La Generalitat ne trouve pas de banque qui garantit la garantie que la Cour des Comptes exige des promoteurs de 1-O

34 anciens hauts fonctionnaires du Gouvernement devront faire face au versement de 5,4 millions à compter de ce mercredi

La Generalitat ne trouve pas de banque qui garantit la garantie de la Cour des Comptes pour 1-O// Photo : Quique Garcia EFE

Le Gouvernement de la Generalitat ne trouve pas d’institution financière qui veuille garantir le fonds d’argent public avec lequel Père Aragons il entend faire face aux 5,4 millions de financement que la Cour des comptes exige des 34 anciens hauts fonctionnaires, pour des dépenses prétendument indues dans la promotion internationale du référendum 1-O. Cela a été annoncé lors d’une conférence de presse après la réunion du gouvernement par le ministre de l’Économie, Jaume gir, sous la direction de laquelle ce mécanisme financier controversé a été conçu et conçu.

Deux semaines après avoir créé ce fonds public, doté de 10 millions du Fonds de liquidité autonome (FLA), le mouvement indépendantiste espère trouver dans les prochaines heures une banque étrangère qui assume le risque et que les entités indépendantistes récoltent par des dons l’argent pour respecter la garantie.

A l’expiration, mercredi 21, du délai fixé par la Cour des comptes, Gir a reconnu l’échec de l’exécutif indépendantiste dans ses négociations avec les « entités financières les plus présentes dans le pays » -une manière voilée de le souligner, entre autres, à Caixabank, BBVA, Sanatander et Sabadell- pour assumer l’approbation des dirigeants séparatistes enquêtés, parmi lesquels se trouvent Artur Mas, Oriol Junqueras Oui Carles Puigdemont.

Le ministre de l’Économie a évité de parler de l’échec de son opération et a annoncé que le gouvernement de la Generalitat avait ouvert une négociation d’urgence avec d’autres banques. Bien qu’il n’ait pas voulu préciser si, dans cette deuxième tentative, ils appellent des entités financières étrangères, il a souligné qu’ils ne seront pas l’un des principaux opérant en Catalogne.

« Dans la vie on n’échoue pas si on n’arrête pas d’essayer, l’échec sera de ne rien faire face à une injustice », a déclaré Gir, qui espère que si l’avis du Conseil de garantie statutaire est favorable au fonds de garantie, certaines banques hésitent à changer d’avis aujourd’hui.

Lors de sa comparution, le conseiller a également évité de critiquer les entités financières contactées, bien qu’il ait pointé la « peur » due au « bruit d’une partie » comme l’une des raisons possibles de son refus, puisque « le mécanisme de préservation de la présomption L’innocence des agents publics est techniquement, juridiquement et commercialement irréprochable. » En ce sens, Gir a déclaré qu’il y avait eu « beaucoup de bruit et peu de temps », mais a fait remarquer que « nous recommencerons ».

En plus du cognement des banques, qui laisse au gouvernement peu de marge de manœuvre, Gir a expliqué que malgré le fait que le décret-loi avec lequel la Generalitat a approuvé le mécanisme financier le permet, ils n’utiliseront pas l’Institut Catal de Finances (ICF) en tant que garant temporaire, en attendant la participation éventuelle d’une entité privée, de l’argent que réclame la Cour des comptes. « Nous ne soumettrons aucun des professionnels de l’ICF à cette opération pour éviter l’angoisse et la peur des travailleurs et de leurs familles », a déclaré le chef de l’économie catalane.

★★★★★