La Galice finalise une loi organique sur la santé à envoyer au gouvernement comme alternative à l'état d'alerte

Mercredi,
26
août
2020

15:02

Le président de la Xunta, Alberto N

Le président de la Xunta, Alberto Nez Feijo.
corral de cicatrice EFE

Les services juridiques de la Xunta de Galicia sont en train de finaliser le texte d'une loi organique sur la santé publique qu'ils prévoient d'envoyer au gouvernement central en septembre pour être utilisé comme instrument juridique alternatif à la proposition faite hier par Pedro Sánchez que les communautés autonomes demandent le activation de l'état d'alarme pour confiner la population.

Le président de la Xunta, Alberto Nez Feijo, a annoncé ce mercredi qu'il avait confié aux services juridiques de son gouvernement la rédaction de cette loi "au vu des cinq mois perdus par le gouvernement central", car il estime qu'en Espagne une "législation spécifique est nécessaire «pour aider à gérer la pandémie sans recourir à l'exceptionnalité de l'état d'alarme, mais le gouvernement central n'a pas fait ses devoirs.

Comme il l'a expliqué, les services juridiques de la Xunta ont travaillé sur ce texte tout l'été et prévoient de le terminer début septembre. À ce moment-là, il sera appelé le gouvernement central "comme une contribution loyale d'une communauté autonome qui est occupée et préoccupée par la pandémie". En outre, ce texte sera envoyé au Parlement galicien pour être débattu, approuvé et envoyé aux Cortes Generales sous forme de projet de loi.

Feijo insiste sur le fait qu '"après cinq mois nous revenons à la boîte de départ, personne ne lui explique" et qu'il a décidé de rédiger cette loi après avoir demandé à plusieurs reprises au gouvernement central lors des conférences des présidents une mise à jour de la loi organique sur la santé. Publique. Désormais, il estime qu'il est déjà «essentiel et urgent» de le réformer.

Le dirigeant galicien du PP a rappelé que la première fois qu'il avait demandé cette législation, c'était un mois et demi après l'état d'alerte et regrette que cinq mois plus tard aucun progrès n'ait été réalisé dans ce sens, car "l'état d'alerte est un état d'exception". et "il n'est pas utile" de gérer une pandémie, mais il est nécessaire de disposer de mécanismes juridiques spécifiques.

«Une pandémie doit être gérée avec une législation pandémique et non avec une législation constitutionnelle», affirme-t-il et insiste sur le fait qu'il n'a aucune explication que «nous revenons à 17 recettes différentes» de chaque communauté autonome et que chaque président peut utiliser des critères différents pour demander au gouvernement le activation de l'état d'alarme en cas de même situation d'urgence sanitaire.

Pour Feijo, écouter Sanchez hier avec cette proposition a été «une déception», car cela signifie «retourner à la surface de départ». Il indique que "cela n'a pas de sens" pour l'Espagne d'avoir "cinq mois sans législation.

Cette loi, déjà «pratiquement finalisée», précisera les pouvoirs du gouvernement central et des communautés autonomes et établira également ce que chaque gouvernement autonome peut faire seul et pour quelles mesures il aura besoin d'une ratification judiciaire. Etre, selon lui, une norme très précise et élaborée en tenant compte du fait qu'elle affecte les droits fondamentaux, qui «nécessitent de nombreuses garanties juridiques».

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★