Belarra accentue la pression sur Robles : exige des « responsabilités politiques » pour « restaurer la confiance » des partenaires

« Vous ne pouvez plus attendre », clame le ministre de la Défense, qui estime que le gouvernement « doit de toute urgence se débarrasser de cet héritage antidémocratique », en lien avec l’espionnage

Belarra revendique des responsabilités politiques pour « Pegasus »LE MONDE
  • Congrès Podemos continue de harceler Robles et l’accuse d’avoir « tenté de faire sauter » le bloc des investitures
  • politique Podemos rejoint les indépendantistes pour forcer le PSOE à enquêter sur l’espionnage des dirigeants séparatistes au Congrès

La pression de United We Can sur Margarita Robles augmente jour après jour. Le ministre des Droits sociaux et chef du parti violetIone Belarra, a exigé ce vendredi que soient éclaircies les « responsabilités politiques » concernant l’espionnage présumé des dirigeants indépendantistes afin de « restaurer la confiance » des partenaires du gouvernement, en référence à des partis comme ERC ou EH Bildu, qui sont réclamant la démission du ministre de la Défense pour être le dernier responsable, disent-ils, du plus grand scandale d’espionnage connu dans notre démocratie.

« C’est une question d’hygiène démocratique élémentaire que les responsabilités politiques nécessaires soient assumées. Vous ne pouvez plus attendre », a lancé le secrétaire général de Podemos, qui présidait ce vendredi la Conseil des citoyens de l’État (CEC) violet, l’organe de direction maximal de la formation. Un conclave qui en a profité pour souligner la nécessité d’enquêter jusqu’au bout sur étui pégase et prendre les mesures nécessaires au sein du gouvernement afin de rétablir la relation avec ses alliés fondamentaux.

dans les rangées violet Ils sont conscients que perdre le soutien du bloc d’investiture rend difficile l’année et demie restante de la législature. Ils admettent que ce qu’ils ont vécu ce jeudi au Congrès, alors que l’approbation du décret de mesures contre la guerre était en suspens, était la preuve que le gouvernement n’a pas grand-chose à faire s’il ne retrouve pas son harmonie avec les formations qui accusent aujourd’hui cela d’espionnage et qui demandent quelques explications auxquelles ils se joignent.

« Réarticuler » le gouvernement

Jusqu’à présent, les ministres de United We Can sont restés silencieux sur cette crise qui a porté à l’extrême les relations entre l’exécutif de coalition et la majorité parlementaire qui la soutient. Seule Yolanda Díaz avait pris la parole, dans le sens contraire de ce qui s’exprimait du parti violet -qu’il exigeait que « la tête tombe »-, et demandait d’enquêter sur les faits avant de tirer des conclusions ou de demander des démissions.

Aujourd’hui, cependant, Belarra reprend l’idée lancée par le bloc d’investiture, qui affirme que sans responsabilités politiques la continuité de ce gouvernement reste dans l’air : « Prendre soin de la majorité de l’investiture, c’est prendre soin de la garantie de l’orientation progressiste de notre bloc démocratique. » Bien sûr, alors que des formations comme ERC demandent directement la démission de la ministre de la Défense, Podemos évite de s’adresser à elle explicitement et demande simplement que soient réglées les responsabilités nécessaires au niveau politique.

« Le gouvernement de coalition doit se réarticuler et retrouver le rythme de la législature », a demandé le ministre des Droits sociaux à propos de la tourmente qui a failli faire tomber le décret anticrise, pour lequel il faut retrouver la relation avec les séparatistes formations, à un moment où, selon lui, le bloc de droite est plus fort que jamais après la victoire en Castille-et-León et l’appel électoral en Andalousie.

« Le ministre du PP »

Ces derniers jours, divers responsables parlementaires de United We Can ont pointé du doigt Robles pour sa responsabilité dans cette affaire et l’ont accusé d’avoir « tenté de faire sauter » le bloc des investitures. Elle a même été comparée au ministre Jorge Fernandez Diaz pour avoir tenté de justifier les actions des « égouts de l’État ».

Désormais, Belarra demande de mettre fin à cet « héritage anti-démocratique » et de rendre « publiques » les actions menées « pour démanteler la structure d’autodéfense que le PP a construite pour persécuter Podemos et les politiciens catalans ».

★★★★★