Carme Forcadell rejette l’approche unilatérale et n’exclut pas que le gouvernement accepte un référendum en Catalogne

L’ancien président du Parlement considère que la stratégie d’indépendance d’il y a quatre ans « a créé beaucoup de frustration et de douleur » et qu’aujourd’hui ce sera pire en raison du « réarmement de la droite et de l’extrême droite »

L'ancienne présidente du Parlement Carme Forcadell.
L’ancienne présidente du Parlement Carme Forcadell.EFE
  • Table de dialogue Le gouvernement défend un « costume sur mesure » pour la Catalogne avec un référendum « consultatif »
  • CER Junqueras demande l’amnistie après que la Cour des comptes en réclame 1,9 million

Carme Forcadell rejoint les voix du mouvement indépendantiste catalan qui refuse de répéter le chemin de 2017. L’ancien président de la Parlement, conformément à ce qu’a déclaré le chef de l’Esquerra Republicana, Oriol Junqueras, il y a un mois, estime que le Generalitat vous devez donner une marge au chemin du dialogue avec le gouvernement. « En 2017, le va à sens unique et ça ne s’est pas bien passé. Cela a créé beaucoup de frustration et beaucoup de douleur et je ne vois pas qu’aujourd’hui les circonstances soient très différentes de celles d’octobre de cette année-là », a-t-il déclaré ce matin dans une interview sur Rac1.

Par ailleurs, l’ex-président également de l’Assemblée nationale catalane, sorti de prison le 23 juin après l’approbation des grâces par l’exécutif de Pedro Sánchez, considère que la situation actuelle est encore moins propice à une nouvelle tentative de sécession en marge. de la loi : « Rien n’a été fait pour que, si elle était tentée maintenant, elle réussisse. Au contraire, ce serait peut-être pire parce que la droite et l’extrême droite ont été réarmées idéologiquement. »

Même s’il ne regrette pas d’avoir opté pour cette stratégie il y a quatre ans, Forcadell juge opportun de faire un autocratique : « Nous aurions dû être plus empathiques avec ceux qui, sans être indépendantistes, sont favorables au autodétermination« .

Référendum

Dans cette nouvelle étape, l’ancien président du Parlement entre 2015 et 2017 n’exclut pas que le Gouvernement finisse par accepter la tenue d’un référendum en Catalogne. Malgré le refus de Sanchez de faire face à l’une des principales revendications du mouvement indépendantiste, Forcadell a rappelé que l’Exécutif a changé d’avis sur d’autres questions et pense que cela pourrait se reproduire : « Les opinions, parfois, sont certaines, mais les faits, les circonstances ou l’environnement les font changer. La position du gouvernement espagnol a changé par rapport à il y a un an et il faut travailler.

Dans cette démarche d’organisation d’une concertation souverainiste, Forcadell souligne comme clé le rôle de United We Can pour rapprocher le PSOE de certains postulats dont il se tient désormais à l’écart : « Il a toujours été en faveur du droit à l’autodétermination. parti au pouvoir et peut aider. A ce titre, l’ancien chef du Bureau du Parlement régional a réitéré : « Donnons-nous deux ans de marge ».

★★★★★