Choc total pour le CGPJ : PSOE et PP voient le renouveau irréalisable et de durs reproches sont croisés

Les socialistes accusent Casado de « boycotter » la Constitution et les « populaires » pensent que celui qui « bloque » est Sanchez

Cuca Gamarra et F
Cuca Gamarra et Flix Bolaos, lors de la rencontre.EFE
  • Justice Le CGPJ étudie une nouvelle façon d’éviter l’effondrement de la salle des grâces
  • Blocage Le PSOE renverse la réforme du CGPJ proposée par le PP sans même en discuter

Désaccord total autour du CGPJ. gouvernement et PP ont aggravé leurs positions au maximum ce mardi et se sont mutuellement accusés de « ne pas respecter les Constitution« , de  » bloquer le renouvellement  » et de ne pas assurer l’indépendance judiciaire. Pas seulement cela : tous deux ont souligné que le premier pas vers la compréhension doit être fait par l’autre partie, ou il n’y aura pas d’accord.

Premièrement, les porte-parole du PSOE, Hector gmez, et le PP, Cuca Gamarra, ont rencontré des reproches dans les conférences de presse après le Conseil des porte-parole. Le premier a accusé Pablo Casado d’avoir mené un « boycott », d’être « un leader désorienté », de n’avoir pas « le sens de l’État » et de produire « une hémorragie de déclarations pour troubler le citoyen ».

Et Gamarra d’affirmer : « Nous ne pouvons pas comprendre la fermeture pour ne pas avancer dans les juges élisant les juges comme le demandent l’Europe, la Cour constitutionnelle et les juges. « Ils bloquent intentionnellement la possibilité de réformes. Il n’y a aucune excuse », ajoute-t-il.

Plus tard, cette énorme difficulté à parvenir à un pacte qui débloque le renouvellement de l’organe directeur des juges a également été vérifiée lors de la réunion que le ministre de la Présidence, Flix Bolaos, a tenue avec le porte-parole du Groupe parlementaire populaire, Cuca Gamarra . . .

Quatre thèmes ont été abordés lors de la réunion : le renouvellement des organes constitutionnels, les budgets généraux de l’Etat pour 2022, la réactivation de la sous-commission pour la réforme de la Loi électorale de modifier le vote demandé et la possibilité de tenir le Débat sur l’état de la nation, rejeté d’entrée par le PSOE, selon des sources de PP.

Concernant le renouvellement des organes constitutionnels, le Gouvernement a vérifié « que le PP continue de s’enraciner dans le non-respect de la loi ou de la Constitution ». « Par conséquent, ils ne respectent pas l’exigence de la Commission européenne et de son commissaire à la justice, qui ont demandé que le CGPJ soit renouvelé d’urgence conformément à la loi en vigueur », ont ajouté des sources gouvernementales.

Proposition de loi

Du PP ils contre-attaquent en soulignant « l’importance du vote » sur la prise en considération du projet de loi du populaire de changer le système d’élection des membres des juges, auquel le PSOE a déjà annoncé qu’il voterait contre. « La partie ministérielle a décidé de bloquer la rénovation » en ne soutenant pas « une réforme qu’elle réclame du Union européenne même les juges eux-mêmes et qu’il s’agissait d’un compromis de Snchez », insistent des sources parlementaires du PP.

Pour le gouvernement, « le respect de la loi ne peut être conditionné. « On ne peut pas enfreindre une loi parce qu’un parti qui n’a pas de majorité parlementaire a décidé de changer d’avis et veut maintenant imposer sa volonté à la majorité », ajoutent-ils depuis l’Exécutif.

La réunion, qui a duré environ 45 minutes, a réuni, outre Gamarra et Bolaos, le Secrétaire général, Guillermo Mariscal, et le secrétaire général adjoint, Isabelle Borrego, par le PP ; et de la part du Gouvernement, le secrétaire d’État aux relations avec les tribunaux, Rafael Simancas, et le directeur général des relations avec les tribunaux, Mercedes cabrera.

Concernant les Budgets, le PP assure que l’Exécutif ne leur a donné « aucun détail » et que cela signifie qu’il sollicite le soutien de ses partenaires dans le « Pacte de Frankenstein ».

La seule chose sur laquelle il y a eu une certaine entente a été de lancer bientôt la sous-commission pour étudier les modifications de la loi électorale, notamment en ce qui concerne le vote demandé.

★★★★★