Yolanda Díaz convoque « d’urgence » la Commission de suivi du pacte gouvernemental avec le PSOE après l’affrontement sur les dépenses militaires

Il souligne que Podemos n’a pas été informé que le Conseil des ministres approuverait ce mardi un crédit de 1 000 millions d’euros pour la Défense

Yolande D.
Yolanda Daz, ce lundi, lors d’un événement à Madrid.MaréchalEFE
  • Coalition Podemos s’agite et appelle à « pousser » le gouvernement après avoir été ignoré par Sánchez sur les dépenses militaires
  • Défendre Podemos accuse Pedro Sánchez d’avoir perdu son « cours » et lui rappelle que « l’Espagne n’est pas en guerre »

Nouvelle tempête au sein du gouvernement. Yolanda Díaz, deuxième vice-présidente et dirigeante de United We Can au Conseil des ministres, a demandé l’appel « urgent » pour la commission de suivi de la coalition avec le PSOE pour faire face à l’augmentation des dépenses de défense promise par Pedro Sánchez avant la OTANet à laquelle violets Ils s’opposent frontalement.

« Il y a de l’inquiétude », a admis le ministre du Travail également après avoir fait remarquer que United We Can n’avait pas été informé que le Conseil des ministres approuverait ce mardi un crédit de 1 000 millions d’euros pour le ministère de la Défense avec laquelle le gouvernement pose la première pierre de son engagement d’atteindre 2% du PIB en matière militaire en 2029. En fait, Díaz a précisé qu’elle-même a appris l’approbation de ce paquet par la presse.

Une fin qui Moncloa dément catégoriquement en affirmant que tous les départements ministériels étaient au courant de la mesure, qui a été abordée lors de la dernière réunion du Commission générale des secrétaires d’État et sous-secrétaires qui a eu lieu la semaine dernière. Aucun ministre ne s’y est alors opposé. Maintenant, Díaz demande de convoquer la table de surveillance de l’État de la coalition gouvernementale pour traiter l’affaire « sereinement ».

Il exige également que l’opposition soit informée de cette augmentation par l’intermédiaire des tribunaux. Cependant, le mérite vient du fonds de prévoyance et, par conséquent, ne nécessite pas de validation par le Congrèsalors Sánchez parvient ainsi à éviter un vote parlementaire sur une question qui provoque le rejet des partenaires de gouvernance de La Moncloa, puisque, comme ils le craignent dans les rangs de Podemos, toute la gauche qui compose le bloc d’investiture est « en contre » de cette hausse.

En tout cas, Díaz exclut de rompre la coalition avec le PSOE et a promis de continuer à s’occuper de l’alliance car, a-t-il estimé, « il n’y a pas d’alternative ». Oui, personne dans l’univers violet ose préciser ce qu’Unis nous pouvons faire si enfin une augmentation des dépenses de défense est inscrite dans les prochains budgets généraux de l’État.

Pendant ce temps, le membre minoritaire de la coalition gouvernementale accentue la pression sur le président et exige que son peuple « pousse » pour que dans les comptes publics de 2023 les mesures sociales ressortent bien plus que les militaristes.

Daz entre en collision avec Robles

Ce n’est pas la première fois que des tensions internes obligent à convoquer cette réunion, mais c’est la première fois que Díaz elle-même l’exige, qui à cette occasion s’est heurtée directement à la ministre de la Défense, Margarita Robles.

Ce lundi, la socialiste a répondu aux critiques mauves se demandant si Díaz serait disposée à arrêter de fabriquer des frégates militaires à l’usine Navantia de son Ferrol natal. Un commentaire qui n’a pas du tout plu au deuxième vice-président, qui à la dernière minute de ce lundi a démenti Robles en décomposant les petits caractères du crédit d’un milliard, qui servira aux dépenses ordinaires, aux armes et au matériel de protection des troupes espagnoles , et de ne pas payer de nouveaux navires dans les usines de Ferrol ou de Cdiz de Navantia.

En tout cas, Díaz assure qu’il n’était pas au courant de cette mesure mais qu’il en connaissait le contenu. Comme l’a appris ce journal, son équipe n’a reçu la confirmation officielle que le paquet serait approuvé ce mardi en Conseil des ministres que lundi à 20 heures, lorsque le violets ils ont simplement été informés de la mesure par la presse.

★★★★★