La Cour nationale rejette la demande du PSOE de rouvrir le « cas Pnica » contre Cristina Cifuentes

La chambre criminelle entérine la thèse du juge d’instruction selon laquelle il n’y a aucune indication de son implication dans le financement illégal du PP à Madrid

Les anciens présidents de la Communauté de Madrid Esperanza Aguirre (à gauche) et Cristina Cifuentes se saluent lors des célébrations du Dos de Mayo.
Les anciens présidents de la Communauté de Madrid Esperanza Aguirre (à gauche) et Cristina Cifuentes se saluent lors des célébrations du Dos de Mayo.ANDRÉ COMAS

La Chambre pénale du Tribunal national a confirmé le dossier de l’affaire Pnica concernant l’ancienne présidente de la Communauté de Madrid Cristina Cifuentes, approuvé par le juge de l’affaire, Manuel Garca-Castelln, avril dernier. La décision avait fait l’objet d’un appel, entre autres, du PSOE, qui a demandé au tribunal d’ordonner qu’elle soit maintenue sous enquête.

L’enquête était liée à l’attribution du contrat de service pour la cafétéria, les cuisines et la salle à manger de l’Assemblée de Madrid lors des appels d’offres de 2009 et 2011 et au prétendu financement illégal du PP de la Communauté de Madrid.

Les magistrats de la Quatrième section conclure dans leur résolution que de toute l’activité d’enquête « il est extrait, de manière claire et énergique, l’insuffisance de preuves rationnelles de la criminalité dans les actes des trois enquêtés », en référence à Cifuentes, à l’avocat de l’Assemblée de Madrid Tatiana Recoder et le président du Grupo Cantoblanco Arturo Fernndez, également disculpés par le juge.

Le tribunal affirme qu’il n’a pas été prouvé, « même pas incidemment », que l’attribution à Cantoblanco du restaurant de l’Assemblée « est directement liée aux dons, pour des montants de 100 000 euros et 60 000 euros, effectués par les entités Arturo Grupo Cantoblanco SL et la Confédération des entreprises de Madrid, respectivement, en faveur de la Fondation pour le développement économique et social de la Communauté de Madrid (FUNDESCAM), contrôlée par le Parti populaire ».

L’appel du PSOE et de l’Adade a soutenu que l’attribution de la machine à café faisait « partie de la récompense des dons ». Concernant Cifuentes, il a souligné que c’était lui qui présidait l’organe contractant. De Fundescam, qui n’était qu’une « couverture » à récolter en faveur du PP auprès des hommes d’affaires qui bénéficient de contrats avec des administrations contrôlées par le parti.

« Conjectures »

Les magistrats répondent que les affirmations des accusations populaires sont des « conjectures ou soupçons » typiques d’une première phase d’enquête, mais insuffisantes pour maintenir une accusation alors que les procédures nécessaires ont déjà été menées pour clarifier les faits.

Concernant Cifuentes, l’Audiencia Nacional souligne qu’à partir des résultats de la procédure, il est déduit qu’« il n’a pas été possible de vérifier que ses actions ont été déterminantes pour l’attribution des services de café ». Ni, que dans de telles récompenses, les dons faits par l’enquêteur Fernndez lvarez à Fundescam aient été pertinents.

« Manque de preuves de la criminalité », ajoute la Chambre, « que nous devons étendre au comportement consistant à participer au financement illégal du Parti populaire ».

La seule chose que la Chambre s’aligne sur le PSOE est de rejeter la thèse de Cifuentes selon laquelle le parti n’avait pas le droit de la poursuivre. Les magistrats indiquent que la loi le permet, indépendamment de futures réformes procédurales l’en empêchant, en référence au fait que la nouvelle loi de procédure pénale en préparation prévoit que les partis politiques ne peuvent exercer l’accusation populaire.

★★★★★