Épidémie de gale dans une maison de retraite à Malaga: six personnes infectées et plus de personnes sous traitement

Mardi,
18
août
2020

23:11

La Junta de Andaluca affirme que les personnes touchées sont "en traitement et avec un protocole de santé appliqué". Ce même centre a enregistré des cas de cette maladie il y a un an

Résidence pour personnes âgées El Palo, dans la capitale de Malaga

Résidence pour personnes âgées El Palo, dans la capitale de Malaga.
LE MONDE

Stagiaires et travailleurs du Maison de retraite El Palo de la capitale de Malaga sont traités après avoir détecté un épidémie de gale qui a obligé à suivre l'évolution et à soigner une quinzaine de personnes. Des sources de la Junta de Andaluca, dont dépend le centre, expliquent qu'il y a actuellement six cas confirmés, mais qu'il y a plus de personnes qui sont sous contrôle après avoir été en contact avec les personnes diagnostiquées.

Comme EL MUNDO l'a appris, toutes les personnes touchées sont traitées par le services de santé du centre, qui à la fin de la semaine dernière s'est rendu compte de l'ampleur de l'épidémie en voyant comment les infections possibles se produisaient.

L'exécutif andalou a confirmé un total de six points positifs, qui sont «en traitement et avec le protocole de santé appliqué». Cependant, le nombre de détenus et de travailleurs sous traitement médicamenteux est plus élevé et fluctuera entre 15 et 20, selon d'autres sources. Ces personnes sont "colocataires et contacts" pour les cas confirmés et à qui "le même traitement préventif est appliqué".

La gale est une maladie de la peau très contagieux. Provoqué par le cher Sarcoptes scabiei, se manifeste sous la forme d'éruptions cutanées très irritantes. Ses effets peuvent durer des semaines après le début du traitement, qui est généralement l'application d'une crème antiparasitaire.

Les sources consultées ont souligné que les patients étaient traités par Sarcop et ont critiqué le fait que les responsables du centre n'ont pas pris de mesures pour éviter la contagion lorsque le premier cas a été détecté. "Si c'était Covid-19, Je ne sais pas ce que nous deviendrons ", a déclaré une personne liée à la résidence, qui a critiqué un prétendu manque de moyens de protection qu'il considère avoir été un autre facteur clé de propagation de la maladie." Nous n'avons pas robes de protection et nous devons improviser », s'est-il plaint, ajoutant que« ils ne peuvent pas dire que c'est quelque chose de nouveau pour les responsables de la résidence.

Et ce n'est pas la première fois que les travailleurs et les syndicats signalent une épidémie de gale dans ce centre. En mars de l'année dernière, il est apparu qu '"au moins deux travailleurs et deux détenus" avaient été infectés, circonstance que la CSIF a signalée à la Inspection du travail.

L'organisation susmentionnée a critiqué le "obscurantisme" de la direction du centre à ce sujet, reprochant que le personnel et les proches des détenus n'ont pas été informés. Une plainte qui se répète à cette occasion, selon les sources consultées par ce journal, qui expliquaient qu'un travailleur est en congé depuis samedi et que parmi les salariés il y a une peur de pouvoir infecter leurs proches.

"Ils ne nous communiquent rien"Ils ont affirmé, pour ajouter que la famille d'un vieil homme qui avait obtenu une place dans le centre y avait renoncé en raison des rumeurs qui se propageaient sur la propagation de la maladie." Une résidente s'est plainte l'autre jour qu'elle ne pouvait pas supporter les démangeaisons " , ont-ils ajouté comme exemple.

Quelle que soit la situation sanitaire des détenus et du personnel, la question soulevée par les sources consultées est quelle est l'origine de ces foyers qui se reproduisent avec le temps, pour lesquels ils ont exigé que l'administration autonome prenne les mesures nécessaires pour qu'elle ne se répète pas. «S'il s'agit d'une personne infectée venue au centre, d'un détenu, d'un parent ou des animaux qui peuvent se trouver dans les environs, il est nécessaire de désinfecter et de mettre fin à la source de l'infection afin qu'elle ne se propage pas.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★