Enrique Lpez, « numéro deux » du gouvernement Ayuso : Cant a des valeurs personnelles et professionnelles reconnues. je ferai très bien

Le ministre de la Présidence, de la Justice et de l’Intérieur de Madrid sera désormais en charge de la « plomberie » de la Puerta del Sol

Enrique L
Enrique Lopez.JAVIER BARBANCHO

Le Ministre de la Présidence, de la Justice et de l’Intérieur de la Communauté de Madrid, Enrique López, est de facto le « numéro deux » du nouveau gouvernement d’Isabel Daz Ayuso. Il occupe même le poste de l’ancien vice-président de la précédente coalition du PP et des C, sans toutefois occuper le poste. A ses pouvoirs de gestion des urgences et de leadership en matière de modernisation judiciaire, il ajoute désormais ceux de la « plomberie » de la Puerta del Sol.

Il a été surpris qu’Isabel Daz Ayuso lui ait donné les compétences de numéro deux du Gouvernement de la Communauté de Madrid ?
Je le prends avec grand plaisir, beaucoup de responsabilité et, surtout, en remerciant le président de m’avoir fait confiance.
Dans le PP lui-même il y a ceux qui ont remis en cause cette montée, non pas à cause de sa valeur, mais à cause de sa proximité avec la direction nationale du parti…
Je ne connais pas ces spéculations. Nous sommes un gouvernement très uni qui montre qu’il peut être géré en résolvant des problèmes pour les citoyens et un bon exemple qu’il existe une autre façon de gouverner différente de celle du gouvernement de la nation.
En ne vous donnant pas le Vocalspeaker, traditionnellement associé au numéro deux, essaie-t-il de vous empêcher de trop concentrer votre puissance ?
Le président a nommé le meilleur porte-parole que ce gouvernement puisse avoir. Enrique Ossorio connaît beaucoup mieux l’administration madrilène que moi, qui est ici depuis deux ans.
Votre expérience en tant que juge a-t-elle été la clé des succès de Madrid devant les tribunaux du gouvernement central pendant la pandémie ?
Nous avons toujours fait ce que nous pensons devoir faire à tout moment, mais si l’on peut parler de succès, le Conseiller général de la Communauté de Madrid l’a (…), qui a d’excellents membres et qui apprécie ce que le procureur général : pleine autonomie et liberté de jugement. Je suis dégoûté par la façon dont le gouvernement central a dirigé, intimidé et contraint les procureurs de l’État à plusieurs reprises.
Selon vous, qu’est-ce qui a mal tourné dans la macro-épidémie de Covid à Majorque, qui à Madrid à elle seule a laissé plus de 870 personnes infectées ?
Il souligne une nouvelle fois l’irresponsabilité de ce Gouvernement pour ne pas avoir mis à jour les lois de santé publique ou régulé une loi organique spéciale sur les pandémies, comme le demande le PP avec Pablo Casado aux manettes depuis avril 2020 (…). Ils sont têtus dans l’erreur. Ce qui s’est passé aux Baléares n’est qu’un exemple des conséquences de l’absence de législation adéquate (…). Du gouvernement central et des gouvernements autonomes tels que les îles Baléares, ils ont introduit leur nez et ont touché le nez du gouvernement de la Communauté de Madrid. Ma question est : que feraient le gouvernement de la nation et le ministre [de Sanidad, Carolina] Darias, si cette macro-bouteille et ce concert avaient eu lieu à Madrid ? Qu’auraient-ils dit si la présidente Isabel Daz Ayuso avait ignoré une restriction comme celle que le président a imposée [Francina] Armengol pour sortir boire un verre en dehors des horaires restreints ? C’est une réflexion qu’il faut faire.
JAVIER BARBANCHO

Pensez-vous que Toni Cant est le profil idéal pour l’Oficina del Espaol ?
Personnellement, je pense que la création de l’organe et la nomination de la personne est une réussite totale. En ce moment, il est très important de promouvoir l’espagnol comme un instrument qui nous unit, mais aussi un instrument de valeur, qui génère de la richesse par lui-même (…). Les critiques qui ont été reçues de la gauche, qui soutient un gouvernement à 22 ministères, créé pour satisfaire les besoins des partis politiques et de leurs dirigeants et non des citoyens, ces critiques si elles conviennent mettent davantage en valeur cette idée. Quiconque ne croit pas que la langue espagnole doit être promue comme instrument de valeur est qu’il ne croit pas à l’espagnol, qu’il ne croit pas à l’unité de l’Espagne, et qu’il croit en d’autres choses qui sont plus dangereuses pour l’Espagne .
Et quelles qualités Cant a-t-il pour assumer cette tâche ?
C’est une personne aux valeurs personnelles et professionnelles reconnues, dans le domaine de la culture et de la politique. Il fera très bien (…). Il y a deux ans, j’ai assumé les responsabilités des urgences et de la sécurité dans la Communauté de Madrid, je ne l’avais jamais fait, car j’ai mené une vie bien remplie consacrée au monde de la Justice, et personne n’a remis en question ma nomination. J’ai fait face à une multitude d’urgences et j’ai essayé de faire de mon mieux. Je pense que tout le monde mérite un vote de confiance.
La réforme de Télémadrid était-elle si urgente qu’elle soit la première question débattue à l’Assemblée de Madrid ?
Telemadrid est un service public qui doit être modernisé, introduit au 21ème siècle, dans un monde numérique, et nécessite une nouvelle vision, un nouveau leadership, qui l’adapte aux nouveaux besoins. La proposition du Groupe parlementaire populaire n’est rien de plus que l’adaptation d’un cadre juridique pour la nomination des responsables de l’entité aux règlements qui régissent les autres communautés autonomes et la RTVE. Nous croyons en une télévision publique qui doit servir les citoyens, et non servir d’instrument politique ni au gouvernement ni à l’opposition.
Etes-vous inquiet de la dépendance parlementaire vis-à-vis de Vox ?
Ce Gouvernement est composé de conseillers très habitués au dialogue. Ce que nous devons faire, c’est rechercher des accords spécifiques avec Vox, essentiellement pour mettre en œuvre des instruments législatifs. Si nous convenons que l’objectif fondamental est de travailler pour que le peuple madrilène satisfasse ses besoins et résolve ses problèmes, nous serons d’accord la grande majorité du temps.
Auront-ils le temps de faire tout ce qu’ils ont promis ?
Nous n’allons ménager aucun effort et nous allons le doubler pour pouvoir le faire dans le temps qui nous reste. Comme une grande partie des conseillers PP ont continué ces trois mois, nous n’avons pas perdu de temps et nous travaillons avec encore plus d’acharnement et de dévouement.
JAVIER BARBANCHO

Ayuso s’est-il trompé en disant que le gouvernement allait faire du roi un complice en accordant des grâces aux prisonniers du procs ?
Ce que le président a fait, c’est dénoncer comment un gouvernement responsable de ces grâces allait exiger un acte dû du roi, qui est de les signer.
Pablo Casado lui-même a rectifié le tir…
C’est ce que les médias ont dit. Je crois sincèrement qu’il y a une cohérence totale entre ce que le président a dit et ce que nous tous qui avons parlé du PP avons dit : le responsable des grâces est le Premier ministre. Idéalement, le Roi n’aurait pas eu à les signer car Sanchez n’aurait pas payé le prix fort qu’il doit payer pour continuer à Moncloa.
Croyez-vous que l’appel du PP contre ces grâces prospérera ?
Les grâces ont une apparence légale : elles ont été adoptées par l’organe compétent pour cela, qui est le Gouvernement de la nation, et suivant la procédure établie par la loi. Point. À partir de là, ce que nous croyons dans le PP, c’est que le gouvernement a agi avec un grand arbitraire qui rend les grâces illégales.

★★★★★