Huit membres du CGPJ demandent à Lesmes de convoquer une session plénière pour aborder en urgence la contre-réforme juridique du gouvernement

La plénière du dernier jour 30 a été suspendue en raison du décès de la membre Mara Victoria Cinto.

Le président du Conseil général du pouvoir judiciaire, Carlos Lesmes, lors de l'inauguration
Le président du Conseil général du pouvoir judiciaire, Carlos Lesmes, lors de l’inauguration de l’École d’été du pouvoir judiciaire.EFE
  • réforme juridique Le Suprême réagit à la manœuvre du gouvernement et prévient que la situation sera bientôt « insoutenable » devant les tribunaux

Huit membres ont adressé une lettre au président du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ), Carlos Lesmes, vous demander de convoquer une session plénière extraordinaire où ils pourront aborder la réforme de la Loi organique du pouvoir judiciaire qui permet au collège des magistrats de nommer deux magistrats du Cour constitutionnelle.

Les membres ont pris cette décision compte tenu de la possibilité que le gouvernement de Pedro Sánchez accélérer le traitement parlementaire du projet de loi enregistré il y a deux semaines par le groupe parlementaire socialiste.

Dans la lettre envoyée au président, à laquelle EL MUNDO a eu accès, les administrateurs expliquent que « récemment, et par la presse, on a appris que le gouvernement de la Nation avait adressé une demande au Congrès des députés afin que la session plénière sur le débat sur l’état de la Nation qui se tiendra du 12 au 14 juillet de cette année comprend le débat et le vote d’une série de textes législatifs et, parmi eux, la proposition de loi à renvoyer à cette rédaction ».

En ce sens, ils expliquent que « l’initiative législative à laquelle se réfère cette lettre a déjà fait l’objet d’une demande d’inscription à l’ordre du jour de la session plénière prévue le 30 juin 2022 » mais ils ajoutent que « la mort douloureuse de notre collègue María Victoria Cinto l’a empêché de faire l’objet d’une délibération et de l’adoption des accords correspondants. »

Ces huit députés du secteur conservateur du CGPJ soulignent que « la précipitation avec laquelle va s’effectuer le traitement de l’initiative législative exclut la possibilité d’attendre la session plénière de ce Conseil prévue le 21 juillet 2022, et que les circonstances d’urgence concourantes qui motivent une demande de convocation d’une session plénière extraordinaire conformément aux dispositions de l’article 35, deuxième alinéa, du règlement d’organisation et de fonctionnement du CGPJ, laquelle doit avoir lieu dans les trois jours suivant le dépôt de cette demande.

Les membres demandent au Congrès des députés d’obtenir le rapport du Conseil général du pouvoir judiciaire concernant la proposition de loi organique présentée par le groupe parlementaire socialiste pour la réforme de la loi organique du pouvoir judiciaire dans l’aspect relatif à les attributions de ce Conseil dans le sens de lui restituer également et pleinement les attributions pour les nominations judiciaires et gouvernementales-judiciaires à caractère discrétionnaire. De plus, « ils demandent à répondre aux Commission européenne faire rapport sur les réclamations du gouvernement ».

★★★★★