La division sur la prostitution menace la loi « seulement oui est oui » d’Irene Montero

Le débat sur l’interdiction confronte Colau, Errejn, ERC et PNV au PSOE et Podemos

Ada Colau et Irene Montero, avec Ione Belarra en arrière-plan, lors d'un événement United We Can en 2020.
Ada Colau et Irene Montero, avec Ione Belarra en arrière-plan, lors d’un événement United We Can en 2020.PRESSE EUROPE
  • Congrès fédéral Le PSOE se déclare pour la première fois en faveur de « l’abolition de la prostitution »
  • Coalition Le gouvernement promeut la loi du « seulement oui c’est oui » : « Si vous ne le souhaitez pas, vous ne devez participer à aucun acte sexuel »

La réouverture du débat sur la prostitution a placé la soi-disant seulement oui c’est oui loi. Le projet phare d’Irene Montero voit son passage au Congrès menacé après que des fissures et des divergences se soient ouvertes la semaine dernière entre les partis qui allaient théoriquement voter en faveur de la règle. Certaines divergences qui sont apparues même au sein même de la coalition United We Can, où le Commun Ada Colau’s ont soumis un amendement au texte de leurs camarades en raison de leurs désaccords.

Tous ces problèmes ont surgi à la suite de deux articles contenus dans le Pprojet de loi organique pour la garantie intégrale de la liberté sexuelle, populairement connu sous le nom de seulement oui c’est oui. Sont les 187 et 187 bis, qui abordent la question de la prostitution. En eux, le Ministère de l’Égalité Il propose que ceux qui louent des immeubles, des appartements ou des locaux à des personnes qui pratiquent la prostitution, même s’il s’agit d’une pratique totalement consentie par ces personnes, soient poursuivis et punis de peines de plusieurs années de prison, car il comprend qu’ils bénéficient financièrement de une exploitation.

Il s’agit de récupérer ce que l’on appelait légalement le troisième locatif. Un crime qui a été retiré de la Code pénal dans les années 90 sous le dernier gouvernement de Felipe González, estimant qu’il était préjudiciable aux prostituées parce qu’il les poussait à se cacher et dans des conditions plus hostiles et vulnérables.

ERC, Junts et le CUP ont présenté jeudi un amendement à la loi pour supprimer ces deux articles, car ils défendent le libre exercice de la prostitution lorsqu’il s’agit d’une activité consensuelle et sans aucun type de coercition ou de menace sur la personne qui se prostitue. C’est ce qu’avait déjà fait En Com Podem deux jours auparavant, la confluence catalane dirigée par Ada Colau qui fait partie de United We Can, qui est le parti qui, avec Irene Montero à la barre, dirige le ministère de l’Égalité.

Ils ne sont pas les seuls partenaires gouvernementaux à se distancier de la loi au risque de rendre la vie de nombreuses prostituées encore pire. Comme ce journal l’a appris, Mme Pas présentera également sous peu un amendement visant à supprimer les 187 et 187 bis du projet de loi. Et cela pourrait également faire baisser son partenaire Comproms.

Le ministre veut persécuter ceux qui louent des biens immobiliers à des fins de prostitution

La loi a relancé un débat non résolu au sein du féminisme, vieux de plusieurs décennies, et où s’affrontent les partisans de l’abolition et ceux de la régulation de la prostitution. Irene Montero, qui fait partie du premier groupe, est désormais au milieu de ce choc des positions. La loi de seulement oui c’est oui Elle ne cherche pas à approfondir la question de la prostitution dans toute sa complexité, mais elle veut l’aborder comme une violence sexuelle de plus.

Le débat est déjà ouvert. D’une part, le PSOE a officialisé sa position en faveur de l’interdiction de la prostitution il y a tout juste une semaine, lors de sa 40 Congrès fédéral, et approuvé pour récupérer le crime du troisième locatif. Par conséquent, il plaide ici en faveur du maintien des deux articles en discussion dans la loi et il n’envisagerait pas d’autre option que de les maintenir dans la norme.

D’autre part, il y a les partenaires du gouvernement, où cette affaire génère des divergences et ils proposent de changer ces aspects de la loi. Ce n’est pas par hasard que les partis catalans défendent ce front, même les communes de Colau. Car bien que le féminisme dans toute l’Espagne penche vers la voie abolitionniste, en Catalogne il y a une majorité féministe avec une vision plus régulatrice. Et il est plus répandu en Catalogne que les prostituées s’associent ou coopèrent entre elles pour, par exemple, la location d’appartements.

Ses partenaires critiquent le fait d’aborder la question dans une loi sur les violences sexuelles

Cet écart de soutien est compliqué pour le ministère de l’Égalité car ERC est un partenaire essentiel du gouvernement dans le jeu de la majorité au Congrès, et le PSOE et United We Can ne peuvent se passer de leurs voix. De plus, les républicains ont renforcé leur position en se rangeant du côté des Junts et de la CUP.

Il y en a plus. Le PNV, autre partenaire principal de l’exécutif, n’est pas non plus content. Les nationalistes basques s’opposent à une question telle que la prostitution qui se faufile dans une règle comme celle-ci – destinée au viol et à d’autres crimes sexuels – et prétendent séparer les débats et les confronter à des lois différentes.

Malgré ce carrefour, les sources d’Egalité croient que la loi n’est pas en danger et que les débats ouverts seront résolus. Le ministre a expliqué jeudi à la Commission de l’égalité Congrès que son objectif n’était pas de résoudre ce débat historique, mais il considérait qu’il ne pouvait pas non plus détourner le regard. Ce que nous proposons ne sont pas seulement des idées, a-t-il dit, mais sont conformes aux mandats internationaux.

Selon lui, il ne s’agit pas d’un débat sur la volonté, mais sur la précarité, et il a annoncé qu’ils travaillaient déjà sur le premier Plan d’insertion sociale et professionnelle des victimes de la traite, de l’exploitation sexuelle et des femmes en contexte de prostitution, pour donner des débouchés même aux les femmes qui disent de le faire librement. Cela veut le lier, en plus, à des changements dans la Droit des étrangers.

★★★★★