réfute les arguments du juge pour lesquels il demande l’inculpation du vice-président – ce qu’Oltra ne pourra pas faire tant que la Chambre n’aura pas statué -, et défend à nouveau l’action de tous les fonctionnaires, non sans confirmer à nouveau qu’il n’a commis « aucune irrégularité administrative ou comportement criminel » et qu’il n’a eu « aucun type de participation à la cause qui fait l’objet d’une enquête » car en 2017 il était le directeur territorial de Castellón . Cependant, c’est elle qui a fourni au tribunal le rapport réservé complet dans lequel figuraient tous les mouvements effectués par l’Administration dans cette affaire et dans lequel l’instructeur considère qu' »il n’y avait aucune volonté de clarifier les abus ».

Pour Fenollosa il n’y a pas dans le mémoire du juge « fortes indications de responsabilité » contre le juge, en l’occurrence le vice-président Oltra, car les procédures ordonnées par le tribunal ne sont même pas terminées, tant la documentation que les interrogatoires, puisqu’il reste deux témoins à entendre. De plus, rappelez-vous que votre demande de licenciement partiel n’a pas non plus été résolue.

Par conséquent, il garantit qu’une « constatation purement nominale de imputation d’éventuels crimes sur conjectures et soupçons», pour lequel il affirme que « les accusations portées ne correspondent pas à la réalité. » ».

Utilité du dossier informatif

L’actuel directeur territorial répond au juge que le dossier informatif Je sais que cela a servi l’objectif qu’Oltra a déclaré aux Cortes, connaître les actions menées et savoir ce qui s’était mal passé, car il détaille ce qui s’est passé en février et mars 2017, explique pourquoi le mineur n’a pas été référé à Espill et a causé qu’il en soit ainsi., et les défaillances et améliorations nécessaires ont été précisées « dans une instruction du ministère en septembre 2017 ». « Je sais qu’elle était conforme, par conséquent, au but défendu. »

Elle défend également qu’il ne s’agissait pas « d’une enquête marginale » mais plutôt d’une procédure administrative autorisée par la loi et dont les « conclusions » ont été mises « immédiatement à la disposition du Procureur de la République en signe d’absolue collaboration ». À ce stade, il souligne que le parquet n’est pas intéressé par les « documents et dossiers référencés ».

Fenollosa fait appel de l’existence de preuves rationnelles et solides contre Oltra car « personne n’a dit qu’il avait reçu des instructions de Mme Oltra » et que ses déclarations attribuant cet ordre « ont été faites dans un espace politique, adressées à des représentants politiques et dans un contexte et un objectif politiques ».

Mais qui plus est, cela défigure la juge qui a revendiqué les récentes manifestations d’Oltra en s’attribuant à nouveau l’ordre et non d’autres dans lesquels elle précise « qu’elle n’a pas ordonné l’ouverture du dossier ». « Nous ne comprenons pas que les résolutions judiciaires répondent aux commentaires et aux questions qui sont formulés dans les espaces politiques, même au parlement, et donc en dehors du champ de cette procédure. »

Défense acrimonieuse des officiels

Après Oltra, Fenollosa défend les agissements des officiels, très interrogés par le juge. Il considère qu’ils ont d’abord cru le mineur, comme le reste de ceux à qui il a raconté l’abus « et aucun n’a porté plainte », ajoute-t-il. « Exactement la même chose s’est produite avec des professionnels expérimentés, tant d’entités privées que de l’administration, qui après avoir effectué leur travail de manière totalement professionnelle, sont parvenus à des conclusions qui n’indiquaient pas exactement qu’il était approprié de porter plainte », souligne-t-il. .

Mais ça va plus loin. Le directeur territorial s’assure que le moniteur « remet complètement en cause tout le système de protection de l’enfance » et il lance même une fléchette : « Les choses qui semblent ‘ne pas plaire’ au corps instructeur, ne sont pas considérées comme des erreurs par ceux qui font l’objet de l’enquête ». « Non seulement parce que certaines choses ont été faites comme elles le faisaient depuis des décennies (dans un système qui, soit dit en passant, a été modifié et plus tard essayé d’être amélioré par le ministère), mais parce qu’elles ont été faites comme elles devaient l’être, et donc, et contrairement à ce qui est valorisé dans l’exposé raisonné, il n’y a pas eu d’erreurs », ajoute-t-il.

« Il est accusé, avec des hypothèses évidentes dépourvues de toute preuve, que les erreurs étaient l’apparence d’un acte criminel orchestré de l’extérieur et exécuté collectivement. La réalité est beaucoup plus simple, aucune irrégularité n’a été commise, aucun crime n’a été commis« , J’ai insisté.

Fenollosa nie également, sans être directement lié à l’affaire où les événements se sont produits, qu’il y ait eu une intention de discréditer la fille. « A aucun moment, et dans aucune déclaration faite ou document fourni, il n’y a de qualification faisant référence au mineur, ni de déclaration ou d’évaluation concernant celui-ci qui ne soit étayée par la rigueur des professionnels », rappelle-t-il, bien qu’il souligne également que « pour qu’un professionnel qualifie un mineur de agressiflorsqu’il écope de quatre condamnations judiciaires pour voies de fait, ou de dire que le mineur est menteuse alors que pendant plusieurs années avant le dépôt de la plainte, elle avait eu de nombreux problèmes qu’elle avait essayé de résoudre en mentant à des collègues et des professionnels, et que la mineure elle-même est récemment apparue dans la presse nationale en disant qu’elle était une menteuse, on ne peut considérer comme discréditer le mineur ».

★★★★★