Deux témoins qui ont tenté d’aider Samuel Luiz font remarquer à la Police qu’il y a plus d’agresseurs sans s’arrêter

Ibrahima et Makate sénégalaisont tenté d’aider Samuel et collaborent avec les enquêteurs de sa mort

L'un des détenus, ce vendredi.
L’un des détenus, ce vendredi.EFE
  • Politique Le Gouvernement régularisera la situation en Espagne d’Ibrahima et Makate, les deux Sénégalais qui ont défendu Samuel
  • Justice Le tribunal ratifie la prison sans caution pour les trois jeunes hommes incarcérés pour le passage à tabac mortel de Samuel Luiz

Ibrahima Oui Makate, les deux hommes de 38 et 39 ans d’origine sénégalaise qui ont tenté de sauver Samuel Luiz des coups mortels qu’ils lui ont infligés en La Coroue, le 3 juillet, ils jouent un rôle clé dans l’enquête sur ce qui s’est passé. Ils ont déjà comparu devant la police nationale dans les jours qui ont suivi le meurtre et sont maintenant retournés au poste de police de Lonzas pour aider à faire avancer l’enquête.

Selon des sources policières, les deux témoins ont donné des indices sur l’implication de plusieurs personnes qui ont attaqué le jeune corus et jusqu’à présent, ils n’ont pas été arrêtés.

EL MUNDO a appris qu’Ibrahima et Makate ont identifié les six jeunes entre 17 et 25 ans détenus jusqu’à présent pour leur participation à l’homicide, fournissant des détails qui renforcent l’enquête de la brigade de police judiciaire de la police nationale.

Dans leur première déclaration, les deux jeunes hommes se souvenaient de quelques détails de ce qui s’était passé ce matin-là, au cours duquel Ibrahima est venu recouvrir le corps de Samuel de son corps pour empêcher une foule de jeunes de lui donner les coups qui l’ont finalement tué.

Cependant, au fil des jours, ils se sont souvenus de plus de données et, dans leur deuxième déclaration, ils ont réussi à identifier les détenus comme faisant partie des agresseurs.

Analyse de matériel audiovisuel

La police a fait une déclaration jusqu’à présent à 26 personnes, parmi eux les six détenus, les deux jeunes sénégalais, les amis de la victime et des personnes qui se sont rendues volontairement au commissariat car ils ont été témoins de ce qui s’est passé.

Les agents se concentrent actuellement sur l’analyse du matériel audiovisuel collecté via des appareils mobiles auprès des personnes qui ont été témoins des événements. Ils sont convaincus que ces images peuvent aider à fermer le cercle de toutes les personnes impliquées dans le combat.

L'une des personnes ayant fait l'objet d'une enquête pour la mort de Samuel va devant le tribunal ce vendredi.
L’une des personnes ayant fait l’objet d’une enquête pour la mort de Samuel va devant le tribunal ce vendredi.PRESSE EUROPE

Ces deux sénégalais – très importants pour l’enquête – sont en situation irrégulière en Espagne, même si compte tenu de leur « intervention active » dans la défense de Samuel, ils pourraient voir leur situation se régulariser.

Le secrétaire d’État à l’Immigration travaille sur le dossier des deux jeunes et la délégation gouvernementale en Galice espère que « leur situation pourra être régularisée sous peu », car « ils étaient deux des personnes qui ont joué un rôle actif ». Ils recevront un permis de travail qui leur permettra de continuer légalement dans le pays.

L’aide d’Ibrahima et Makate

L’un d’eux a réussi à arrêter la première attaque contre Samuel et à l’aider à fuir les assaillants. Lorsque les assaillants les ont poursuivis et ont réussi à les atteindre à nouveau, il est venu couvrir le corps du jeune corus déjà grièvement blessé.

L’autre est intervenu lors de cette deuxième attaque et a tenté de se mettre en travers du chemin et de séparer la foule d’assaillants qui entouraient et frappaient Samuel, qui était déjà au sol sans défense et grièvement blessé.

Entre-temps, le tribunal d’instruction numéro 8 de La Corua a ratifié ce vendredi que Diégo, Yumba Oui Kaio, les trois hommes majeurs arrêtés pour le meurtre de Samuel, restent en prison. Le juge d’instruction apprécie le risque de fuite et aussi que les preuves peuvent être détruites.

Les trois hommes ont comparu séparément devant le juge et l’un d’eux a voulu clarifier sa déclaration il y a une semaine, tandis que les deux autres ont dit au magistrat qu’ils n’avaient rien à ajouter.

L’autre personne majeure détenue, une femme nommée Kathy, est en liberté pour meurtre. Les deux mineurs De leur côté, ils sont dans un centre fermé du régime depuis une semaine.

★★★★★