Le Complutense condamne la macro-bouteille avec 25 000 personnes : « Ça ne représente pas l’ensemble de notre corps étudiant »

Propose la création d’un organe commun dans lequel des mesures coordonnées sont adoptées pour atténuer ces actions

Une macro-bouteille rassemble 25 000 jeunes dans la ville universitaire de Madrid
  • Madrid Une macro-bouteille rassemble 25 000 jeunes dans la ville universitaire de Madrid

La Université Complutense de Madrid (UCM) a condamné la macrobouteille qui s’est tenue vendredi soir sur le campus de Ciudad Universitaria, entre les facultés de philosophie et de droit et qui a réuni environ 25 000 personnes, et a veillé à ce que cet événement « ne représente pas l’intégralité de notre corps étudiant ».

« Le service de sécurité de l’UCM j’ai agi professionnellement suivant le protocole établi alors que se déroulait l’arrivée massive des jeunes dans la Cité universitaire », a indiqué l’Université dans un communiqué.

De plus, il a prévenu que ce type d’initiatives promues par les réseaux sociaux sont « des appels qui peut avoir de graves conséquences pour la sécurité des personnes ».

« À partir de Université Complutense de Madrid Nous condamnons ce type de célébrations illégales et illégales », ont-ils exprimé, en plus ils ont souligné qu’il s’agit d’activités qui portent atteinte au patrimoine de l’UCM ; générer une multitude de déchets, avec l’impact environnemental qui en résulte sur les campus ; et ils ont un coût économique important pour l’institution.

A cela ils ont ajouté que ces événements sont « encore plus répréhensibles » compte tenu de la situation épidémiologique toujours préoccupante de la pandémie de Covid-19.

D’autre part, ils ont signalé que l’UCM a déjà contacté la Mairie de Madrid, la Communauté de Madrid et la Délégation du gouvernement de Madrid pour proposer le création d’un organe paritaire compétent dans lequel des mesures coordonnées sont adoptées pour atténuer ces types d’actions à l’avenir.

« Cet événement ne représente pas l’intégralité de notre corps étudiant, et la preuve en est qu’aujourd’hui des groupes d’étudiants de différentes facultés et diplômes ont été organisés pour aider à collecter les déchets générés lors de cette célébration non autorisée », a déclaré le Complutense.

PROBLÈME DE « GRAND TIRAGE »

D’autre part, il a souligné que « malheureusement le phénomène de bouteille c’est un problème social profond « et, par conséquent, il est nécessaire » d’unir les forces de toutes les administrations et de travailler sur la conscience sociale. « 

« Nous soutenons les loisirs universitaires lorsque les mesures nécessaires sont prises et ne compromettent pas la santé ou n’ont pas d’impact environnemental. De la même manière, nous appelons la communauté Complutense à un engagement responsable sortir victorieux de cette pandémie. C’est maintenant plus que jamais qu’il faut montrer l’exemple », ont-ils exprimé depuis l’Université.

Enfin, ils ont affirmé que les mesures nécessaires doivent être adoptées entre tous, non seulement pour mettre fin ces mauvaises pratiques, mais de garantir aux étudiants universitaires « un temps libre sain et respectueux des personnes, des biens et de l’environnement ».

★★★★★