L’Agence valencienne de lutte antifraude considère comme illégale la manière dont l’éducation contracte le service de cantine scolaire

Elle considère qu’elle viole le droit des marchés publics en laissant le choix des entreprises aux mains des centres sans appel d’offres préalable.

Des écoliers avec leurs plateaux dans une cantine scolaire.
Des écoliers avec leurs plateaux dans une cantine scolaire.MME

La Agence valencienne anti-fraude peut provoquer un bouleversement dans le fonctionnement du service de restauration dans les écoles en déterminant que la manière dont le ministère de l’Éducation l’attribuait viole la droit des contrats du secteur public. Ceci est indiqué dans une résolution publiée après la plainte déposée pour de prétendues irrégularités dans la gestion du service dans un centre public de la ville de San Antonio de Benagber (Valence).

Pour Antifraude, ce service, contracté récurrent chaque année scolaire, doit se conformer à la réglementation qui réglemente les marchés publics et se soumettre aux « procédures ponctuelles et obligatoires de appel d’offres public en fonction du montant des contrats, ce qui doit également garantir une concurrence concurrentielle ».

Chaque autonomie détermine la forme de gestion des services. Il y a ceux qui permettent aux centres de contracter directement et d’autres qui optent pour des concours divisés en lots en fonction du nombre d’écoles qu’ils fréquentent. Dans le cas de la Communauté valencienne, où 94 % des centres disposent d’une cantine, une fois le parcours terminé par chaque centre, à travers le Conseil d’école, choisir parmi les offres que l’entreprise qui assurerait le service de restauration au cours de l’année suivante pourrait recevoir et la Conselleria, par l’intermédiaire des directions territoriales, a formalisé les contrats avec l’entreprise sélectionnée par les représentants de la communauté scolaire, sans entrer en évaluation ni le montant (avec un maximum de 4,25 par menu) ni l’appréciation du service rendu. Ce pouvoir appartenait uniquement aux conseils d’école.

Face à la plainte d’irrégularités présumées dans cette école valencienne, Antifraud assure que cette procédure remet en cause les principes généraux de la contractualisation car « elle manque de publicité et limite la liberté d’accès des soumissionnaires potentiels, restreint la libre concurrence et l’égalité de traitement entre opérateurs économiques ». , empêche l’application du principe de transparence et de la réglementation applicable en matière de marchés publics, pour lesquels la sélection de l’offre la plus avantageuse n’est pas garantie ». En outre, il considère que le prix public du menu de la cantine scolaire n’a pas été établi conformément au décret 103/2014 du Consell, qui réglemente les prix publics de la Generalitat.

Compte tenu de la « conduite irrégulière détectée » -l’attribution directe du service aux entreprises-, Antifraude donne à Education quatre mois pour lancer le dossier de conversion du choix du service de cantine scolaire en appel d’offres public « pour toutes les écoles publiques propriétaires de la Generalitat qui ont besoin du service », car le maintien du modèle actuel « viole complètement et absolument » la loi.

Des sources du ministère de l’Éducation ont confirmé à El Mundo qu’elles étudieront l’avis « et répondront aux objections formulées » dans le délai fixé par l’Agence, sans se pencher sur s’il y aura ou non un changement de modèle.

★★★★★