Course des partis de gauche pour défendre des lois garantissant le droit à l’avortement

Le PSOE et Mme Pas lancent des initiatives et avancent au ministère de l’Égalité, de United We Can, qui prépare une norme spécifique

La ministre de l'Égalité, Irene Montero, dans un acte.
La ministre de l’Égalité, Irene Montero, dans un acte.EFE

Une course s’est déclenchée entre les principaux partis de gauche pour défendre par des lois la protection de l’accès à l’avortement dans le système de santé publique et pour encourager les femmes à exercer ce droit avec toutes les garanties et sans contrainte.

Ce type de concurrence a conduit à PSOE déjà Mme Pas pour devancer le Ministère de l’Égalité d’Irene Montero et présenter différentes initiatives législatives à cet égard au Congrès des députés. Et cela malgré le fait que le ministère qui dirige Unis nous pouvons a annoncé une nouvelle loi qui, espère-t-il, sera finalisée en décembre.

Cette annonce n’a pas dissuadé le PSOE et Mme Pas d’agir. Le dernier est le parti dirigé par igo Errejn, qui a déposé hier un projet de loi pour garantir que les avortements soient pratiqués dans le système de santé public contre la pratique généralisée d’être référé aux cliniques privées. Ainsi, par exemple, ils veulent mettre fin à l’anomalie selon laquelle il existe huit provinces où aucun avortement n’a été pratiqué dans les hôpitaux publics.

La proposition législative de Mme Pas poursuit trois objectifs : faciliter que l’interruption de grossesse puisse se faire dans les centres de santé publics, réglementer l’objection de conscience des professionnels de la santé et, enfin, garantir qu’après une intervention il y ait une période d’arrêt de travail. de cinq jours ou quatre semaines, selon le trimestre de gestation.

Deux semaines auparavant, c’était le PSOE qui avait accéléré pour devancer United We Can. Dans son cas, c’était à travers un projet de loi qui a été débattu en plénière du Congrès et qui proposait de sanctionner expressément de trois ou douze mois de prison ceux qui harcèlent les femmes qui se rendent dans les cliniques pour avortement ou les professionnels qui y travaillent.

Ce débat était très notoire car c’était dans ce contexte dans lequel le député de Vox Jos Mara Snchez a qualifié la socialiste Laura Berja de « sorcière » et, lorsqu’elle a été expulsée, elle a ignoré l’ordre et est restée. Au-delà de cet incident, l’initiative socialiste a eu le vote en faveur d’une majorité et entame maintenant le processus de traitement.

J’ai également voté en faveur de United We can, malgré le fait que cette modification du Code pénal sera l’un des aspects qui seront inclus dans le projet que le ministère de l’Égalité prépare sous le nom de Loi sur la santé sexuelle et reproductive et Interruption volontaire de grossesse. .

La ministre Irene Montero a souligné qu’elle pourrait être achevée d’ici décembre et a justifié son impulsion à la nécessité de garantir que l’interruption volontaire de grossesse puisse être assurée dans les hôpitaux de santé publique eux-mêmes et sans contrainte pour les femmes. Sans surprise, 87 % des avortements sont pratiqués en milieu extra-hospitalier, dont la grande majorité sont pratiqués dans des cliniques privées.

L’un des aspects qui a déjà transcendé cette loi, et qui est également inclus dans la proposition de Mme Pas, est la régularisation de l’objection de conscience. L’idée est de copier la formule qui a été appliquée dans la loi sur l’euthanasie, qui a fait l’objet d’un grand consensus parlementaire.

Selon cela, il y aurait un registre des opposants, mais pas pour riposter, mais pour détecter dans quelles provinces ou hôpitaux il y a un manque de professionnels pour effectuer les interventions. L’objectif serait de renforcer ces carences avec davantage de professionnels capables d’assurer le service.

En plus des garanties pour protéger les avortements dans le secteur de la santé publique, la loi qu’Irene Montero prépare proposera de nouvelles fonctionnalités en matière d’éducation sexuelle. Aucun détail n’a encore transpiré, même s’il sera conforme à la prise de conscience des différentes identités et expressions sexuelles qui est associée à ce qu’on appelle la loi trans, dont le nom officiel est beaucoup plus long : loi pour l’égalité réelle et effective des trans et les personnes sexuelles pour la garantie des droits des personnes LGTBI. Ce chapitre est probablement l’un des plus débattus.

★★★★★