L’ancien délégué à l’Emploi dit qu’il ne savait « rien » de Faffe mais qu’il avait quatre neveux et deux amis sur la masse salariale de la fondation.

Il a été délégué provincial du ministère de l’Emploi à Séville entre le 31 mai 2000 et le 20 avril 2010 et patron de la Fondation du Fonds andalou pour la formation et l’emploi, la Faffe, dans laquelle ils ont embauché, selon ce que le PP a dénoncé aujourd’hui. Citoyens, à quatre de ses neveux et deux amis de sa ville, Camas, où il était maire et leader du PSOE. Mais Antonio Rivas s’est complètement désolidarisé ce vendredi des irrégularités dans la gestion de l’entité, dont les 200 branchés qui, selon la Garde civile, ne faisaient partie du personnel que parce qu’ils étaient membres du PSOE ou proches de dirigeants socialistes. ou d’un syndicat.

Rivas a refusé de répondre aux membres de la commission parlementaire qui enquêtent sur les délits de Faffe, mais il a tenu à préciser qu’il n’avait « rien » à voir avec la gestion de la fondation dirigée par son collègue de parti Fernando Villn, tandis que montrant son perplexité pour avoir été cité. Il a dit cela et aussi qu’il se sent victime d’une dérision publique depuis qu’il a été inculpé puis disculpé dans l’affaire Mercasevilla et dans l’ERE et qu’il a demandé réparation à la Chambre autonome qui, à ce jour, n’a pas été produit. Et cela, donc, est venu de conclure, il n’allait pas témoigner.

Il a conditionné « en toute logique et fondement » son apparition dans la commission à la reconnaissance de son « droit à l’honneur » et à son « innocence » totale : « Que tous les procès-verbaux de l’Assemblée plénière ou de la commission soient éliminés de toutes les références à ma personne qui menacent ou remettent en cause mon innocence totale et absolue et mon droit à l’honneur », a-t-il affirmé.

L’ancien haut responsable du PSOE a suivi à la lettre le scénario qu’il a déjà mis en pratique à une occasion similaire, lorsqu’en avril 2016 il a été appelé à témoigner dans une autre commission d’enquête parlementaire, celle qui a enquêté sur les stages de formation. Comme il l’a fait aujourd’hui, il s’est présenté comme une victime et a signalé un « stratégie de dérision publique «  après avoir clamé son innocence dans les affaires de corruption pour lesquelles il a fait l’objet d’une enquête. Et, comme il l’a fait aujourd’hui, il a exigé une « reconnaissance expresse du Parlement de mon innocence » afin d’accepter de répondre.

Rivas a ainsi échappé aux explications sur l’embauche par Faffe de ses parents et amis, que Villn a signés, dans certains cas, sans qu’il y ait aucune trace de preuves dans les dossiers. processus de sélection.

A la Faffe, quatre neveux de l’ancien Délégué à l’Emploi, et deux amis et confrères, comme Rosario Sotillos, qui a fait partie de la Listes PSOE aux élections municipales de Camas, ainsi que Marcos Gonzlez Avils, devenu délégué municipal de la Jeunesse.

D’après les fiches d’emploi de la Faffe auxquelles EL MUNDO a eu accès, l’embauche de proches de Rivas dans la fondation a commencé en mars 2004, juste un an après sa création. Le premier à être réservé par Villn parmi le clan Rivas était Ana Cordero Rivas, qui a inauguré l’embauche des neveux du Délégué à l’Emploi de l’époque à Séville.

Dans son dossier, la seule chose qui apparaît est que le « recrutement » s’est fait par l’intermédiaire du base de données de la fondation et que ce qui a été pris en compte était le curriculum vitae sans plus tarder. Ana Cordero Rivas, avec un diplôme d’études secondaires comme niveau d’études le plus élevé, était suffisante et elle a été embauchée avec un salaire de 13 218 euros bruts par an.

Trois ans plus tard, c’était son cousin, José Manuel Villegas Rivas, qui a commencé à travailler chez Faffe en tant que personnel de soutien dans le programme FPO. Son premier salaire était de 1 238,76 euros bruts par mois, mais en deux ans il a été porté à 1 912,89 euros par mois, un ascension ce qui l’a amené à travailler dans les unités de quartier. Diplômé en relations de travail, il n’y a aucune indication dans son dossier d’emploi d’un processus sélectif.

Quelques mois avant cette amélioration, sa sœur est entrée dans la fondation, Roco Villegas Rivas. Cette fois, il y a eu un processus de sélection, du moins en apparence, auquel sept candidats ont postulé. Roco a été choisie « pour son expérience connexe dans les questions liées au poste à occuper », comme le lit littéralement le dossier. Avec un diplôme d’enseignement spécialisé en enseignement, son poste n’était pas vraiment à Faffe. La fondation payait sa masse salariale et elle travaillait comme assistante technique au secrétariat technique général du conseiller à l’emploi, le même conseiller dans lequel son oncle était délégué provincial.

Quatrième nièce de Rivas, Mara Dolores Cardero Rivas, il a rejoint en 2008 après un processus de sélection pour pourvoir plusieurs postes de technicien de projet dans lesquels il est arrivé à la troisième place avec une note de 75 sur 100.

La offre Il a été publié, soi-disant, dans la SAE et, selon la documentation de l’entité, neuf curriculum vitae sont arrivés, dont cinq ont été présélectionnés. Parmi eux, celui de la nièce de l’ancien Délégué à l’Emploi, qui depuis le 1er avril 2008 a commencé à percevoir 2 070 euros bruts par mois auprès de la Faffe.

Droit de ne pas déclarer

En revanche, l’autre partie comparante citée ce vendredi dans la commission, l’ancien directeur général de l’employabilité et de la formation professionnelle de la Junta de Andaluca Manuel Brenes Il a fait usage de son droit de ne pas répondre aux questions des groupes politiques devant la commission d’enquête sur la défunte Fondation andalouse pour la formation et l’emploi (Faffe) du Parlement en raison de sa situation judiciaire actuelle.

C’est ce qu’il a affirmé dans sa première présentation devant la commission, où il a indiqué que sa décision de ne pas se soumettre aux questions des groupes vise à sauvegarder leur Droits fondamentaux à la défense et à la présomption d’innocence.

De même, cette décision, comme il l’a souligné, est appuyée par rapport légal du Parlement, ainsi que par les arrêts de la Cour suprême, des audiences provinciales de Cdiz et Pontevendra et par un arrêté de l’année 2020 du TSJA. Il a souligné que dans certaines affaires judiciaires, il fait l’objet d’une enquête et dans une autre en tant que témoin.

★★★★★