La fuite de Puigdemont et les manœuvres judiciaires avec lesquelles il avait échappé à la justice depuis 2017

Le 30 octobre 2017, de peur d’être arrêté, l’ancien président catalan a quitté l’Espagne dans la nuit camouflé dans une voiture avec l’aide d’un petit groupe de Mossos d’Esquadra

Carles Puigdemont, en décembre 2019 à la Cour de justice de Bruxelles.
Carles Puigdemont, en décembre 2019 à la Cour de justice de Bruxelles.PA
  • Justice Carles Puigdemont, arrêté en Sardaigne par ordonnance de la Cour suprême
  • Catalogne Le constitutionnalisme s’oppose aux « listes noires » de professeurs dans les universités de Catalogne

La fuite de Carles Puigdemont vers L’Europe  a commencé peu après la décision du gouvernement de Mariano Rajoy d’appliquer la Article 155 de la Constitution et prendre le contrôle de la Generalitat de Catalua. C’est lui 30 octobre 2017Craignant d’être arrêté, l’ancien président catalan quitte l’Espagne dans la nuit camouflé dans une voiture avec l’aide d’un petit groupe de Mossos d’Esquadra qui continuent de faire office d’escorte. Voyagez à l’aube de Sant Juli de Ramis (Gérone), où il a passé le week-end avec sa famille, Marseille, contournant les contrôles aux frontières.

Dans la ville française, il rencontre un groupe d’anciens conseillers, parmi lesquels Toni Comn, Joaquim Forn, Dolors Bassa et Llus Puig. Ils prennent un avion de compagnie Ryanair avec Destination à Bruxelles. Au même moment, d’autres membres de son gouvernement se rendent ce lundi sur son lieu de travail à la Generalitat en pensant que Puigdemont y assistera, pour offrir une image de normalité et porter atteinte au 155. En fait, Puigdemont affiche une image des Palaos sur son réseau social. réseaux de la Generalitat. Un groupe d’employés l’attendait pour le saluer par des applaudissements. Seul un sergent Mossos, sa femme, était au courant de sa fuite Marcela Topor, et l’homme d’affaires et ami personnel de Puigdemont Josep Maria Matamala.

Les premières semaines en Belgique, Puigdemont se réfugie dans un hôtel périphérique qu’il utilisera pour accueillir ses conférences de presse et entretenir une défiance publique envers le gouvernement espagnol. Plus tard, et après avoir reçu l’aide financière d’amis et de la Generalitat elle-même, elle a installé son siège dans un hôtel particulier de la ville belge de Waterloo, où il est resté jusqu’à présent. Dans les premières semaines de son évasion et en attendant que le magistrat de la Cour suprême Pablo Llarena bouge, Puigdemont nourrit l’idée qu’il peut se déplacer pacifiquement à travers l’Europe et commence une sorte de jeu du chat et de la souris avec la justice espagnole. l’avocat Gonzalo Boye. Le 5 novembre, Puigdemot comparaît devant un juge de Bruxelles qui le libère sous l’inculpation, avec les autres. les conseillers fuite. Le 21 décembre, il est la tête d’affiche de JxCat aux élections catalanes.

Convaincu de son immunité, Puigdemont participe le 18 mars 2018 à Genève à un festival de films politiques. Et le 23 mars 2018, il se rend à Helsinki donner une conférence, soutenue par le député finlandais Mikko Karna. Son intention est de continuer à dénoncer internationalement « l’attaque » de l’Etat espagnol contre la démocratie catalane. La prévision du leader indépendantiste était de quitter le pays nordique deux jours plus tard, mais peu de temps après son arrivée, la police finlandaise a reçu un mandat d’arrêt européen émis par Llarena le 23 mars. Celui-ci est délivré après qu’il ait poursuivi pour rébellion les membres du gouvernement qui ont joué dans 1-O et qui sont restés en Catalogne, comme Oriol Junqueras.

Carles Puigdemont s'adresse à la presse aux portes de la prison
Carles Puigdemont s’adresse à la presse devant la prison de Neumnster (Allemagne).EFE

Arrestation en Allemagne

Après avoir entendu cette décision de la Cour suprême, les avocats de Puigdemont annoncent publiquement qu’il comparaîtra devant la justice finlandaise à titre volontaire. C’était une manœuvre de diversion, car le leader de JxCat fuit le pays en voiture par Danemark. Le 26 mars, un groupe de CNI, coordonné avec la police allemande, qui avait sous surveillance la voiture de Puigdemont – une Renault Espace avec une plaque d’immatriculation belge – en provenance de Finlande, l’a arrêté à 11h30, entre les villes de Shuby et Jagel, dans le État du Schleswig-Holstein, le seul à avoir une frontière avec le Danemark. Puigdemont s’est rendu en Belgique pour se mettre à la disposition des autorités judiciaires du pays. Son arrestation provoque une violente réaction dans les rues de Barcelone. Les troubles graves dureront plusieurs jours.

Détenu dans une prison allemande à NeumünsterLe 6 avril, le tribunal territorial de Schweslig Holstein a jugé « inadmissible » le crime de rébellion pour lequel Puigdemont est actuellement jugé en Espagne. Puigdemont est libéré sous caution. Puigdemont est rentré en Belgique, où la justice a refusé d’extrader le leader indépendantiste, qui, après avoir obtenu son acte d’eurodéputé, a profité de l’immunité accordée par cette condition pour voyager à travers l’Europe, notamment au sud de La France, dans sa tentative de maintenir le leadership moral du mouvement indépendantiste.

★★★★★