La protestation pour la « dignité policière » se transforme en clameur contre la Generalitat pour le manque de sécurité

  • À l’intérieur Les syndicats de police explosent contre la Generalitat et appellent à manifester à Barcelone

Ce qui a commencé il y a quelques semaines comme une clameur des forces de police catalanes contre la Generalitat et d’autres administrations face à « une situation insoutenable » est en passe de devenir une protestation généralisée pour exiger des améliorations de la sécurité et de l’ordre public. Les syndicats et associations des Mossos d’Esquadra et de la police locale ont déjà fait savoir lors de la convocation de la manifestation prévue ce samedi à Barcelone que la situation avait « atteint la limite » de sorte que, compte tenu de « la gravité de la situation, nous considérons que nous ne sommes pas seulement les forces de police qu’il faut mobiliser. »

« La société civile, fuyant l’instrumentalisation politique dénoncée, doit se sentir interpellée, puisqu’elle est également touchée par la situation actuelle et en subit à la première personne, ses conséquences désastreuses », ont souligné les organisations convoquant la manifestation qui ont vu comme leur demande de soutien. a été entendu. Et le fait est que non seulement seront présents à la manifestation des représentants des différentes forces policières mais aussi des groupes, organisations et plateformes citoyennes qui veulent soutenir les revendications des agents en plus d’exiger plus de sécurité dans les rues.

Le déclencheur de la mobilisation appelée par les syndicats Mossos SAP-FEPOL, USPAC-USCOP, SPC, SME, CAT-ME, Seimei-FEPOL, SICME, AFITCME et SEI ; des Gardes Urbains et Police Locale SICPOL, SFP-FEPOL, SAPPL et SAPOL, ainsi que l’association professionnelle des Mossos, ont été les attaques contre les agents lors d’interventions d’ordre public, principalement dans le contrôle des bouteilles, l’été dernier. Cependant, la protestation a été étendue à la situation sécuritaire.

Ainsi, d’autres groupes participeront également à l’appel prévu ce samedi, comme des chauffeurs de taxi, des commerçants, des associations de quartier ou encore des partis politiques, parmi tant d’autres. « Nous demandons qu’il n’y ait pas de drapeaux, pas de logos et aucune importance politique, l’une de nos demandes est que nous ne soyons pas politisés, alors nous demandons la même chose à ceux qui veulent venir », explique le porte-parole de Fepol, Toni Castejn. Il est également prévu que des agents d’autres organes des forces de l’État et de la sécurité viendront d’autres régions d’Espagne, telles que la garde civile et la police, qui ont déjà exprimé leur soutien à la manifestation.

« Le moment critique dans lequel nous vivons mérite cette protestation », souligne Castejn qui ajoute que « je ne me souviens pas d’une situation aussi complexe dans la rue, nous avons fait des manifestations pour des questions de salaire ou de manque de moyens, mais maintenant la perte de l’autorité que nous subissons s’ajoute, avec le niveau élevé de violence et d’insécurité et la négligence politique envers les policiers. Il est temps de frapper la table ».

Une touche d’attention

Dans une déclaration commune, les organisateurs assurent qu’ils ne sortent pas pour protester pour exiger des améliorations d’emploi mais pour « défendre notre profession et la sécurité publique. Il est évident qu’une société démocratique mature, qui recherche la liberté et la justice sociale, doit avoir des forces de police. qui garantissent les droits de ses citoyens. Et la Catalogne les a clairement. Les organes qui composent aujourd’hui la Police de Catalogne ont démontré tout au long de leurs histoires respectives qu’ils sont prêts à relever les défis auxquels ils sont confrontés ».

Malgré cela, les syndicats soulignent que « ces derniers temps nous avons été l’objet d’attaques directes qui ont provoqué un manque d’autorité et une délégitimation de notre profession. La politisation constante de notre profession, l’utilisation de partisans pour user le gouvernement de la journée et le manque de courage politique pour défendre le corps des Mossos et de la police locale respective, les gardes municipaux et les gardes urbains contre lesquels secteurs, ainsi que les attaques (trop continues) que nous avons subies, nous ont conduit à les rues aujourd’hui ».

Pour les représentants des agents publics, « les images (toutes virales) qui ont été produites, en particulier ces derniers mois, ont accru l’usure dont souffrent les groupes professionnels depuis une décennie. Le manque de moyens avec lesquels nous avons Face à des situations extrêmement complexes, ils ont provoqué un épuisement évident qui, ajouté au manque de soutien politique (dans l’ensemble), nous ont conduits à cette situation insoutenable. »

Face à cette situation, les organisateurs assurent qu’ils descendent dans la rue pour donner « une touche générale d’attention à tous ceux qui nous représentent aussi ». « Avec le respect mais avec la fermeté que la situation actuelle exige de nous, nous exigeons qu’ils agissent avec la détermination nécessaire pour protéger la police de Catalogne », soulignent-ils et ajoutent que « s’ils ne le font pas, il est évident que l’État-providence sera gravement touché ».

Cependant, sa demande va au-delà des responsables politiques des administrations et ils rappellent que « le débat sur le modèle policier doit être représenté dans ses conclusions, par la grande majorité des citoyens qui ne voient pas la Police de Catalogne comme un ennemi, mais comme un un groupe professionnel qui travaille et garantit leur sécurité collective, mettant même la sécurité individuelle des personnes qui le composent ». Alors qu’ils réclament « un virage à 180 degrés » pour retrouver la dignité policière.

Le soutien de Trapero

Les organisateurs de la manifestation ont reçu un soutien inattendu hier. Dans son discours à l’occasion du Dia de les Esquadres, le maire des Mossos d’Esquadra, Josep Llus Trapero, a déploré l’augmentation des « comportements inquiétants d’intolérance » contre la police endossés par certains secteurs politiques et a rappelé que les agents, en tant que serviteurs Les publics « essentiels », demandent « le respect, et non des attitudes de soumission ou des peurs qui ont déjà été surmontées de la part de la police ». « Le manque de respect et l’intolérance à l’autorité affectent le pacte et l’équilibre social », a-t-il déclaré.

En outre, il a exprimé sa « préoccupation » au sujet des « comportements d’intolérance inquiétants, non généralisés, non quantitativement pertinents, mais des comportements de groupe violents qui expriment une intolérance inquiétante » envers la police et des attitudes qui les approuvent comme des débats publics dans lesquels « à ce qui jette une pierre à la police se voit décerner le titre de militant. » « Le respect de l’autorité et aussi le respect de l’autorité policière les agents forment un tout dans un pays démocratique, ils sont indissociables », a déclaré Trapero, qui a rappelé que quiconque « approuve » le manque de respect des agents « oublie que l’autorité policière est déléguée et vient de l’autorité judiciaire et gouvernementale ».

« Nous comprenons que l’exercice du droit à la concentration et à la manifestation doit déranger, car sinon, ils ne sont pas tels, c’est ainsi que nos sociétés ont évolué, c’est ce que nos parents ont fait pour obtenir des écoles, des centres de santé, des marchés municipaux et mille choses. Mais je me demande : qu’est-ce qui doit changer le monde en jetant des pierres sur la police ou en brûlant des conteneurs ? Quel est ce nouveau paradigme et qu’est-ce qui est transformateur et révolutionnaire ?

Des gardes de la ville « sous-estimés »

Les syndicats de police ont appelé à la manifestation sous le slogan « pour la sécurité publique et la dignité policière » car ils considèrent que « ces derniers temps, les administrations ne soutiennent pas notre travail de policiers, de fonctionnaires et de garants de l’ordre ». Ainsi, le syndicat Sapol Urban Guard a rappelé que dans les concentrations de la vie nocturne à Barcelone, ils se sont sentis « rabaissés par une partie de la population, mettant parfois notre intégrité en danger » en plus de voir les dommages causés au commerce, au mobilier public, aux bâtiments et aux voitures privées et « attaques violentes contre la police en toute impunité ».

« Et plus qu’entendre des déclarations condamnant des actes de vandalisme et criminalisant une partie de la société pour ces comportements peu recommandables, nous n’avons pas trouvé le soutien de nos dirigeants pour la défense de notre travail ou de nos collègues », précise le syndicat qui regrette « l’évidente dérive sociale en termes de respect de la loi et des règles de coexistence les plus élémentaires. Une situation jusqu’à présent jamais vécue. Une situation qui témoigne d’une grave crise de sécurité publique.

★★★★★