La justice confirme la prison permanente d’Igor le Russe pour le triple meurtre de Teruel

La Cour suprême d’Aragn considère que le condamné, Norbert Feher, a causé « une douleur singulière aux victimes en utilisant une méthodologie cruelle »

Norbert Feher, 'Igor le Russe', lors du procès au tribunal de Teruel.
Norbert Feher, ‘Igor le Russe’, lors du procès au tribunal de Teruel.BASSIN
  • Jugement Igor le Russe, condamné à la prison permanente révisable pour le triple crime d’Andorre
  • Jugement Igor le Russe : « Si j’avais pu prendre ma bible, les deux gardes civils seraient vivants »

Les Cour supérieure de justice d’Aragn (TSJA) a ratifié la prison permanente révisable pour Norbert Feher, alias Igor le Russe, pour le triple meurtre commis à Teruel.

Dans la sentence, rendue publique ce vendredi, les magistrats du Chambre civile et pénale du TSJA a rejeté le recours formé par l’avocat de Norbert Feher contre la condamnation du Tribunal provincial de Teruel qui l’avait condamné pour le meurtre de l’agriculteur Jos Luis Iranzo et les agents de la Garde civile Victor Romero et Victor Jess Caballero.

Ils considèrent que le verdict du jury était « suffisamment motivé » et que, par conséquent, il n’y a aucune raison d’annuler la peine, contrairement à ce qu’allègue l’avocat de la défense pour Igor le Russe, Jos Manuel Martn Calvente, à l’audience tenue par cette cause en Saragosse le 22 septembre dernier.

Parmi les différents motifs d’appel présentés par la défense de Norbert Feher, le tribunal ne partage pas l’argument de la défense, selon lequel il n’y a aucune preuve directe ou indirecte de l’accusation, car les agents de la Garde civile étaient armés et ont pu opposer une résistance efficace .à attaquer car ils étaient plus nombreux que lui.

Sur ce motif, le TSJA comprend que l’alevosa est présent dans les trois homicides compte tenu de « l’inexistence de probabilités de défense » qu’avaient ces personnes lorsqu’elles ont été attaquées par derrière et depuis leur position cachée.

En ce qui concerne le motif du procès, ils soutiennent également qu’au cours du processus, la volonté de causer « de plus grandes souffrances aux victimes » a été prouvée, à la fois parce que les armes étaient totalement déchargées et en raison de la localisation de certaines blessures par balle.

Pour cette raison, ils concluent que « dans le cas présent, une douleur singulière a été infligée aux victimes, en utilisant une méthodologie homicide cruelle ».

Sans légitime défense

Concernant l’argument de l’avocat de la défense selon lequel l’existence du crime d’attentat commis sur les personnes des deux gardes civils n’aurait pas dû être constatée car ils étaient habillés en civil et le véhicule qu’ils utilisaient n’était pas identifiable, les magistrats répondent que « bien qu’ils ne soient pas présents. De telles circonstances d’identification peuvent être d’autres, comme c’est le cas en l’espèce, qui sont appréciées par le Jury et exposées dans la sentence contestée, et qui conduisent, sans aucun doute, l’accusé à savoir qu’il était avant agents de l’autorité lorsqu’il leur a tiré dessus.

Le TSJA comprend donc qu’il a été prouvé que « l’accusé n’avait aucun doute sur le statut d’agents de la Garde civile de ses victimes lorsque, sans leur laisser le temps de dégainer leurs armes, il leur a tiré dessus en se cachant de derrière le véhicule, et puis Il les achève. »

Pour cette raison, ils rejettent également que l’accusé ait pu agir en légitime défense comme l’a expliqué son avocat en appel.

De même, ils rejettent l’argument de la défense selon lequel il y a eu des échecs dans la garde des scènes de triple crime et des preuves.

Ils considèrent que si les lieux n’ont pas été protégés immédiatement après la mort de l’éleveur et des agents, c’est parce que l’auteur des meurtres n’avait pas encore été arrêté et la première chose dans ces circonstances dangereuses est de sauvegarder la vie des gens. A cela il ajoute que la chaîne de garde des preuves n’a été rompue à aucun moment.

Il y a un recours contre ce jugement devant la Cour suprême, qui doit être présenté dans les cinq jours.

★★★★★