Batet amène la plénière du Congrès à lundi pour voter et sauver le « bouclier social » du gouvernement

C’était la date limite pour valider l’arrêté royal garantissant pendant le Covid électricité et logement aux plus vulnérables

Le président du Congrès, Meritxell Batet, ce mi
Le président du Congrès, Meritxell Batet, ce mercredi.Javier LiznEFE

La nouvelle session du Congrès commence par une surprise. La première séance plénière se tiendra lundi et non mardi, comme à l’accoutumée, car le Gouvernement a eu le temps de s’en remettre et n’a pas eu le temps de valider un arrêté royal extrêmement important : l’extension des mesures de protection contre les violences Covid qui garantit qu’aucune personne vulnérable ne peut être expulsée ou coupée de l’électricité, de l’eau et du gaz. Ce sont quelques-unes des mesures phares de son soi-disant « bouclier social ».

La date limite pour valider ce décret royal 16/2021, qui a été approuvé le 3 août par le Conseil des ministres, est le 13 septembre, de sorte que le Bureau du Congrès a été contraint aujourd’hui d’avancer un jour la session plénière pour l’empêcher de se dégrader.

L’article 86 de la Constitution dispose que le Congrès doit valider ou abroger les arrêtés royaux dans un délai maximum de 30 jours ouvrables. Sinon, il se désintégrera automatiquement et son effet cessera d’être en vigueur.

Pour éviter cela, les députés se réuniront un jour aussi inhabituel pour eux que c’est un lundi. Da pour commencer la Plénière, puis continuer, comme d’habitude, jusqu’à jeudi.

Ces précipitations de dernière minute auraient pu être évitées si la Plénière avait été convoquée cette semaine, mais cela aurait aussi impliqué un retour du contrôle au Gouvernement. Et avancer d’une semaine l’affrontement avec l’opposition, coïncidant avec la hausse du prix de l’électricité.

Le porte-parole du PP au Congrès, Cuca Gamarra, a reproché aujourd’hui précisément au président Pedro Snchez de « fuir » le contrôle du gouvernement au Congrès et de n’être venu à la Chambre que pour organiser « un rassemblement anti-PP » devant ses députés et sénateurs lors d’une réunion avec le groupe socialiste.

Un décret très pertinent

L’arrêté royal 16/2021 est très pertinent car il prolonge jusqu’au 31 octobre les mesures du soi-disant « bouclier social », qui ont expiré le 9 août. La ministre porte-parole, Isabel Rodríguez, l’a présenté lors d’une conférence de presse à Moncloa en raison de l’engagement du gouvernement à protéger les plus vulnérables dans le domaine de l’approvisionnement énergétique, du logement et de la prise en charge des victimes de violence de genre. .

Ce sont précisément les mesures les plus marquantes. La garantie que personne ne se verra couper l’électricité, l’eau ou le gaz s’il est en situation de vulnérabilité ou qu’il ne sera pas non plus expulsé. De même, les services de protection et d’assistance aux victimes de violences sexistes continueront d’être considérés comme essentiels.

★★★★★