ERC demande le retour au gouvernement de la nouvelle loi sur la mémoire démocratique et présente un texte alternatif

Il demande de reconnaître le droit à « réparation » aux victimes, avec compensation financière et d’annuler tous les procès politiques

Gabriel Rufi
Gabriel Rufin, porte-parole de l’ERC au Congrès des députés.EFE
  • Politique Le gouvernement approuve la loi mémoire « pour ne pas répéter » la guerre et accuse le PP : « Un parti démocrate ne peut pas être contre »
  • Opposition Le PP accuse le gouvernement de ne « regarder en arrière » qu’avec la loi mémoire et Vox annonce qu’il la portera devant la Constitution

Esquerra Republicana, un allié régulier du gouvernement au Congrès, a présenté un amendement total à la loi sur la mémoire démocratique, considérant que la norme qui cherche à étendre la norme en vigueur depuis 2007 est manifestement insuffisante et a présenté un texte alternatif pour être celui qui est traité.

Le groupe désormais dirigé par Gabriel Rufin a déjà voté contre la loi parrainée par le gouvernement socialiste de Jos Luis Rodríguez Zapatero et soutient que la décision de l’exécutif de la coalition de modifier cette règle leur a donné raison.

Mais le nouveau texte, élaboré sous le mandat de l’ancienne première vice-présidente du gouvernement Carmen Calvo, bien que le Conseil des ministres Il l’a approuvé après son limogeage en juillet dernier, et cela ne convainc pas non plus les membres de l’ERC, qui tenteront de se faire remplacer par leur propre règle.

Concrètement, dans son texte alternatif, auquel Europa Press a eu accès, ERC propose de reconnaître « tout dommage économique ou patrimonial subi par les personnes physiques ou morales » et le droit à « réparation ».

Ainsi, ils préconisent d’obliger le Gouvernement à « restituer les biens immobiliers, argents et autres valeurs, biens mobiliers et dossiers documentaires, saisis auprès des personnes physiques ou morales, entités ou institutions, au profit desquelles la réparation est reconnue, ou de leurs proches », soit par restituer le bien ou compenser sa valeur économique actuelle.

Ils chiffrent également à 135 000 euros les indemnités qu’ils souhaitent verser aux bénéficiaires de ceux qui « sont morts ou ont disparu du fait de la répression franquiste, aux mains d’agents de l’État ou d’organisations paramilitaires, jusqu’au 27 décembre 1978 ».

En outre, il donne au gouvernement un an pour présenter une étude sur la répression contre « les individus et les groupes qui se sont battus pour les valeurs démocratiques et les droits nationaux, entre 1975 et 1982, perpétrée par des fonctionnaires de l’État et des organisations paramilitaires » et que j’ai étudiée plus tard leur rendre hommage et les pistes de réparation possibles.

La loi exige également la célébration d’hommages aux personnes qui ont été « persécutées pour s’être distinguées dans la lutte démocratique en faveur d’un État décentralisé et de l’affirmation nationale de ses territoires », ainsi qu’à d’autres groupes tels que les exécutés, les prisonniers, les exilés ou les femmes en raison de leur spécificité de victimes de la répression.

ERC exige également la reconnaissance juridique et morale de la « lutte pour la démocratie » du « maquis » et de toutes les personnes qui ont fait partie des organisations anti-franquistes et de la guérilla, avec compensation financière incluse. Pour les membres de la brigade internationale, il revendique des distinctions officielles.

Le texte des indépendantistes cherche à reconnaître par la loi le II République comme « un État démocratique et légal, précurseur du système politique actuel », tout en reconnaissant « ses lois et symboles comme les siens et historiques », et en précisant que ce qui s’est passé le 18 juillet 1936 était une révolte de la part d’« un groupe d’officiers, chefs et généraux de l’armée contre ses mains et le Gouvernement de la République ».

En outre, ils comprennent un article afin que, « en vertu de l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité, le gouvernement apportera » un soutien économique et juridique aux réclamations formulées par des citoyens, des entités ou des institutions pour les crimes commis pendant la dictature franquiste.  » .

La loi défendue par les Républicains envisage également d’interdire les tribunaux créés au cours de la Guerre civile prononcer des peines pour des motifs politiques, idéologiques ou religieux, ainsi que toutes ses résolutions, notamment les peines des conseils de guerre, les Tribunal de l’ordre public, entre autres.

 » Jugements de nullité « 

Dans le cas du Président de la Generalitat Lluis Companys fusillé à l’issue d’une cour martiale, la norme prévoit que le Premier ministre délivre le certificat de nullité correspondant au président catalan.

L’ERC propose l’approbation des « peines de nullité » par les tribunaux militaires, la Cour nationale et les juridictions supérieures de justice et accorde le droit de les demander aux personnes concernées, à leurs familles ou aux administrations publiques si les représailles avaient exercé une activité ou un poste pertinent dans le même.

Le texte comprend un autre article afin qu’en un an les administrations invalident toutes distinctions, nominations, titres honorifiques et autres formes d’exaltation des adeptes du régime, ainsi que les décorations décernées pour « actes de collaboration avec le régime franquiste » ou violation de droits. fondamental.

Pour tout cela, ERC demande le retour du texte au gouvernement, ce que Vox et le PP ont également fait, bien que pour des raisons diamétralement opposées.

★★★★★