Le confinement déclenche une discrimination fondée sur la race et l'orientation sexuelle chez les voisins

Vendredi,
vingt et un
août
2020

12:59

L'Office pour la non-discrimination de Barcelone traite 111 plaintes au cours du premier semestre

Façade de la mairie de Barcelone

Façade de la mairie de Barcelone

L'Office pour la non-discrimination (OND) de la mairie de Barcelone a détecté un rebond des situations de discrimination dans la zone des communes voisines, aggravé par les difficultés relationnelles provoquées lors de l'accouchement en raison de l'urgence sanitaire. Malgré le fait que l'organe ait procédé à l'intermédiation et à la médiation entre les parties, ils mettent en évidence la complexité à gérer l'augmentation des conflits pendant la détention car cela met à rude épreuve la coexistence. En ce sens, le Bureau précise qu'au cours du premier semestre de l'année, ils ont assisté à 111 incidents de discrimination qui ont abouti à des dossiers pour violation de droits.

La cause principale des cas est le racisme et la xénophobie, en particulier 48 des 111 services, soit près de 45% du total, ce qui représente une augmentation de 6% par rapport à la même période de l'année précédente. Les principales plaintes concernent des traitements humiliants en raison de l'origine et des restrictions ou des refus d'accès aux services des entités bancaires. Avec 26%, la prise en charge de la discrimination due à la LGTBIphobie représente le deuxième type de situations signalées.

Du bureau, il est précisé qu '"il y a eu une légère augmentation par rapport à la même période de 2019, aggravée lors de l'enfermement provoqué par Covid; ce qui signifie que l'OND a traité un total de 28 situations de discrimination dues à la LGTBIphobie". Ils soulignent que ces situations se sont intensifiées par le caractère obligatoire de la coexistence avec des personnes «qui n'acceptent pas la diversité sexuelle», que ce soit dans des unités spécifiques au sein des maisons, des familles ou non, et dans les communautés voisines.

En outre, la mairie de Barcelone a réactivé la lutte contre la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle avec un protocole spécifique contre la LGTBIphobie à Barcelone, en collaboration avec des organisations qui défendent les droits des personnes de ce groupe. Le troisième motif de discrimination est le sexe, avec 10% des situations traitées. Elle a augmenté de plus de 7% par rapport à l'année précédente, alors qu'elle était la sixième raison, derrière le handicap, la santé et la situation économique. La principale raison de cette augmentation est le renforcement de la coordination avec les Points d'Information et d'Attention pour les Femmes (PIAD) et avec les entités spécialisées dans la défense des droits par genre.

Concernant les droits qui ont été violés dans les dossiers ouverts par l'OND, il s'agit principalement d'intégrité morale, qui est passée par rapport à 2019, de 29 à 50 incidents. Le droit à l'intégrité physique a également considérablement augmenté, enregistrant 27 incidents contre 10 l'année précédente. Viennent ensuite les droits de fournir des services et un logement.

Au cours des six premiers mois de l'année, l'OND a répondu à un total de 249 demandes de service, où le type d'actions qui ont été menées a été principalement le conseil juridique, avec 44% de l'ensemble des demandes; orientation, accompagnement socio-éducatif et autonomisation, avec 30%; et les soins psychosociaux, avec 20% du total. Cependant, l'intermédiation, la médiation et la coordination des renvois ont également été proposées aux personnes victimes de discrimination. En ce qui concerne le sexe des personnes servies, 55% étaient des hommes, 39% des femmes et 6% étaient de sexe non binaire. Près de la moitié des victimes de discrimination ont entre 25 et 39 ans; et 41% de 40 à 64 ans.

L'Office pour la non-discrimination a gardé les bureaux fermés puisque l'état d'alerte a été décrété jusqu'au 18 mai, date à laquelle les soins en personne ont repris sur rendez-vous. Cependant, l'attention portée aux citoyens a continué d'être maintenue par le biais de divers canaux, tels que le courrier électronique, le téléphone ou le portail IRIS. Malgré cette situation extraordinaire, le chiffre de 111 services aux personnes ayant vécu une situation de discrimination au cours du premier semestre reste très similaire à celui de 2019, où 115 services ont été rendus.

Depuis 1998, la ville de Barcelone dispose d'un service municipal visant à lutter contre les violations des droits de l'homme liées aux domaines de discrimination. L'Office pour la non-discrimination est le service municipal d'où il est assisté, conseillé, médiatisé et sanctionné dans les situations discriminatoires.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★