L’anti-corruption accuse Luis Medina et un autre homme d’affaires d’avoir utilisé un cousin d’Almeida pour gagner six millions en vendant des masques

Le parquet, dans son mémoire, indique que Luis Medina a profité de « son statut de personnage bien connu de la vie publique et de son amitié avec un proche du maire de Madrid »

Le maire de Madrid, José
Le maire de Madrid, José Luis Martínez AlmeidaEFE
  • LOC Luis Medina, avant sa prétendue commission millionnaire avec la vente de masques : « Je n’ai rien à vous dire »

Voitures haut de gamme, montres de luxe, immobilier… payés avec l’argent public. C’est la description de la dépense que le Parquet anti-corruption fait dans son procès contre les hommes d’affaires Luis Medina et Alberto Luceo, accusés d’avoir obtenu un avantage économique exagéré et injustifié pour l’achat de matériel sanitaire -masques, gants et tests- qui ils distribueraient plus tard au conseil municipal de Madrid au début de la pandémie lorsque ces produits étaient rares.

Dans son mémoire, rendu public ce mercredi, le procureur pointe d’abord Luis Medina, fils du mannequin Naty Abascal et du défunt duc de Feria, qui a remporté un million d’euros, pour ont profité de son statut de personnage bien connu de la vie publique d’obtenir un contact dans le domaine du Trésor et du Personnel du Consistoire, chargé de centraliser l’achat de ce matériel dans la crise sanitaire.

Dans ce même paragraphe, Anticorruption ajoute que Médine a également a usé de son amitié avec un proche du maire de Madrid, José Luis Martínez-Almeida, pour effectuer l’opération. Plus précisément, il s’agissait d’un cousin avocat du premier maire, Carlos Martnez-Almeida. Mon parent ne connaissait pas Luis Medina, un ami commun l’a contacté. Il lui passe un mail et lui dit que c’est la voie officielle pour mener à bien ces choses, a assuré l’édile ce mercredi après-midi, ajoutant que la mairie comparaîtra dans l’affaire comme visée dans l’enquête liée à la vente d’un bien immobilier. millions de masques, 2,5 millions de gants et 250 000 tests d’autodiagnostic rapide.

Une fois établi le premier contact avec le coordinateur général des budgets et des ressources humaines de la mairie, c’est le deuxième des hommes d’affaires, Alberto Luceo, qui a centralisé les opérations. est s’est présenté comme un expert dans l’importation de produits du marché asiatiqueavec des usines en Chine à sa disposition, et en tant qu’agent exclusif de la société malaisienne EEE, par l’intermédiaire de laquelle l’importation allait être effectuée, et a déclaré que sa volonté était de collaborer à la lutte contre la pandémie.

En réalité, ni n’avait d’expérience significative dans les affaires d’importation ni d’usines en Chine, de la même manière qu’il n’était l’agent exclusif d’aucune société malaisienne et qu’il n’agissait pas non plus dans une quelconque intention altruiste, comme on le verra ci-dessous, assure Anticorruption. Et pour cela il se base sur le fait qu’avec sa commission, de cinq millions d’euros au total, l’homme d’affaires a acquis trois montres Rolex d’une valeur de 42 000 euros, huit véhicules haut de gamme (Aston Martin, Ferrari, Mercedes, BMW…) d’une valeur de plus d’un million d’euros et une propriété, qui dépasse également le million, à Pozuelo de Alarcón. Et aussi des vacances dans un hôtel à Marbella, dont le coût avoisine les 60 000 euros. Le tout facturé par l’intermédiaire d’une société dont il est l’unique administrateur.

De son côté, Luis Medina, bénéficiaire d’un million, a acquis avec ce montant un yacht modèle Eagle 44 pour une valeur de 325 000 euros.

Selon le Parquet, un pourcentage élevé du prix proposé pour les produits correspond à des commissions que les prévenus allaient percevoir. Concrètement, 60 % dans le cas des masques ; 81%, dans les gants, et près de 71%, dans les tests. En réalité le prix des masques a été artificiellement gonflé à 148% au-dessus du prix réel du produit. Dans le cas des gants, ils étaient de mauvaise qualité et n’atteignaient que le poignet, alors qu’une grande partie des tests achetés par la municipalité étaient défectueux, puisque seuls 75 000 des 250 000 avaient un niveau de sensibilité acceptable, proche de 94 %. .

Ces prix ont été fixés par Alberto Luceo et imposés à la mairie de Madrid, sous couvert de sa fausse position de fabricant et d’agent exclusif de la société vendeuse, rappelle le Parquet sur les contrats que le Consistoire a signés avec une société malaisienne au début de la pandémie pour acquérir le matériel. Des contrats qui, comme la Cour des comptes l’avait déjà indiqué, étaient considérablement plus élevés que ceux des autres corporations municipales.

Désormais, Anticorruption accuse les deux hommes d’affaires de trois délits : escroquerie aggravée, mensonge dans un document commercial et blanchiment d’argent. Pendant ce temps, à la mairie de la capitale, comme elle l’a fait vendredi dernier, l’adjointe au maire de la capitale, Begoa Villacs, lorsque les premières informations fournies par le eldiario.eset le maire Almeida confirmera ce mercredi qu’ils insistent sur le fait qu’ils sont également une partie concernée dans cette affaire.

Le conseil municipal ne fait l’objet d’aucune enquête ni aucun travailleur, ont-ils souligné depuis le palais de Cibeles avant l’intervention publique du premier maire dans laquelle il a annoncé que le Consistoire apparaîtrait comme affecté dans le processus judiciaire. Au cours de l’enquête, le bureau du procureur ne m’a appelé ni un membre de ma famille à aucun moment. Cela ne fait pas de nous l’objet du procès, qui est dirigé exclusivement contre deux personnes, a conclu Almeida.

★★★★★