Le coordinateur basque contre Covid-19 assure qu '"il sera très difficile pour les enfants d'être infectés dans les écoles"

Mercredi,
26
août
2020

10:39

Ignacio Garitano est convaincu que la sécurité sanitaire dans les salles de classe du Pays Basque sera comme celles déjà testées dans les bus et les avions

Un groupe d'élèves a quitté son école en mars dernier ...

Un groupe d'étudiants a quitté son école de Bilbao en mars dernier après la suspension des cours.
PATXI CORRAL PRESSE ARABA

Le coordinateur du plan de surveillance et de contrôle du Covid-19 en Euskadi Ignacio Garitano considère "très difficile" cette retour à l'école des 370.000 étudiants basques ont une augmentation des infections. Garitano considère que les mesures sanitaires conçues pour que le ministre de l'Éducation par intérim Cristina Uriarte communiquent vendredi prochain ils autoriseront les classes basques ressemblent à des bus publics, des avions ou des cinémas, espaces dans lesquels aucune épidémie n'a été détectée. L'épidémiologiste basque exclut la réalisation de tests de diagnostic par PCR sur tous les enseignants avant le début du stage car cette "photographie" sera modifiée dans un court laps de temps de trois ou quatre jours.

Garitano suppose que des cas de contagion peuvent être détectés parmi les étudiants basques à partir du 7 septembre mais a voulu désactiver le inquiétude croissante concernant le retour en classe en Euskadi. Le gouvernement basque finalise les mesures qu'il rendra publiques en l'absence de 9 jours pour commencer l'année scolaire après les critiques qu'il a reçues des partis d'opposition et des syndicats de l'éducation. Comme l'a souligné hier le lehendakari par intérim Iigo Urkullu, l'objectif est de commencer les cours en personne malgré le fait qu'il y ait transmission communautaire de Covid-19 dans plusieurs communes basques telles que Gernika et San Sebastián, villes dans lesquelles le ministère de la Santé effectue des tests PCR massifs.

Le coordinateur sanitaire basque contre Covid-19 a rappelé dans une interview à Radio Euskadi qu'il y a déjà des infections parmi des mineurs (15 enfants parmi les 477 derniers détectés) et que pendant les vacances ils n'ont pas été confinés. De plus, il a mis en garde contre "danger" posé par le relâchement possible des enseignants dans leurs contacts avec d'autres enseignants après avoir vérifié comment la propagation du Covid-19 s'est produite dans d'autres groupes tels que toilettes ou serveurs dans lequel ils ont involontairement agi comme émetteurs pour les patients et les clients, respectivement.

Le Pays basque est en situation d'urgence sanitaire et l'expert basque considère que les mesures adoptées expliquent que la deuxième vague donne des résultats comparatifs très différentss. Vendredi 21 dernier, le Pays basque a enregistré son record de positifs depuis mars dernier avec 724 positifs après avoir réalisé 9 121 tests PCR. Cependant, Garitano a averti que le 25 mars avec un moins positif, seuls 1511 diagnostics avaient été posés. Avec un nombre similaire de tests, le nombre estimé d'infections aura atteint 6000 points positifs. «On voit le même nombre de cas mais pas d'hospitalisations et la pente de la courbe de contagion est plus lente», a-t-il insisté.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★