La Cour nationale disculpe à nouveau deux membres de l’ETA dont le premier acquittement a été annulé par la Cour suprême pour « illogisme »

La nouvelle phrase dit que l’apparition des empreintes digitales de ‘Kubati’ et ‘Fermn’ sur le tube du lance-grenades ne prouve pas qu’ils ont participé à l’attaque de la caserne d’Arechavaleta.

Jos
José Luis López Ruiz, ‘Kubati’, à sa sortie de la prison d’El Puerto de Santamara en 2013.EPE

L’attaque de la caserne d’Arechavaleta, dans laquelle deux gardes civils sont morts, se poursuit sans coupables. Le Tribunal national a de nouveau acquitté les membres de l’ETA Jos Antonio López Ruiz, Koubatiet José Miguel Latasa, Ferminqu’il avait déjà disculpé dans un arrêt que la Cour suprême a annulé il y a deux semaines pour « manque de logique ».

Entre autres éléments, la Cour suprême a souligné que, selon la propre décision de la Cour, les empreintes digitales des deux terroristes étaient apparues sur les tubes du lance-grenades utilisés contre la caserne d’Arechavaleta (Guipzcoa) en juillet 1986. Les grenades n’ont pas touché, mais un piège à proximité j’ai tué le lieutenant Ignacio Mateu Istriz et au mandataire Adrien Gonzlez Revilla.

En référence aux empreintes digitales, la Cour suprême a souligné que la sentence d’acquittement « ne justifie pas pourquoi de telles preuves, d’une intensité de preuve incontestable, en vue de la participation criminelle de l’accusé, ne servent pas à atteindre un tel objectif, un aspect dans lequel le Le jugement porté en appel ne fait pas un tracé complot qui puisse être considéré comme raisonnable ».

La Haute Cour a ordonné que les trois mêmes juges de l’audience dictent une nouvelle peine en tenant compte de cette information et d’autres qui indiquaient également la condamnation. La résolution des magistrats José Antonio Mora (président), Fermn Echarri (rapporteur) et Julio de Diego a de nouveau été acquittée.

Dans la nouvelle rédaction, ils ajoutent à la phrase initiale que « l’apparition d’empreintes digitales sur l’un des instruments utilisés pour son exécution, tels que les tuyaux en PVC, objets de commerce légal, ne suffit pas à elle seule à résoudre le jugement d’auteur en faveur de l’hypothèse accusatrice ».

« Contact ponctuel »

Il est ajouté que « il ne semble pas logique » que s’ils avaient transporté les tubes sur le lieu de l’attaque et les avaient placés, en plus d’introduire les grenades, « plus aucune trace » n’apparaîtrait (il y en avait une) . Fermin et deux de Koubati) ».

« De l’avis de la Cour, il existe des preuves de contacts ponctuels et sporadiques avec le matériel susmentionné, dont l’heure et le lieu exacts ne peuvent être prouvés, ce qui empêche d’attribuer tout type de participation des accusés aux événements faisant l’objet de poursuites. »

La Cour suprême a souligné lors de l’annulation de la première peine que les deux membres de l’ETA ont été condamnés pour une attaque très similaire avec un lance-grenades contre une autre caserne la même nuit. Les deux membres de l’ETA ont revendiqué l’attentat contre ordizia, mais pas Arechavaleta. La Cour affirme que cela n’a pas de sens pour eux de reconnaître l’un et pas l’autre, étant donné qu’ils ont déjà purgé la peine maximale de prison et qu’une nouvelle peine n’aurait pas de conséquences pour eux.

Les magistrats concluent qu’un « doute raisonnable » persiste quant à la participation de Koubati Oui Fermincomme si l’attaque avait été perpétrée par d’autres membres de l’ETA actifs dans la région à ce moment-là.

Face au premier acquittement de la Cour, annulé par la suite, le parquet n’a pas fait appel. Un frère d’Ignacio Mateu, dont le père avait déjà été assassiné auparavant par l’ETA, l’a fait. L’avocat qui a présenté la première cassation peut en présenter une autre contre la nouvelle sentence, afin que la Cour suprême examine si elle contient déjà suffisamment de logique.

★★★★★