Aragons gèle les relations avec Sánchez jusqu’à ce qu’il clarifie l’implication du gouvernement dans l’espionnage des séparatistes catalans

  • Catalogne Indignation du gouvernement pour l’espionnage présumé de 60 dirigeants indépendantistes comme Aragons, Puigdemont ou Torra
  • pays Basque Urkullu se joint à la demande de Bildu pour que Sánchez donne une « explication urgente » pour les écoutes téléphoniques politiques présumées

La Generalitat gèle les relations avec le gouvernement jusqu’à Pedro Sánchez clarifier l’implication de votre exécutif dans l’espionnage présumé des dirigeants indépendantistes catalans. Le Président Pere Aragons a assuré que des relations politiques normales avec l’État ne peuvent être rétablies tant qu’un niveau minimum de confiance n’est pas rétabli et que cela se produit parce que le président du gouvernement lui-même précise s’il était au courant ou s’il a favorisé les écoutes téléphoniques révélées dans une enquête sur la plate-forme cybersécurité CitizenLab à travers le magazine Le new yorker.

Cependant, Aragons a évité d’enterrer la table des négociations avec le gouvernement, comme l’a exigé aujourd’hui l’ancien président Charles Puigdemont de Bruxelles. Nous n’abandonnerons jamais le processus de négociation, mais celui qui doit maintenant démontrer son engagement dans la négociation, c’est le gouvernement. Il est donc très difficile d’avancer, a déclaré le président de la Generalitat, qui a appelé à une réunion avec Sánchez pour faire face à la crise.

Puigdemont, et l’ancien vice-président et leader de l’ERC, Oriol Junquérasavaient-ils annoncé quelques heures auparavant dans le Parlement européen actions en justice dans Espagne, France, Suisse, Luxembourg Oui Allemagne pour l’affaire d’espionnage. Certaines écoutes clandestines présumées avec lesquelles le gouvernement espagnol défend qu’il n’a « rien à voir » et « rien à cacher » non plus, bien que son porte-parole, isabel rodrguezn’a pas clarifié le rôle de Centre national de renseignement (CNI) dans le cadre de la loi sur la sécurité nationale.

Sous le baptisé comme Porte Catalaneles indépendantistes catalans ont dénoncé en Bruxelles cyberespionnage massif entre 2019 et 2020 par le programme Pégaseun outil des plus sophistiqués, capable de perforer et d’infecter n’importe quel appareil sans laisser de traces. Le new yorker documents que des dizaines d’hommes politiques catalans de MRC, ensemble et la Coupeainsi que des membres de Assemblée nationale catalane Oui minimum culturel, les avocats et les membres de la famille auraient souffert de la surveillance scrupuleuse de ce logiciel invasif. Le président de la Generalitat lui-même, Pierre Aragonsest l’un des 63 noms qui composent la liste, qui comprend également des eurodéputés catalans Diana Riba, Antoni Com Soit Jordi Sol. L’enquête estime que Carles Puigdemont et Oriol Junqueras ont été surveillés indirectement par l’intermédiaire de proches tels que leurs épouses ou leurs avocats. Tous les présidents catalans à partir de 2010 auraient été victimes.

Alors que les leaders indépendantistes tenaient leur conférence de presse à Bruxelles, la porte-parole du gouvernement s’est présentée à Madrid, comme elle le fait toujours après le Conseil des ministres. Isabel Rodríguez, a soutenu que le gouvernement collaborera avec la justice au cas où il enquêterait sur ces événements et est disposé à donner des explications parlementaires, pour lesquelles il a fait référence à la comparution à la demande du ministre de la Défense, Margaret Oaks.

La grande inconnue est qui ou qui se cache derrière cet espionnage. De Citizen Lab, ils évitent de pointer directement le doigt accusateur contre l’État espagnol, mais soulignent qu’il existe « de nombreux éléments » qui indiquent qu' »une ou plusieurs entités » au sein de l’exécutif pourraient être impliquées. Ils se souviennent que le CNI a été client du groupe israélien ONSfabricant de Pégase, de « au moins depuis 2015 ». Lors d’une conférence de presse conjointe tenue à l’Eurochambre, Elisenda Paluzieprésident de l’Assemblée nationale de Catalogne, a directement pointé du doigt « l’État espagnol » comme responsable du « plus grand cas d’espionnage politique en L’Europe  et dans le monde » avec ce logiciel. « C’est une attaque structurelle contre le mouvement catalan pour l’autodétermination », a-t-il souligné.

Lors de la comparution du Parlement européen, Carles Puigdemont et Oriol Junqueras, qui se voient pour la première fois depuis la rencontre tendue de Waterloo tenu l’été dernier, ils ont annoncé qu’ils présenteraient toutes sortes de plaintes individuelles et collectives dans cette affaire. Ils atteindront différents pays comme la France, la Suisse ou le Luxembourg et différentes juridictions, comme la Cour de justice de l’UE.

Des sources proches du milieu catalan expliquent que la procédure judiciaire pourrait commencer par enquêter sur l’entreprise elle-même, dans un premier temps pour « tirer le fil », alors que les intervenants ne précisent pas qui seront les destinataires des plaintes : le CNI? la ministère de la Justice? la Gendarmerie nationale?

La réunion a, en outre, mis en évidence les différences qui continuent de séparer le politicien de Junts et celui d’ERC. L’ancien président catalan n’a pas hésité à demander la fin du dialogue avec l’exécutif de Pedro Sánchez. « On ne comprendrait pas qu’après ce scandale, il y ait encore confiance dans un gouvernement qui fait partie de ce complot », a-t-il souligné. De son côté, son ancien vice-président a baissé le ton, assurant qu’ERC demandera des explications mais sans claquer la porte sur la voie « utile » de la négociation et du dialogue.

La ‘bulle bruxelloise’ aussi à la loupe

Des organisations comme Amnesty International Ils exigent que le gouvernement de Pedro Sánchez précise s’il a contracté les services de Pégase pour espionner les politiciens catalans. « Le gouvernement espagnol doit dire clairement s’il est ou non client du groupe NSO. En outre, il doit mener une enquête approfondie et indépendante sur l’utilisation du logiciel espagnol Pegasus contre les personnalités catalanes identifiées dans cette enquête », a-t-il déclaré. . likhita banerjichercheur pour Amnesty International sur la technologie et les droits de l’homme.

La posture du Commission européenne cela revient à rappeler que ces pratiques sont illégales, mais le cadre d’action de l’exécutif communautaire est limité, puisque les États membres sont chargés d’enquêter et de poursuivre ces crimes présumés. Une tâche toxique car, à certaines occasions, ce sont les gouvernements nationaux eux-mêmes qui ont contracté les services de NSO Group. John Scott-Railtonun chercheur de Citizen Lab, lors de la même comparution à l’Eurochambre, a souligné que l’utilisation du cyberespionnage, qui a commencé avec la focalisation sur les pays autocratiques et les dictatures, est de plus en plus répandue dans des démocraties telles que « Pologne, Hongrie, Inde Soit Mexique« .

Lors de leur passage dans la capitale communautaire, l’une des stratégies des indépendantistes a été d’assimiler l’Espagne à la Pologne, l’un des États membres sur la corde raide de l’État de droit, et de souligner que ces actions n’ont pas leur place dans l’UE. « L’Espagne a illégalement utilisé Pegasus pour attaquer ses dissidents », a-t-il assuré. Xavier Antiche, président du mnium culturel. Comme lors de la phase 1-O, le mouvement indépendantiste centre désormais sa cause à Bruxelles et dans les cercles internationaux. Puigdemont a exigé une action urgente des présidents de la Commission européenne et du Parlement européen et a annoncé la présentation de cas dans le ONU et dans le Conseil de l’Europe.

Jusqu’à 50 000 numéros de téléphone dans Hongrie, Arabie Saoudite, Maroc Soit Mexique Ils auraient été piratés par le logiciel espion Pegasus, du groupe israélien NSO. Sur la liste de surveillance illégale figurent les noms de Emmanuel Macronprésident de la France, ou des proches du dissident saoudien assassiné en Turquie jamal khasogui. La macro leak a été révélée par différentes ONG et médias durant l’été 2021. Et depuis, sa portée n’a cessé de croître.

Ce même mardi, la commission d’enquête du Parlement européen a tenu sa première réunion pour clarifier les cas d’espionnage liés à Pegasus et à d’autres programmes équivalents utilisés dans de nombreux États membres. Il y a quelques jours, l’agence Reuters révélait en exclusivité que de hauts fonctionnaires de la Commission européenne avaient été victimes de ce système de surveillance, qui viole la législation européenne sur la vie privée, la protection des données et les droits fondamentaux.

Parmi eux se détachait le nom du Belge Didier Reynderscommissaire à la justice. « Ce n’est pas la première fois que nous découvrons qu’ils essaient d’espionner les institutions européennes. Mais pirater le téléphone d’un commissaire est un autre niveau. Il est crucial que nous sachions qui et pourquoi », a déclaré l’eurodéputé néerlandais à cet égard. Sophie in’t Velddepuis Renouveler l’Europequi dirige la commission d’enquête Pegasus à l’Eurochambre.

★★★★★