Batet en dit assez sur les « insultes » au Congrès après l’incident avec Vox : « Je ne serai pas neutre dans la défense du Parlement »

Avertir tous les députés d’être plus énergiques face à des délits comme celui qui s’est produit avec le cri de « sorcière » ou d’outrage

Discours acclamé de Meritxell Batet sur les limites de la liberté d’expressionLE MONDE (Vidéo) // EFE (Photo)
  • Politique Un député de Vox est expulsé de la plénière du Congrès pour avoir qualifié un socialiste de « sorcière » et refuse de partir

La présidente du Congrès, Meritxell Batet, a lu la carte aux députés et a annoncé qu’elle ne tolérerait plus « d’offenses » après les insultes et l’incident perpétré par Vox la semaine dernière, quand Jos Mara Sánchez Il a traité un député du PSOE de « sorcier » puis, lorsqu’il a été expulsé, il a refusé d’obéir à l’ordre et est resté à son siège.

Au début de la Plénière de cette semaine, Batet a prononcé un discours pour rappeler les limites de la liberté d’expression, impliquant que la Présidence du Congrès agira avec plus de force contre le manque de respect, comme le prétendent plusieurs groupes parlementaires, car l’une de ses fonctions est de défendre le « décorum » et la « dignité » du Parlement.

« Pour cela, je n’ai rien de plus caché que de leur demander sincèrement plus de respect et plus d’éducation au moment de parler », a-t-il souligné.

« Du maximum d’impartialité dans l’exercice de mes fonctions, je vous dis que je ne serai pas neutre dans la défense de ce Parlement, dans la défense des institutions et dans la défense de la démocratie », a-t-il prévenu de l’attitude qu’il tiendra en séances plénières.

Le PSOE avait soulevé dans le Bureau du Congrès se montrer plus ferme lorsqu’il y a des attaques contre d’autres députés ou des actes d’insubordination, alors que United We avait même exigé qu’un député qui en abuserait pour couper « que l’extrême droite déploie ses brimades puisse être suspendu un temps ».

Pour Batet, l’usage de la liberté d’expression a fini par être utilisé de manière « inappropriée » pour projeter des « insultes » et des « offenses contre les personnes et les institutions ». « Les insultes et les offenses doivent être exclues de cette Chambre », a-t-il affirmé.

Le président du Congrès a demandé une réflexion à cet égard et avant l’image qui est projetée au citoyen. « J’espère que vous pensez, chaque fois que vous parlez, que vous voulez vous respecter et respecter les autres. La dureté parlementaire est parfaitement compatible avec une bonne éducation et que la dureté parlementaire ne doit pas conduire à offenser. »

Batet a réprimandé Espinosa dans son bureau

Lorsque l’incident avec le député de Vox Jos Mara Sánchez s’est produit, Batet a appelé le porte-parole du parti, Ivn Espinosa de los Monteros, à son bureau, où il l’a réprimandé pour l’attitude de son adjoint et son mépris pour la présidence lorsqu’il a refusé d’obéir. l’arrêté d’expulsion.

Aujourd’hui dans son interpellation à tous les députés, il a prolongé le message qu’il lui a fait passer : les décisions de la Présidence « doivent être respectées ».

Interrogée à nouveau sur l’incident lors d’une conférence de presse, Espinosa de los Monteros a préféré porter les encres contre celui qui était alors de circonstance le président, Alfonso Rodrguez Gmez de Celis, et qui était celui qui a essayé d’expulser Sánchez. Le porte-parole de Vox a déclaré que tous les incidents de cette législature ont été « toujours avec la même personne », qu’il considère « peu proportionnelle » et quelque peu « sectaire », alors qu’avec Batet « rien ne s’est jamais passé ».

Ainsi, il a détaillé avoir documenté toutes les fois où Gmez de Celis a agi contre Vox, soit pour interrompre l’orateur, soit pour appliquer le règlement « à tort », comme il l’a dit l’autre jour.

★★★★★