La Marlaska s’accorde à Rabat sur des enquêtes conjointes des deux forces de police après la tragédie de la clôture de Melilla

Le nouveau partenariat entre le Maroc et la Commission européenne sur les questions migratoires comprendra le renforcement de la collaboration entre la police et les agences de l’UE avec les autorités marocaines

Le monde

Fernando Grande-Marlaska a mis en scène aujourd’hui avec son homologue marocain la nouvelle relation Madrid-Rabat avec le drame de la clôture de Melilla encore chaud et en pleine enquête par le Parquet.

Lors de la réunion particulièrement délicate (la tentative d’agression d’il y a deux semaines a fait plus de 20 morts dans la partie marocaine de subsahariens) et à laquelle était présent le commissaire à l’intérieur de l’Union européenne, ylva johansson-, l’engagement de renforcer la collaboration entre les polices des deux pays a été scellé.

Ce point est extrêmement important après des années de déconnexion entre les agents des deux Corps en raison de la position de l’Espagne dans le conflit du Sahara. La tiède dans les relations Ils ont provoqué de graves assauts sur la clôture à Ceuta et à Melilla en raison du relâchement des gendarmes marocains sous leur garde.

Le plus virulent et le plus évident a été celui enregistré l’année dernière lorsque le gouvernement de Pedro Sánchez accueilli en Espagne le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, de sorte que c’était le coronavirus grave dont il souffrait. Le Maroc a laissé passer des milliers de personnes à Ceuta sans en être empêché par sa police.

Désormais, selon des sources ministérielles, il y aura des enquêtes conjointes et elles travailleront en parfaite coopération. De plus, la stratégie esquissée pour faire face à la nouvelles méthodes utilisées par les organisations qu’« aider » les immigrés à atteindre la frontière avec l’Espagne passe par le soutien à la gestion des frontières et le renforcement de la coopération avec les agences de l’Union européenne, indiquent les mêmes sources.

Le commissaire et les deux ministres ont regretté le « événements douloureux » qui a eu lieu le 24 juin, ainsi que des blessés, dont des membres des forces de sécurité.

« Ces événements, en plus de constituer une tragédie humaine, mettent à l’épreuve les mécanismes traditionnels de lutte contre la traite des êtres humains et démontrent la extrême dangerosité des réseaux de traite des êtres humains et les risques qu’ils sont prêts à générer », ont-ils déclaré.

Ils ont également souligné les enquêtes qui sont menées pour clarifier les circonstances de ces événements.

« Dans le domaine de la migration, l’Espagne travaille de manière décisive en coopération avec les pays d’origine et de transit et dans la lutte contre les mafias qui font le trafic de personnes, à la fois par l’échange d’informations opérationnelles et par des actions conjointes », ont-ils ajouté depuis le Ministère de l’Intérieur.

Selon ses calculs, les mécanismes mis en place dans ces zones permettent d’arrêter à l’origine 40% des mouvements migratoires irréguliers.

La Commission européenne travaille également, dans le cadre du nouveau pacte migration et asile, à la mise en place de mécanismes de coopération en matière migratoire avec les pays d’origine et de transit.

★★★★★