Alberto Rodríguez demande sa réintégration en tant qu’ouvrier industriel après avoir perdu son siège au Congrès

Il assure que désormais « un nouveau chemin commence » pour lui mais que ce ne sera pas un « adieu » à la politique, mais un « à plus tard »

Alberto Rodrguez demande sa réintégration en tant qu’ouvrier industriel après la perte de son siègeLE MONDE (Vidéo) // PISCINE (Photo)
  • Politique Le remplaçant d’Alberto Rodrguez démissionne pour occuper son siège au Congrès
  • Alberto Rodrguez a rompu avec Podemos pour pouvoir défendre Meritxell Batet devant la Cour constitutionnelle

L’ancien député de United Podemos Alberto Rodríguez, dont le siège a été retiré en exécution avec l’arrêt de la Cour suprême qui a établi sa déchéance du suffrage passif, a demandé ce vendredi la réintégration de son emploi d’ouvrier industriel, une tâche qu’il a laissée à concentrez-vous sur votre activité politique.

« Comme j’ai toujours dit que je le ferais. Je retourne à mon travail, à ma profession, pour gagner mon pain et continuer à multiplier les expériences de vie et les luttes avec mes collègues de l’usine qui m’ont tant manqué », a-t-il annoncé. Rodriguez dans un message posté sur Facebook, repris par Europa Press, dans lequel il expliquait n’avoir jamais conçu « la représentation politique comme un moyen de rester individuel à tout prix ».

Dans ce contexte, l’ancien député a défendu que la participation politique devrait être « une étape de générosité, de grande exposition personnelle, qui sert à défendre les droits et libertés de notre peuple et de notre terre ». « Avec un début et une fin », a-t-il insisté.

Rodriguez Il a indiqué que la chose « relativement simple » aurait été de « prolonger » son stage en politique « en utilisant les contacts établis » ou « en faisant pression pour accéder à certains postes ». « Mais ce n’est pas mon style. Je pense que la politique institutionnelle devrait être autre chose », écrit-il.

Dans la publication, il fait le bilan de ses six années en Pouvons, « intense » et « très compliqué dans de nombreux moments », mais dont il se sent « fier » pour le « travail accompli ». « J’ai toujours quitté la peau au jour le jour avec des groupes sociaux et des personnes organisées de toutes sortes. Certains des droits qui figurent aujourd’hui dans le BOE ont les grains de sable que nous apportons avec ce travail collectif », a-t-il indiqué.

INVERSER « TROPELAS » ET « INJUSTICE »

Rodrguez a assuré que maintenant « un nouveau chemin commence » mais que ce ne sera pas un « au revoir » à la politique, mais un « à plus tard ». Comme il l’a expliqué, sa « priorité numéro un » est « d’inverser la chaîne d’outrages et d’injustices » qu’ils ont commis avec lui et avec les personnes qui voteront pour lui aux élections « afin qu’il soit leur voix au Parlement. . »

« Je ne vais ménager aucun effort et utiliser tous les moyens juridiques à ma disposition (économiques aussi bien sûr) dans cette tâche », a-t-il prévenu, tout en affirmant stopper « la dérive autoritaire » de ceux qui veulent revenir « au passé de peur. , terreur et silence bâillonné ».

« Je reviens sur terre, au pays. Entière malgré les attentats, avec d’innombrables expériences et apprentissages accumulés et ce que je pense le plus important de tous : désireux de continuer à se battre », a finalisé sa publication sur le réseau social.

Au fil, Unis nous pouvons a déposé une lettre au Bureau du Congrès pour demander l’annulation du mandat délivré par le président de la Chambre, Meritxell Batet, à la Commission électorale centrale (JEC) en remplacement de l’ancien député Alberto Rodriguez, en exécution avec la sentence du TCour suprême qui a établi sa disqualification du suffrage passif.

Le groupe confédéral demande à l’organe directeur du Congrès de saisir la Commission du Statut du Député pour qu’elle rende une conclusion « respectueuse » du Règlement de la Chambre basse et de la législation en vigueur. Et c’est que la formation estime que cette résolution viole la jurisprudence constitutionnelle comme disproportionnée et est erronée du point de vue de la compétence.

★★★★★